Les deux traductions slaves complètes des homélies de Jean Chrysostome sur les statues et leurs sources grecques: conférence d’Aneta Dimitrova au séminaire TeTra

Aneta Dimitrova (Université de Sofia, “St. Kliment Ohridski”) est intervenue au séminaire TeTra (Text and Transmission Joint Research Seminar) de la Katholieke Universiteit Leuven jeudi 11 avril 2024. L’enregistrement de la conférence vient d’être mis en ligne sur la chaîne youtube de TeTra.

Voici une traduction française du résumé anglais qui a été diffusé:

Les 21 Homélies sur les statues, prononcées pendant le carême de 387, comptent parmi les œuvres les plus célèbres de Jean Chrysostome. Elles sont souvent citées comme un exemple magistral de son éloquence, une première occasion pour le célèbre prédicateur de mériter son nom de “bouche d’or”. Les homélies sont importantes non seulement en tant que témoignage historique d’une période tumultueuse pour le peuple d’Antioche, mais aussi en tant que modèle de prédication et répertoire d’images vivantes et de procédés rhétoriques. Elles ont eu une réception longue et peu étudiée dans le monde slave médiéval. Les Homélies sur les statues, connues des Slaves sous le nom d’Andriantis, ont été traduites pour la première fois en slavon au début du Xe siècle, mais les manuscrits contenant le texte complet datent d’après le XVe siècle. La conférence s’est concentrée sur les deux traductions complètes en slavon du sud – la première (P) provenant de Preslav, en Bulgarie, au 10e siècle, et la seconde (A) provenant du Mont Athos aux 14e et 15e siècles. D’une part, les deux traductions sont très différentes, chacune d’entre elles portant les caractéristiques de son époque et de son style. Elles diffèrent par la langue et le contenu (la traduction A compte 22 homélies) et, surtout, de nombreuses divergences entre elles peuvent s’expliquer par des variantes de lecture dans les manuscrits grecs. Par conséquent, P et A ont eu des sources grecques différentes (qui n’ont pas été suffisamment étudiées non plus). D’autre part, il existe de nombreux passages où les deux traductions coïncident totalement. Même si le vocabulaire et la syntaxe sont différents, on peut affirmer que la seconde traduction (A) connaissait la première (P) et s’en inspirait généralement.

En grec, l’édition critique de ces homélies reste à faire, après les premiers travaux réalisés par Andrius Valevicius – sur un corpus de 24 homélies – il y a bientôt 25 ans.

Jean Chrysostome comme théologien antiochien : conférence de R. Brändle le 13 mars 2024

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 13 mars 2024 de 14h à 16h, Rudolf Brändle (Bâle) a donné sur zoom une conférence intitulée:

Jean Chrysostome comme théologien antiochien : trois aspects de son interprétation de la Bible

Le premier aspect est celui de la sygkatabasis (« condescendance », ou plutôt « adaptation ») comme principe herméneutique ayant des implications théologiques importantes et – deuxième aspect – une dimension éthique dont l’exégèse de Mt 25,31-46 donne un bon exemple. Troisième aspect, l’image de la Vierge chez Chrysostome, qui s’explique par sa théologie antiochienne.

Nous avons le plaisir de publier ici, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, le texte de cette conférence, qui est la version française, très légèrement remaniée, de l’article « Johannes Chrysostomus als antiochenischer Theologe. Drei Aspekte seiner Bibelauslegung », Theologische Zeitschrift 79.2, 2023, p. 166-174.

Rudolf Brändle le 13 mars 2024

Rudolf Brändle le 13 mars 2024

Prochaine journée d’actualités chrysostomiennes le 19 juin 2024

Cette année, la Journée d’Actualités chrysostomiennes aura lieu le mercredi 19 juin 2024.

Ces journées bilingues (français-anglais) se tiennent depuis 2016 à Lyon, au sein de l’Institut des Sources Chrétiennes. Elles ont deux objectifs principaux :

  • permettre aux chercheurs d’échanger les actualités de leurs recherches sur Jean Chrysostome ou en lien avec Bouche d’Or dans un cadre convivial ;
  • maintenir les liens existants entre collègues chrysostomiens en leur offrant cette opportunité de se rencontrer et de discuter de leurs travaux.

