Le Quod Christ sit Deus attribué à Jean Chrysostome : la thèse d’Anthony Glaise, soutenue le 21 novembre 2020

Avec succès, Anthony Glaise a soutenu samedi 21 novembre 2020, pour obtenir le grade de Docteur de l’université de Tours dans la discipline des Lettres classiques, sa thèse intitulée : Le Quod Christus sit Deus attribué à Jean Chrysostome (CPG 4326) : édition, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs de thèse, Bernard Pouderon (Univ. de Tours) et Brigitte Mondrain (EPHE), ainsi que de Catherine Broc-Schmezer (Univ. Lyon 3), Diane Cuny (Univ. de Tours), Sébastien Morlet (Univ. Paris-Sorbonne), Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians Universität, Munich) et moi.

La thèse se présente en 2 volumes. Le premier comporte, sur 466 pages, une étude en 4 parties : 1° Le Sitz im Leben (authenticité, style, datation, vie religieuse à Antioche, dimensions polémiques, importance des citations bibliques), 2° La tradition manuscrite, 3° La postérité (éditions et tradition indirecte), 4° La traduction en français avec annotation ; en fin de volume figurent bibliographie, annexes et index biblique. Le volume II, de 86 pages, offre l’édition critique du texte.

A. Glaise, recensant une masse impressionnante de parallèles chrysostomiens, plaide pour l’authenticité. S’appuyant notamment sur un passage de Socrate situant vers le début de la période antiochienne un « Logos contre les juifs » – au lieu des logoi au pluriel attendus pour la « série » Adversus Iudaeos –, il émet l’hypothèse d’une datation vers 380. Tout en défendant l’idée que malgré son inachèvement l’écrit n’a pas de partie manquante qui serait adressée aux juifs et que le titre originel est celui qui vise les seuls Grecs, il reconnaît en fait pour destinataires réels moins ces derniers que les juifs et certains groupes de chrétiens. Analysant le très riche matériau biblique, il replace le texte dans la lignée des testimonia et de la tradition littéraire apologétique, en reprécisant l’influence de la Démonstration évangélique d’Eusèbe.

Dans les deux parties suivantes, dont les acquis seront particulièrement profitables désormais pour les spécialistes, il reconstitue l’histoire du texte à travers l’analyse fouillée de 16 manuscrits à partir du 9e siècle, et celle des principales éditions latines, puis grecques. Il s’intéresse de surcroît à la postérité littéraire à travers plusieurs œuvres : les Adversus Iudaeorum observationes au 12e s. (avec un passage transcrit en annexe), la Chaîne sur l’Évangile de Luc de Nicétas d’Héraclée (mort après 1117), les écrits de Thomas d’Aquin (dépendant de Nicétas) au 13e s. et les Capita decem pro divinitate Christi de Charitonyme Hermonyme au 15e.

Le texte critique, fondée sur la collation de très nombreux manuscrits – tous, sauf deux, tardifs, qui pourront être consultés ultérieurement –, prend prioritairement appui sur le plus ancien, qui, avec le soutien de 2 ou 3 autres, prodigue un texte exempt des retouches que l’on constate dans une autre partie de la tradition. Ainsi se trouvent dépassées, et de loin, les éditions précédentes, y compris celle de N.G. McKendrick (1966).

Les membres du jury ont discuté, parfois âprement, tous les aspects de ce travail, qui, entre autres mérites, ne manquera pas de susciter un regain d’intérêt pour cette œuvre très singulière.

Y a-t-il une doxologie propre à Jean Chrysostome ?

La deuxième séance du séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » sera assurée par Guillaume Bady (HiSoMA, Sources Chrétiennes) le mercredi 18 novembre 2020, de 14h à 16h en visioconférence, sur le sujet suivant:

Y a-t-il une doxologie propre à Jean Chrysostome ? Enquête globale et vérification dans les manuscrits des Homélies sur la Lettre aux Philippiens

« Chrysostome a une finale et une doxologie qui lui appartiennent en propre. » Cette remarque due à la sagacité d’Antoine Wenger en 1957 se vérifie-t-elle encore aujourd’hui ? Dans un premier temps, une enquête dans l’ensemble du corpus patristique grec aussi bien que dans les œuvres chrysostomiennes donnera quelques résultats, avec un aperçu des traductions de Chrysostome en syriaque et en arménien. Dans un second temps sera proposée une vérification dans les manuscrits des Homélies sur la Lettre aux Philippiens, par une collation collective simultanée de la fin de l’homélie 15.

