À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des «témoins perdus» des Homélies sur l’Épître aux Philippiens

Le séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » reprend de plus belle en 2020-2021, à raison d’un mercredi par mois de 14h à 16h aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon: vous pouvez découvrir le programme complet sur ce carnet.

La première séance sera assurée par Pierre Augustin (IRHT, Paris) le mercredi 14 octobre 2020, sur le sujet et avec l’argumentum suivants:

À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des « témoins perdus » des Homélies sur l’Épître aux Philippiens  

Les séances de mars et avril 2019 ont permis de présenter de manière succincte la tradition manuscrite conservée des Homélies sur l’Épître aux Philippiens et de situer leurs principales éditions et traductions dans l’histoire de l’érudition chrysostomienne. En précisant leur datation, leur provenance et parfois leur insertion dans un corpus plus large, nous avons donné un premier classement chronologique des témoins grecs et esquissé quelques regroupements en fonction de l’analyse des « paratextes » (arguments, pinax et titres d’ethica). Par ailleurs, en nous fondant sur les préfaces et les annotations, mais aussi sur les archives de nos prédécesseurs, nous avons cherché à préciser leurs sources et leur méthode de travail. Sur ce point, il reste néanmoins quelques zones d’ombre : certaines sources attestées par nos devanciers semblent avoir aujourd’hui disparu. En parcourant gloses et annotations, correspondances érudites ou inventaires de bibliothèques, nous tâcherons de retrouver, ou à défaut d’identifier le plus précisément possible les éventuels témoins « perdus » de la série Sur l’Épître aux Philippiens, en nous attachant à quatre exemples : la source chrysostomienne de deux gloses carolingiennes issues de l’entourage de Jean Scot Érigène (9e siècle), celle d’une traduction latine due au camaldule Ambrogio Traversari (15e siècle), enfin, dans le sillage de Gian Matteo Giberti, les mystérieux « codices » de Niccolò Leonico Tomeo (1456-1531) et Guillaume Budé (1467-1540).

« Semaine des Bouchées d’Or », 13-18 juillet 2020

Sur une idée de Manon des Portes, et à son invitation, quelques chrysostomiens se sont retrouvés en Isère du 13 au 18 juillet 2020 pour une semaine qui était la première en son genre. Ensemble, ils ont mis les « bouchées doubles » pour effectuer, sous la conduite de Guillaume Bady, des sondages préparatoires à l’édition critique des Homélies sur les Philippiens de Jean Chrysostome. A raison de quatre à cinq heures par jour de collation effectuée en commun, les chercheurs réunis ont pu confirmer la mise en évidence de familles de manuscrits sur plusieurs passages différents : le début de l’argumentum, une partie de l’homélie 4 correspondant au début de l’ecloga 39, la 1re moitié de l’homélie 6, le début de l’homélie 12 (pour situer l’un des manuscrits).

L’expérience commence à faire ses preuves : un lecteur proclame lentement le texte tel qu’édité par Field et tous relèvent pour les lui communiquer les leçons variantes dans le ou les témoins dont ils ont la reproduction. L’on a collationné de cette façon jusqu’à une vingtaine de manuscrits simultanément (ainsi que la version arménienne), le caractère collectif de l’opération prévenant beaucoup d’oublis et permettant de résoudre maints problèmes de paléographie.

Cette semaine a été permise par l’investissement de chacun en temps et en déplacement (sans parler des talents culinaires) et par l’accueil gracieux de la grand-mère de Manon des Portes en sa maison de famille. Elle a bénéficié aussi du soutien de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, grâce au legs de Gilberte Astruc-Morize.

Cette semaine aura aussi été l’occasion de renforcer les liens entre les membres de la communauté chrysostomienne présents, à savoir Guillaume Bady, Alexandre Etaix, Elisabeth Gauché, Sergey Kim, Jean-Paul Lesimple, Pierre Molinié, Carlo Perelli (accompagné de son épouse, Lucia) et Manon des Portes. L’expérience sera probablement renouvelée à une période qui, nous l’espérons, conviendra à tous ceux qui ont regretté de ne pouvoir venir à cette première session.