Traditionnellement, c’est l’occasion de faire dialoguer diverses disciplines : histoire, archéologie, philologie, théologie, humanités numériques, etc.

Comme les années précédentes, la visio-conférence sera utilisée pour permettre à ceux qui ne peuvent pas se rendre à Lyon de participer à distance, que ce soit pour prendre la parole ou simplement écouter.

Les interventions sont libres, ouvertes à tous et suivies d’un temps d’échange : nous recueillons dès maintenant les propositions de prises de parole d’1 à 15 minutes, pour présenter de nouvelles publications, exposer travaux en cours ou projets à venir, ou encore demander un avis sur un point de nos recherches. Les communications se font habituellement en français ou en anglais.

Si vous souhaitez intervenir, merci de contacter Magdeleine Nivault (magdeleine.nivault [at] outlook.fr) ou Victor Bou Tanos (victor.bou_tanos [at] ens-lyon.fr) avant le 16 mai 2024, en donnant :

  • un titre ou thème ;
  • le temps de parole souhaité ainsi que vos contraintes (fuseau horaire, visio ou non…) ;
  • un résumé (5-10 lignes) en français ou en anglais.

Le programme (bilingue) de la Journée sera publié début juin.

Chrysostomiens de longue date ou curieux, tous sont les bienvenus !

 

 

 

Next Journée d’Actualités Chrysostomiennes on 19th June 2024

 

This year, the Journée d’Actualités chrysostomiennes will take place on Wednesday, 19th June 2024.

Since 2016, this bilingual (French-English) day has been held in Lyon, at the Institut des Sources Chrétiennes. It serves two main goals:

  • to enable researchers to exchange news about their research on John Chrysostom or related to Golden Mouth in a convivial setting;
  • to maintain existing links between Chrysostomian colleagues by offering them this opportunity to meet and discuss their research activities.

Traditionally, it is an opportunity for dialogue between various disciplines: history, archaeology, philology, theology, digital humanities, etc.

As in previous years, video conference will be used to allow those who cannot attend in person in Lyon to participate remotely, be it as speakers or as mere hearers.

All contributions are welcome, open to anyone, and followed by a time for discussion. Proposals can now be submitted for talks of 1 to 15 minutes aimed at presenting new publications, exposing ongoing work or future projects, or asking for an opinion on a research matter. Lectures are usually given in French or English.

If you would like to speak, please email Magdeleine Nivault (magdeleine.nivault [at] outlook.fr) or Victor Bou Tanos (victor.bou_tanos [at] ens-lyon.fr) before 16th May 2024 giving:

  • a title or theme;
  • the desired speaking time and your constraints (time zone, video conference or not…);
  • a summary (5-10 lines) in French or English.

The (bilingual) program will be published at the beginning of June.

Whether you are a long-standing Chrysostomian or simply curious to know more, you are all welcome!

La tradition manuscrite grecque et syriaque des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens : communication de Victor Bou Tanos aux Sources Chrétiennes le 7 février 2024

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 7 février 2024 de 14h à 16h, Victor Bou Tanos (ENS Lyon) fera une communication intitulée:

La tradition manuscrite grecque et syriaque des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens (CPG 4431) : quelques résultats à partir de l’argument et de la première homélie

Voici la présentation qu’il a rédigée:

“Nous nous proposons de donner une première idée de l’histoire du texte des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens.

Pour ce faire, nous présenterons plutôt sommairement la trentaine de manuscrits grecs et les deux témoins de la version syriaque très probablement réalisée au sixième siècle. Nous appliquerons à la série la distinction déjà étudiée pour d’autres œuvres exégétiques entre recensio rudior et recensio fusior, qui aidera à envisager le travail des trois principales entreprises d’édition de la série : la véronaise (1529), celle de Savile (1612) et celle de Field (1852).

En nous penchant sur l’argument et la première homélie de la série, nous soumettrons quelques rapprochements entre les manuscrits dans le but de commencer à penser des familles de témoins. Cela nous amènera à discuter de la façon d’user de la traduction ancienne et très littérale que transmettent les manuscrits syriaques.”