 

Des chrysostomiens déjeunant entre deux séances de collation.

Transmission des Homélies sur Jean : ce que nous enseignent les titres des ethica

La septième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 6 juin 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Manon des Portes (doctorante à Lyon 3).

Les 88 homélies qui constituent le commentaire In Iohannem de Jean Chrysostome sont transmises dans plus de 300 manuscrits connus. Au moins 20 % des témoins contenant la série entière ou la première ou seconde moitié de la série, portent aussi la mention, en marge, des titres donnés à la partie exhortative de chaque homélie, l’ethicon. Ainsi, l’ethicon de l’homélie 3 est intitulé « Sur l’aumône » et celui de l’homélie 45 : « Que le souvenir de la résurrection et du jugement brise les élans inappropriés ; sur le destin ; et que la fin est proche. » Ces titres, dont la présence n’est pas systématique, reflètent un travail de mise en forme qui peut nous éclairer sur l’histoire de la tradition de cette œuvre. Est-il possible d’établir leur origine ? De plus, nous constatons qu’ils peuvent varier d’un manuscrit à l’autre. Quelles constantes observe-t-on ? Peut-on, à l’aide des titres d’ethica, commencer à distinguer des familles de manuscrits ? Notre exposé dressera un premier bilan de l’étude des titres d’ethica.

Les éditions et traductions des homélies In epistulam ad Philippenses (CPG 4432): un aperçu

La sixième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 11 avril 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Pierre Augustin (IRHT).

Lors de la séance précédente, nous avons présenté, en révisant parfois leur datation et en précisant leur provenance, les vingt-quatre témoins grecs (en tradition directe) des quinze homélies sur l’Épître aux Philippiens et de leur homélie introductive (argumentum), du 10e au 16e siècle. D’autre part, leur mise en pages, leurs annotations marginales et quelques leçons divergentes de l’argumentum nous ont permis d’entrevoir des regroupements qui coïncident avec cette situation des témoins.

Pour saisir les enjeux d’un nouvel établissement du texte, il convient maintenant de parcourir l’histoire de son édition et de sa traduction, d’Érasme à nos jours, en nous interrogeant sur les méthodes de travail de nos prédécesseurs, telles que les révèlent, en particulier, les archives de Henry Savile, Bernard de Montfaucon et Frederick Field. Qui furent les contributeurs et quel usage ont-ils fait des sources mises à contribution ? Surtout, comment comprendre, d’Érasme à Field, le changement radical d’attitude des éditeurs vis-à-vis des deux « recensions » divergentes du texte ?

La tradition manuscrite grecque des homélies In epistulam ad Philippenses (CPG 4432) : premier bilan

La cinquième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 14 mars 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Marie-Ève Geiger (ParaTexBib, Munich / HiSoMA) et Pierre Augustin (IRHT).

Telle que nous pouvons aujourd’hui la reconstituer, la transmission directe de l’ensemble que constituent les 15 homélies de Jean Chrysostome sur l’Épître aux Philippiens et leur homélie introductive (argumentum) est relativement restreinte. La première séance consacrée à ce corpus permettra de dresser un panorama des vingt-quatre témoins recensés du 10e au 16e siècle et de préciser la datation, l’histoire et la provenance de plusieurs d’entre eux. L’analyse d’éléments externes comme les titres, les ethica et les notes marginales ainsi qu’une première lecture du texte de l’argumentum conduisent à formuler quelques hypothèses sur les liens entre les manuscrits.

L’homélie In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352) publiée par Leone Allacci en 1629 : une « fake new » ?