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

La codicologie et la paléographie au service de l’histoire des textes: conférence de Pierre Augustin aux Sources Chrétiennes le 20 décembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 20 décembre 2023 de 14h à 16h, Pierre Augustin (IRHT, Aubervilliers) donnera une conférence intitulée:

Quelques acquis du programme de catalogage des manuscrits chrysostomiens (CCG) de Paris : la codicologie et la paléographie au service de l’histoire des textes

La rédaction en cours des annexes du prochain volume des Codices Chrysostomici Graeci, consacré aux codd. Parisini gr. 731-1030, est l’occasion de présenter quelques acquis pour l’histoire du texte chrysostomien, et plus généralement pour la connaissance du manuscrit byzantin, de ce programme de la section grecque de l’IRHT, mené en étroite collaboration avec Jacques-Hubert Sautel, en parallèle avec plusieurs autres programmes dont il a également bénéficié (Manuscrits datés du XIVe siècle, I-Stamboul). Si certaines particularités codicologiques ou paléographiques méritent de retenir l’attention comme des cas spécifiques, peut-être liés à des copistes ou à des « ateliers » particuliers qui restent plus ou moins énigmatiques, on mettra l’accent sur les résultats de notre enquête qui ont une incidence sur l’histoire des manuscrits et du texte chrysostomien.

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Étienne chez Jean Chrysostome : conférence de C. Broc-Schmezer aux Sources Chrétiennes le 22 novembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 22 novembre 2023 de 14h à 16h, Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) donnera une conférence intitulée:

Étienne chez Jean Chrysostome

« Dès que la bouche d’Étienne fit silence, retentit aussitôt la trompette de Paul » (De Mut. Nom., PG 51, 139, 20-21). Loin de se limiter au problématique commentaire des Actes, la figure d’Étienne est très riche chez Jean Chrysostome, et croise nombre de ses thèmes majeurs, comme l’endurance dans le martyre, la fidèle présence de la Providence, la mise en valeur de Paul, ou le soin des pauvres. Mais elle illustre également des thématiques plus discrètes, comme la représentation de la mort. Nous proposerons un parcours sur ce personnage finalement très important dans l’ensemble de l’œuvre de Jean Chrysostome, du début à l’extrême fin de sa vie. 

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Colloque à Fribourg: “Opus imperfectum in Matthaeum. The Text in Its Contexts” (19-21 octobre 2023)

Du 19 au 21 octobre 2023, Franz Mali et ses collègues de l’Université de Fribourg, en Suisse, organisent un colloque sur l’Opus imperfectum in Matthaeum, longtemps attribué à Jean Chrysostome. En collaboration avec le Groupe Suisse d’Etudes Patristiques (GSEP), cet événement a lieu dans le cadre d’un projet financé par le Fonds National Suisse «Édition critique, traduction française et commentaire de la première partie (prologue et homélies 1 à 22) de l’Opus imperfectum in Matthaeum (CPL 707)», au sein de la Chaire de Patristique et d’Histoire de l’Église ancienne de l’Université. Une vingtaine de spécialistes de divers pays sont au programme de cette rencontre qui est la première qui soit consacrée à une œuvre qui a pourtant connu une postérité si grande qu’elle a contribué de manière significative à celle du Chrysostome authentique chez les Latins.

Programme et toutes informations sur https://agenda.unifr.ch/e/fr/14236/

Conférence de Rocco Schembra aux Sources Chrétiennes le 11 octobre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes” – animé par Pierre Augustin (CNRS, IRHT), Guillaume Bady (CNRS, HiSoMA) et Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) –, le mercredi 11 octobre 2023 de 14h à 16h, Rocco Schembra (Univ. de Turin, chercheur invité à HiSoMA) donnera une conférence intitulée:

L’homélie In mulieres unguentiferas de Grégoire d’Antioche : projet d’édition critique

L’homélie In mulieres unguentiferas (PG 88, 1848-1866 ; CPG 7384) de Grégoire d’Antioche, patriarche de 570 à 593, est parfois attribuée à Jean Chrysostome ou à d’autres Pères. Elle est consacrée aux myrrhophores, c’est-à-dire les femmes qui ont apporté les onguents au tombeau du Christ pour accomplir le pieux office de l’ensevelissement et l’ont trouvé vide, étant ainsi les premiers témoins de l’événement de la résurrection.
Le travail en cours, visant à produire la première édition critique de l’homélie, permet déjà de mettre en lumière une tradition manuscrite extrêmement riche (plus de 100 manuscrits), de déceler l’existence possible d’une deuxième recension et de renouveler de manière significative la connaissance du texte.