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

En 1629, Leone Allacci publie à Lyon, chez Laurent Durand, en appendice au Commentarius in Hexaemeron (CPG 3393) du Ps.-Eustathe d’Antioche, dans un volume qui donne pour la première fois au public l’ensemble des témoignages sur le prédécesseur de Jean Chrysostome, et en particulier son traité sur la nécromancienne d’Endor (Syntagma de Engastrimytho, CPG 3350), le texte grec intégral de l’homélie chrysostomienne In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352), accompagné d’une traduction latine :

S. P. N. Eustathii archiepiscopi Antiocheni, et martyris, In Hexahemeron Commentarius : ac De Engastrimytho dissertatio aduersus Origenem. Item Origenis De eadem Engastrimytho, an uidelicet anima ipsa Samuelis fuerit uere euocata incantationibus Pythonissae, de qua I. Reg. cap. 28. Leo Allatius primus in lucem protulit, Latine uertit, notas in Hexahemeron adjecit, dissertationem de Engastrimytho syntagmate illustrauit, Lugduni, sumptibus Laurentii Durand, 1629, Ière partie, p. 95-111.

[en ligne]

https://books.google.fr/books?id=SlDQ46D-K-kC&hl=fr&pg=RA1-PA95#v=onepage&q&f=false

Cette publication, dont Allatius n’indique pas la source, semble avoir échappé à l’attention des Bollandistes, qui ne la mentionnent pas dans leur BHG. Comment expliquer cette omission ?

Un indice nous est donné par la traduction latine dont Allatius accompagne le texte grec (inc. Sapiens uir quidam, & philosophandi peritus, qui rerum humanarum naturam accuratè didicerat), qui est manifestement empruntée à l’édition antérieure de son confrère Fronton du Duc :

– soit à l’édition princeps, parue à Bordeaux en 1601, où l’homélie est en quatrième position :

S. Ioannis Chrysostomi Archiepiscopi Constantinopolitani Panegyrici Tractatus XVII. Sanctis Apostolis, Martyribus, & Patriarchis dicti, nunc primum Graecè & Latinè in lucem editi opera Frontonis Ducaei Burdigalensis, Societatis Iesu Professoris Theologi. Adiectae sunt eiusdem Notae, quibus interpretationis aut correctionis ratio redditur, Burdigalae, Apud Simonem Millangium, Typographum Regium, CIƆ.IƆC.I [= 1601], Tractatus 4 p. 91-119 [texte et traduction latine, avec double numérotation]

[en ligne]: https://books.google.fr/books?id=B5PHpJz1zRgC&lpg=PP5&ots=7FLWu6IW95&dq=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&hl=fr&pg=PP5#v=onepage&q=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&f=false

– soit, plus vraisemblablement, à la réédition parisienne de 1609, ou à sa réimpression de 1621, dans lesquelles l’homélie se trouve désormais à la cinquante-deuxième place :

Sancti Patris nostri Ioannis Chrysostomi archiepiscopi Constantinopolitani ad populum Antiochenum, aduersus Iudaeos, de incomprehensibili Dei natura, de Sanctis, deque diuersis eiusmodi argumentis, Homiliae LXXVII. Nunc primum Graece et Latine coniunctim editae…, Lutetiae Parisiorum, Typis Regiis, apud Claudium Morellum, uia Iacobaea, ad insigne Fontis, M.DC.IX. [= 1609, réimpr. 1621], LII, p. 643-653.

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k854791k/f669.image (éd. de 1609)

Par conséquent, il est vraisemblable que le texte grec publié par Allatius soit également repris à Fronton du Duc. Plutôt que d’une édition à part entière, il s’agirait donc seulement d’une réimpression sans mention de source…

Après tout, Savile avait bien, lui aussi, repris le texte de Fronton du Duc, non sans faire directement collationner l’édition bordelaise de 1601 sur le ms. München, BSB, gr. 31, ff. 319v-325 [a. 1546 ; CCG II, n° 44 ; MF IRHT n° 34026 ; voir Savile VIIIb, col. 741, note à Savile V, 628-633 : hom. 93], ce qui, disons-le en passant, explique l’absence de cette homélie dans les transcriptions tirées de la source unique du savant jésuite, le ms. Paris, BNF, gr. 759, et conservées dans le Liber N des archives de Savile : Oxford, BL, Auctarium, E. 3. 12.