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Télécharger l’affiche

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Conférence de Martin Wallraff et Christophe Guignard aux Sources Chrétiennes le 27 septembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes” – animé par Pierre Augustin (CNRS, IRHT), Guillaume Bady (CNRS, HiSoMA) et Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) –, et au sein des manifestations à l’occasion des 80 ans des Sources Chrétiennes, le mercredi 27 septembre 2023 de 16h à 18h, Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich) et Christophe Guignard (Université de Strasbourg), donneront une conférence intitulée:

L’Oratio funebris in laudem S. Ioannis Chrysostomi du Pseudo-Martyrios : vers une nouvelle édition pour la collection Sources Chrétiennes

Alors que la nouvelle de la mort en exil de Jean, évêque de Constantinople, le
14 septembre 407, va bientôt provoquer dans tout l’empire romain comme une
onde de choc, l’un de ses proches partisans rédige un éloge du saint qui est à
la fois le récit d’une vie, une attaque des adversaires, une consolation des
« johannites » et un appel à la résistance.
C’est sans doute le premier témoignage connu sur la vie de Jean « Bouche
d’or », mais pendant longtemps ce texte n’a été connu que très partiellement.
Depuis la première édition complète parue en 2007, comment la recherche a-telle
évolué, et quels nouveaux éléments la nouvelle édition qui est en
préparation pour Sources Chrétiennes peut-elle apporter ?

Affiche_27sept23

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); pour un lien de visioconférence, s’adresse à guillaume.bady@mom.fr

Objet d’un partenariat entre HiSoMA (équipe CNRS des Sources Chrétiennes), l’Association des Amis de Sources Chrétiennes et l’IRHT, la conférence est organisée avec le soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes dans le cadre des 80 ans des Sources Chrétiennes.

Martin Wallraff et Christophe Guignard

Martin Wallraff et Christophe Guignard aux Sources Chrétiennes le 27 septembre 2023

 

 

 

Une soutenance en théologie au Centre Sèvres

Le 15 juin 2023, au Centre-Sèvres (Paris), le P. Paul Claude Diokh a soutenu une thèse sur le thème : « Les interactions entre l’humain et son univers chez Chrysostome. Résonance en écologie ». Elle a reçu la mention « très bien », attribuée par un jury présidé par Mme Dominique Coatanea et composé du P. Michel Fédou, du P. Jacky Marsaux et du directeur de la thèse, le P. Pierre Molinié.

Sensibilisé aux défis éthiques que les problèmes écologiques imposent à la conscience de l’homme contemporain, le candidat proposait de trouver chez le Père antiochien les éléments d’une réflexion sur les interactions entre l’homme et l’univers. La présentation du travail a été articulée selon sept points : l’analyse de la notion de Création (à partir de la Genèse) ; le traitement des critiques contemporaines envers l’anthropologie judéo-chrétienne où l’homme est « maître et dominateur de la nature » ; la destination anthropologique de l’univers (avec ses fonctions de subsistances et d’exemplarité) ; la dimension éthique du rapport à l’univers (et l’opposition chrysostomienne aux notions de possession et d’exploitation), auxquelles sont liées les idées de loi naturelle et de bien commun ; la vocation sacerdotale de l’être humain, intermédiaire entre l’univers matériel et Dieu immatériel ; enfin, les contours de la réconciliation éthique et spirituelle entre l’homme et son univers.