Quant à Montfaucon, il adoptera explicitement la traduction latine de Fronton du Duc [S. P. N. Joannis Chrysostomi Opera omnia…, II, Paris, 1718, p. 603], après collation du ms. Paris, BNF, gr. 759 (olim Medic.-Reg. 2343), ff. 349-354 (10e-11e s., au 21 février), ainsi que de deux autres témoins parisiens : Paris, BNF, gr. 748 (olim Colbert. 970), ff. 248v-255v (11e s.), et gr. 1197 (olim Fontebl.-Regius 2029), ff. 69-76v (12e s., au 5 juillet), par son confrère Dom François Mesanges (voir : Paris, BNF, Suppl. gr. 436, ff. 295, 310v-311, 615).

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722013n/f353.item (gr. 759)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721893n/f252.item (gr. 748)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722214v/f72.item (gr. 1197)

Les homélies de Jean Chrysostome Sur l’obscurité des prophéties : tradition manuscrite, problèmes d’édition critique et aspects intéressants du contenu

La quatrième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 7 février 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Emanuele Castelli (HiSoMA – Sources Chrétiennes).

La petite série des homélies Sur l’obscurité des prophéties constitue pour plusieurs raisons un sujet de recherche passionnant et riche de problèmes. La composition même de la série fait débat : d’après la tradition historiographique et éditoriale il n’y a que deux discours (CPG 4420.1-2), tenus probablement à Antioche, sur la question des prophéties de l’Ancien Testament et de leur obscurité. Mais de nouvelles recherches, menées par Antonia Peleanu, soutiennent l’appartenance à la série d’un troisième discours. La tradition manuscrite soulève en outre de nombreuses questions pour l’éditeur moderne et mérite en tout cas d’être explorée à nouveau. Le titre même des trois homélies pose des problèmes qui n’ont rien de secondaire, en lien étroit avec le contenu des discours, qui se révèle particulièrement intéressant.

Note sur l’édition récente de la version latine ancienne de la première homélie Sur les statues de Jean Chrysostome

[Guillaume Bady, « De uino modico : une version latine ancienne et un nouveau texte grec de la première homélie de Jean Chrysostome Sur les statues », Rursus [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 30 août 2017, consulté le 01 septembre 2017. URL : http://rursus.revues.org/1161]

Dans sa conclusion G. B. écrit : « Le plus curieux reste ce fait si paradoxal que pour se fabriquer un nouveau modèle de prédication, on ait senti le besoin de traduire du grec plutôt que de s’inspirer, par exemple d’un Ambroise. » Il est inutile de s’étonner, quand on a d’abord déclaré : « La raison de la traduction en latin tient bien sûr au statut de modèle littéraire dont jouissait Jean Bouche d’Or dans l’Afrique du début du Ve siècle », mais il faudrait regretter de n’avoir découvert aucune preuve de remploi en Occident du texte latin de la première homélie Sur les statues, et se demander si le rôle de « modèle littéraire » est bien celui que devait tenir cette Versio latina. Mais au préalable, il me semble qu’il faut répondre à une autre question : pourquoi cette homélie, prononcée en février 387 par Jean, alors simple prêtre à Antioche, est-elle parvenue en Afrique au début du Ve siècle ?

Un seul document atteste les relations entre les évêques de Constantinople et de Carthage : la courte lettre[1] qu’en 406 Jean a adressée à Aurelius pour le remercier de sa fidèle amitié et le féliciter pour son action en faveur de la paix des églises. Cette lettre laisse supposer que l’évêque de Carthage avait reçu d’Orient les informations nécessaires pour en particulier prendre le parti de l’évêque de Constantinople contre ses adversaires. Cette documentation est bien parvenue en Afrique, car des recueils[2] homilétiques constitués à Carthage au cours de la seconde décennie du Ve siècle ont conservé la version latine d’homélies concernant le bannissement de Chrysostome en 403, sa réconciliation avec Sévérien de Gabala, ou son attitude, qui avait été critiquée, envers Eutrope. La version latine de la première homélie Sur les statues, qui est conservée par un descendant (Paris, Arsenal 175) d’un de ces recueils carthaginois, peut également avoir été traduite en Afrique entre 405 et 410 d’après un texte grec communiqué pour la défense de Jean Chrysostome. En effet, parmi les diverses accusations portées contre Chrysostome, il y avait le reproche[3] de «manger seul, avec gloutonnerie », et ainsi de « jeter le discrédit sur l’hospitalité » – en réalité, l’évêque souffrant de l’estomac, suivait un régime particulier – mais cette manière de vivre est en quelque sorte justifiée dans la première partie de l’homélie Sur les statues, qui commente la permission que donne l’apôtre Paul à son disciple Timothée (1 Tim. 5, 23) de boire du vin en raison de sa maladie d’estomac. Quant à la seconde partie de l’homélie sur la souffrance du juste, sa correspondance avec la situation dans laquelle se trouve l’évêque persécuté et exilé est évidente.