Le souci du candidat a été d’éviter deux écueils : l’approche contextualiste – enfermer les propos chrysostomiens dans son époque sans chercher leur actualité – et l’approche juxtaposante, c’est-à-dire une application de principes antiques sans discernement. Dans ce cas, un travail critique s’impose et constitue, selon le. P. Fédou, le devoir du théologien. À cet égard, l’exemple pris du tremblement de terre – présenté par Chrysostome comme un châtiment divin causé par le péché des hommes – trouve une « résonnance » (cf. le titre de la thèse) dans l’actualité, au moment où les premiers mois de 2023 virent encore la région d’Antakya (Antioche) touchée par un violent et meurtrier séisme.

Les membres du jury ont apprécié l’initiative de croiser la pensée d’un père de l’’Église et un thème important dans les débats contemporains. De même, la qualité du chapitre consacré à l’éco-biographie de Chrysostome sur les conditions d’existence à Antioche, a été soulignée. Quelques remarques concernaient aussi la méthode. Ainsi l’usage trop systématique du concept d’« écologie chrétienne » est apparu anachronique. Dans une autre perspective, le recours à la méthode de « résonnance » laissait attendre une importance donnée aux notions d’écoute et de relation (écoute du texte biblique, écoute des êtres vivants, écoute du discours de J. Chrysostome), tandis que la thèse a semblé mettre l’accent sur la défense et la mobilisation de ressources dans une visée apologétique. Enfin, il a été souligné qu’une critique plus accentuée de certaines justifications théologiques par Chrysostome des catastrophes naturelles (voir l’exemple du tremblement de terre) ferait encore avancer la réflexion actuelle sur ce thème.

De nombreuses autres pistes d’approfondissements ont été indiquées : les voies nouvelles pour exprimer dès aujourd’hui un nouvel adamisme (sur les contours d’une relation saine de l’homme moderne avec l’environnement) ; ou encore, l’occasion de renouveler la compréhension de la « domination » de l’homme sur l’univers prônée par la Genèse. Pour ce faire, une clé de lecture serait peut-être dans l’unité entre cosmologie et christologie. L’importance de la figure christique du « nouvel Adam » et du rapport renouvelé avec la nature de chacun de ses disciples (en particulier les moines au ive s.) serait alors le point de démarcation entre la théologie chrétienne et une lecture voisine de la Genèse, celle de la théologie juive.

Enfin, il a été noté le remarquable travail de collections d’extraits sur le thème de la Création chez Jean Chrysostome. Ces textes pourraient déjà, à eux seuls, constituer une belle anthologie. Puissent-ils être un jour publiés, ainsi que la thèse toute entière. Ainsi cette publication stimulerait la recherche sur un sujet d’une… brûlante actualité. 

Alexandre ÉTAIX & Juan Pablo ROMERO

Journée d’Actualités chrysostomiennes 2023

L’édition 2023 des Actualités chrysostomiennes a eu lieu le mercredi 21 juin à l’Institut des Sources Chrétiennes / HiSoMA, 22 rue Sala, 69002 Lyon, de 10h30 à 16h30. Étaient réunis sur place Guillaume Bady, Catherine Broc-Schmezer, Pierre Augustin, Pierre Molinié, Jean-Paul Lesimple, Manon des Portes et Côme Bernard-Bacot.

La visioconférence a permis à de nombreux chercheurs de France, d’Europe et des extrémités du globe de se réunir autour de Jean Chrysostome. Parmi les intervenants se trouvaient Margaret M. Mitchell, Maria Konstantinidou, Sam Kennerley, Kenneth J. Howell, Doru Costache, Leslie Dossey, Paul Claude Diokh, Chiara Spuntarelli, P. Michael Tishel, Peter Montoro etc.
Grâce à la connexion en ligne ont pu également participer et assister à la journée Victor Boutanos, Thibault Clerice, Cyril Crépet, Mathew Cuipers, Elisabeth Gauché, Radu Garbacea, Giada Di Giuseppe, Mihai Grigoras, Andreas Henn, Marc-Antoine Hubert, Matthew Jarvis, Sergei Kim, Jacky Marsaux , Carlo Perelli, Matthieu Pignot, etc. En tout, plus de quarante personnes ont participé ou assisté à cette journée.

Vous trouverez ici le compte-rendu en français et en anglais fait par Magdeleine Nivault et Alexandre Etaix.

L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome

La séance du séminaire chrysostomien du 23 novembre 2022 a été consacrée à un exposé sur ce sujet par Mathieu Cuijpers, qui prépare une thèse à la KU Leuven sur les figures d’Abraham et de David dans les œuvres de Jean Chrysostome. Le texte en question (publié en PG 55, 565-575), dont il existe des versions latine, copte, arménienne et géorgienne, fait partie d’un groupe de trois homélies dont l’unité d’auteur et de contenu n’est pas assurée.

S’appliquant successivement à chacun des six segments de l’homélie, M. Cuijpers fait remarquer que de l’histoire de David n’avaient été retenus par le rédacteur que certains épisodes, à savoir ceux durant la jeunesse du roi : sa supériorité sur ses frères et sa victoire contre Goliath ; et ceux qui ont trait à son péché : l’enlèvement de Bethsabée et la rencontre avec le prophète Nathan. Cette sélection s’explique pour des raisons parénétiques, l’exhortation morale prenant appui sur l’exemple biblique. Ainsi la dichotomie entre l’exemplarité du David jeune et le vice de celui d’âge mûr permet à l’homéliaste de critiquer la conception antique de la vieillesse comme gage de sagesse, et de montrer qu’avec le temps s’accroît plutôt la propension au péché. À l’inverse, l’absence de l’épisode de la caverne se comprend par le fait que cette scène ne dépeint pas cette dichotomie et n’appuie donc pas le discours moral. L’auteur fait également un rapprochement mélioratif entre la volonté du jeune David de se retirer du monde pour s’occuper de son troupeau, et la mission pastorale et la vie ascétique chrétiennes. À travers l’exemple du jugement porté par les gens sur David pour son apparence, et non pour son cœur comme le fait Dieu à juste titre, l’auteur blâme la superficialité. Inversement, il décrit Bethsabée comme étant d’une grande beauté mais mauvaise à l’intérieur, renforçant ainsi son propos. Dans le même registre, la rivalité de David avec ses frères aînés et sa victoire inattendue sur Goliath donnent au prédicateur matière à vilipender la jalousie. Enfin, le péché du roi David et sa confrontation avec Nathan motivent la principale exhortation de l’auteur à la confession et à l’expiation des péchés, sur l’exemple de David dissimulant d’abord sa faute mais finissant par la reconnaître. L’homélie se termine sur une condamnation de la prostitution et de la lubricité, un encouragement à la pénitence et une défense du mariage, qui est selon l’auteur, s’appuyant sur la réciproque appartenance des corps entre les mariés exprimée en 1 Co 7,4, la solution cardinale pour se préserver de la débauche.

On trouve sur ce thème chez Chrysostome des similitudes : commentaire sur la jeunesse et la vieillesse, le renvoi à Paul concernant la vie conjugale, et certains choix de représentation de David (par exemple les deux auteurs attribuent à David des propos modérés face au roi Saül). Il y a aussi des similitudes syntaxiques et lexicales entre l’homélie In Ps 50 I et d’autres homélies de Chrysostome, dont : Contra ludos et theatra, In illud : Propter fornicationes uxorem, et De paenitentia homiliae 1-4 et 6. Cette réutilisation de formulations et de thèmes chrysostomiens, en tant qu’elle est excessive, fait pencher selon M. Cuijpers pour une origine pseudochrysostomienne. Des parallèles avec Léonce de Constantinople et, surtout, Basile de Séleucie vont aussi dans ce sens.

L’abondance d’influences stylistiques de la littérature antique (Plutarque, les Progymnasmata de Libanius, Achille Tatius, etc.) est un autre critère, en particulier l’ekphrasis, cette capacité à mettre un texte en image pour faire du lecteur un spectateur, et la présence de nombreuses métaphores. M. Cuijpers compare ainsi écriture et peinture et qualifie même l’approche de romanesque. Cette réappropriation des codes de la littérature antique apparaît non seulement comme novatrice au sein de la tradition littéraire paléochrétienne, et réussie car offrant à l’homélie un aspect pittoresque attrayant, mais semble dépasser l’inspiration chrysostomienne.