Le texte d’une homélie, prêchée 16 ou 17 ans plus tôt, et reprise pour figurer dans un dossier de défense personnelle, a sans doute été révisé, et peut-être même modifié pour être davantage adapté à sa nouvelle destination. Dans ces conditions le texte grec d’après lequel la version latine a été effectuée, constitue une sorte d’« édition spéciale » de la première homélie Sur les statues, qu’on ne retrouve évidemment dans aucun témoin de cette série de discours. Dans ce cas, la version latine, qui ne s’accorde avec aucun texte grec actuellement connu, a probablement conservé dans ses particularités, les traits propres du texte grec adapté à la défense de Chrysostome.

Dans le commentaire de G. B., j’ai remarqué deux variantes – il y en a d’autres, certainement – qui pourraient traduire la révision subie par le texte grec.

  • Au § 124 « la coupure et l’ajout de nam etsi, écrit G. B., introduisant une proposition concessive, permet en latin de souligner le parallèle manifeste dans le grec entre Jean et le chrétien » : il est possible que le latin n’ajoute rien, mais traduise un texte grec, où l’on a voulu souligner un parallèle déjà manifeste.
  • Au § 128 « l’ajout de sanctis, déclare G. B., peut s’expliquer par la piété du traducteur ». Cette explication, sans fondement dans le texte, pourrait laisser la place à une trace de la revision subie par le texte grec et attestée par la version latine.

En conclusion, le texte latin du manuscrit de l’Arsenal paraît avoir conservé l’état particulier d’une homélie grecque, qui, prêchée en 387 à Antioche par Jean simple prêtre, a été adaptée vers 404 à la défense de l’évêque de Constantinople dans un dossier d’information communiqué à Aurelius, évêque de Carthage.

Jean-Paul Bouhot

Mai 2018

[1] J.-P. Bouhot, « Adaptations latines de l’homélie de Jean Chrysostome sur Pierre et Élie (CPG 4513) », dans Revue Bénédictine 112 (2002), p. 201-235, voir p. 227-228.

[2] Il s’agit de recueils mis sous le nom de Jean Chrysostome, dont les divers éléments qui les composent seront rassemblés, peut-être seulement à l’époque carolingienne, pour constituer la collection de 38 homélies, dénommée « Collection Wilmart ».

[3] Cf. le résumé des Actes du synode du Chêne, par Photius, éd. et trad. A.-M. Malingrey, Sources chrétiennes 342, Paris 1988, p. 107 (accusation 25), et p. 109 (accusation 3).

La soutenance de thèse de Marie-Ève Geiger

Le samedi 3 février s’est déroulée une très belle soutenance de thèse à Lyon 2 : celle de Marie-Ève Geiger, sur Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) : projet d’édition critique, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs, Olivier Munnich (Paris-Sorbonne) et Jean Schneider (Lyon 2), ainsi que de quatre autres membres : Catherine Broc-Schmezer (Lyon 3), Volker Drecoll (Tübingen), Brigitte Mondrain (EPHE), et Peter Van Deun (KU Leuven). On notera la place centrale occupée dans ce jury par Catherine Schmezer, qui en était la présidente : à travers elle, étaient représentés à la fois la communauté chrysostomienne et l’Institut des Sources chrétiennes.

Continuer la lecture