Ce billet est un résumé d’un compte rendu rédigé par Anthony Rostand

Voir l’article publié depuis (le 19 janvier 2024) par M. Cuijpers: “Shaping Mind and Model: John Chrysostom’s Method of Exemplification in De Davide et Saule I“, Vigiliae Christianae, 2024, p. 1-22.

L’édition interrompue des Sermons contre les juifs et les judaïsants de Jean Chrysostome

L’édition des Sermons contre les juifs et les judaïsants pour les Sources Chrétiennes est interrompue depuis de nombreuses années, en particulier parce que les collations des manuscrits ont été perdues du fait du format irrécupérablement obsolète des fichiers qui les contenaient. Prenant acte de cette interruption durable, Rudolf Brändle, qui est à l’origine de l’entreprise, a souhaité que le travail déjà effectué, à défaut d’être publiable, soit mis en forme et mis au moins d’une certaine manière à la disposition des chercheurs.

À la demande de R. Brändle, j’ai donc composé les Sermons en un volume de 670 pages et l’ai fait imprimer à 10 exemplaires pour les auteurs (R. Brändle, Wendy Pradels et Martin Heimgartner). R. Brändle a mis un exemplaire en dépôt à la Bibliothèque universitaire de Bâle (dans le fonds qui porte son nom) et j’en ai déposé un autre dans celle des Sources Chrétiennes.

Les 670 pages comprennent un avant-propos et l’introduction générale par R. Brändle, plusieurs chapitres par M. Heimgartner et W. Pradels, l’introduction à l’histoire du texte par W. Pradels, une bibliographie (tous ces éléments allant jusqu’à la p. 200), et, dus aussi à W. Pradels, un texte grec nouveau fait sur la base de collations hélas disparues, et une traduction de travail avec annotation minimale.

Voici ce que j’écris comme éditeur dans une note liminale (p. 11-12) :

Ce volume a été composé à partir du dernier état des fichiers, qui, moyennant quelques modifications en 2017, et d’autres faites en mars et en juin 2022, remonte pour l’essentiel à 2011, y compris l’avant-propos, conservé tel quel dans les pages précédentes.

Le titre Sermons contre les juifs et les judaïsants, inspiré de celui du Sermon 1, entend indiquer l’intention globale de ces textes, connus en grec sous le titre λόγοι κατὰ Ἰουδαίων.

Dans l’introduction, les parties rédigées par R. Brändle et M.Heimgartner ont initialement été traduites par Annie Courbon-Kösters. À quelques détails près, le texte grec est celui établi par W. Pradels sur la base des collations qu’elle a faites des manuscrits et de l’histoire du texte qu’elle a rédigée dans l’introduction ; j’ai précisé en notes les rares modifications que je suggère par rapport au texte du Sermon 3 publié en ZAC 5. À défaut de données complètes, l’apparat critique n’a pu être présenté. Comme le texte est resté provisoire, la traduction et les notes n’ont pas fait l’objet d’une révision approfondie.

(…) j’ai pu élaborer un index à partir de l’apparat biblique – lui aussi provisoire, et objet de modifications mineures effectuées pour ce volume (…). En guise de vérification, seule la suggestion de plan que je me suis permis d’insérer dans la table des matières pour faciliter la lecture (Excursus 5) renvoie à une linéation à jour.

Comme le dit la citation en exergue, habent sua fata libelli…

Il concetto di proairesis nell’opera di Giovanni Crisostomo

È con questo titolo che, il 27 ottobre 2022, nell’aula della Facoltà di Teologia del Pontificio Ateneo S. Anselmo a Roma, Alexandre Etaix ha difeso una tesi di dottorato sul concetto di προαίρεσις in Crisostomo. Alla presenza di un pubblico attento e presieduta dal Decano di Teologia Don Fernand Rivas (osb), la comissione era composta dal direttore della tesi Don Matteo Monfrinotti, dal primo censore Don Ubaldo Cortoni (osb cam) e dal secondo censore, Suor Maria Luciana Tartaglia (osb). In modo originale, il candidato ha affrontato uno dei temi più importanti sviluppati da Crisostomo, quello della volontà deliberata. Ricco di risonanze filosofiche e di grande attualità, è il fondamento della libera scelta umana in ambito morale. Al termine di una discussione ricca e vivace, la tesi del sg. Etaix è stata approvata summa cum laude e, con il consenso del direttore della tesi, incoraggiata alla pubblicazione.

Secondo l’autore, il titolo scelto – “Vivre est un art” – intendeva riflettere la dimensione esistenziale di questa nozione, definita dall’antiocheno come un “movimento che nasce da noi stessi e va verso dove vogliamo”. Lungi dall’essere una facoltà astratta, è un fatto reale, cioè la dinamica di un atto in corso, quello di una vita umana concreta. La parola è quindi adatta a designare una creatura, libera e unica, nella sua individualità più irriducibile.

Questo titolo mette in evidenza anche una bella metafora: Crisostomo non esita da paragonare Dio a un pittore che desidera trasmettere tutta la sua arte e il suo sapere a suo figlio, l’uomo. E quest’ultimo ha solo un’opera da produrre: se stesso. Crisostomo afferma che quest’arte si compie solo nell’esercizio della sua προαίρεσις; attraverso di essa completa la creazione che è dando forma all’essere che diventa. Poi, se vuole compiere un’opera mirabile, il modello che l’uomo deve seguire è l’inaudita liberalità divina, di cui egli stesso è stato il beneficiario, ricevendo da Dio il dono della propria libertà.

Sergio Zincone

La proairesis chez Jean Chrysostome : une soutenance de thèse à Rome

« Vivre est un art. Origines, définitions et usages de la notion de προαίρεσις chez Jean Chrysostome »

C’est sous ce titre que, le 27 octobre 2022, dans l’aula de la faculté de théologie de l’Athénée pontifical S. Anselmo à Rome, M. Alexandre Etaix a soutenu une thèse de doctorat sur le concept de προαίρεσις chez Chrysostome. En présence d’un public averti et présidé par le doyen de la théologie le P. Fernand Rivas (osb), le jury était composé du directeur de thèse, le P. Matteo Monfrinotti, du premier censeur le P. Ubaldo Cortoni (osb cam) et du deuxième censeur, sr Maria Luciana Tartaglia (osb). De manière originale, le candidat a abordé l’un des thèmes les plus importants développés par Chrysostome, celui de la volonté délibérée. Riche en résonances philosophiques et d’une grande pertinence, il est le fondement du libre choix humain dans le domaine moral. À la fin d’une discussion riche et animée, la thèse de M. Etaix a été approuvée summa cum laude et, moyennant le consentement du directeur de la thèse, encouragée à la publication.

Selon l’auteur, le titre choisi – « Vivre est un art » – a voulu rendre compte de la dimension existentielle de cette notion, définie par l’Antiochien comme un « mouvement qui vient de nous-mêmes et qui va vers là où nous voulons ». Loin d’être une faculté abstraite, elle est un fait actuel, c’est-à-dire la dynamique d’un acte en cours, celle d’une vie humaine concrète. Aussi le mot est-il apte à désigner une créature, libre et unique, dans son individualité la plus irréductible.

Ce titre tenait aussi à mettre en valeur une belle métaphore : Chrysostome n’hésite pas à comparer Dieu à un artiste peintre qui aurait le souhait de transmettre tout son art et son savoir-faire à son fils, l’homme. Et ce dernier n’a qu’une seule œuvre à produire : lui-même. Chrysostome affirme que cet art s’accomplit uniquement dans l’exercice de sa προαίρεσις ; par elle, il achève la création qu’il est en façonnant l’être qu’il devient. Et s’il veut accomplir une œuvre admirable, le modèle que l’homme doit suivre est l’inouïe libéralité divine, dont lui-même a bénéficié en recevant de Dieu le don de sa propre liberté.

Sergio Zincone, Professeur émérite de littérature chrétienne ancienne à l’université La Sapienza (Rome) (traduit de l’italien par A.E.)