Contact pour obtenir un lien: guillaume.bady@mom.fr

À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des «témoins perdus» des Homélies sur l’Épître aux Philippiens

Le séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » reprend de plus belle en 2020-2021, à raison d’un mercredi par mois de 14h à 16h aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon: vous pouvez découvrir le programme complet sur ce carnet.

La première séance sera assurée par Pierre Augustin (IRHT, Paris) le mercredi 14 octobre 2020, sur le sujet et avec l’argumentum suivants:

À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des « témoins perdus » des Homélies sur l’Épître aux Philippiens  

Les séances de mars et avril 2019 ont permis de présenter de manière succincte la tradition manuscrite conservée des Homélies sur l’Épître aux Philippiens et de situer leurs principales éditions et traductions dans l’histoire de l’érudition chrysostomienne. En précisant leur datation, leur provenance et parfois leur insertion dans un corpus plus large, nous avons donné un premier classement chronologique des témoins grecs et esquissé quelques regroupements en fonction de l’analyse des « paratextes » (arguments, pinax et titres d’ethica). Par ailleurs, en nous fondant sur les préfaces et les annotations, mais aussi sur les archives de nos prédécesseurs, nous avons cherché à préciser leurs sources et leur méthode de travail. Sur ce point, il reste néanmoins quelques zones d’ombre : certaines sources attestées par nos devanciers semblent avoir aujourd’hui disparu. En parcourant gloses et annotations, correspondances érudites ou inventaires de bibliothèques, nous tâcherons de retrouver, ou à défaut d’identifier le plus précisément possible les éventuels témoins « perdus » de la série Sur l’Épître aux Philippiens, en nous attachant à quatre exemples : la source chrysostomienne de deux gloses carolingiennes issues de l’entourage de Jean Scot Érigène (9e siècle), celle d’une traduction latine due au camaldule Ambrogio Traversari (15e siècle), enfin, dans le sillage de Gian Matteo Giberti, les mystérieux « codices » de Niccolò Leonico Tomeo (1456-1531) et Guillaume Budé (1467-1540).

« Semaine des Bouchées d’Or », 13-18 juillet 2020

Sur une idée de Manon des Portes, et à son invitation, quelques chrysostomiens se sont retrouvés en Isère du 13 au 18 juillet 2020 pour une semaine qui était la première en son genre. Ensemble, ils ont mis les « bouchées doubles » pour effectuer, sous la conduite de Guillaume Bady, des sondages préparatoires à l’édition critique des Homélies sur les Philippiens de Jean Chrysostome. A raison de quatre à cinq heures par jour de collation effectuée en commun, les chercheurs réunis ont pu confirmer la mise en évidence de familles de manuscrits sur plusieurs passages différents : le début de l’argumentum, une partie de l’homélie 4 correspondant au début de l’ecloga 39, la 1re moitié de l’homélie 6, le début de l’homélie 12 (pour situer l’un des manuscrits).

L’expérience commence à faire ses preuves : un lecteur proclame lentement le texte tel qu’édité par Field et tous relèvent pour les lui communiquer les leçons variantes dans le ou les témoins dont ils ont la reproduction. L’on a collationné de cette façon jusqu’à une vingtaine de manuscrits simultanément (ainsi que la version arménienne), le caractère collectif de l’opération prévenant beaucoup d’oublis et permettant de résoudre maints problèmes de paléographie.

Cette semaine a été permise par l’investissement de chacun en temps et en déplacement (sans parler des talents culinaires) et par l’accueil gracieux de la grand-mère de Manon des Portes en sa maison de famille. Elle a bénéficié aussi du soutien de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, grâce au legs de Gilberte Astruc-Morize.

Cette semaine aura aussi été l’occasion de renforcer les liens entre les membres de la communauté chrysostomienne présents, à savoir Guillaume Bady, Alexandre Etaix, Elisabeth Gauché, Sergey Kim, Jean-Paul Lesimple, Pierre Molinié, Carlo Perelli (accompagné de son épouse, Lucia) et Manon des Portes. L’expérience sera probablement renouvelée à une période qui, nous l’espérons, conviendra à tous ceux qui ont regretté de ne pouvoir venir à cette première session.

 

Des chrysostomiens déjeunant entre deux séances de collation.

Observations pour l’édition des panégyriques des femmes martyres de Jean Chrysostome

par Nathalie Rambault (HiSoMA – Sources Chrétiennes)

La tradition des panégyriques de martyrs repose pour l’essentiel sur les recueils de sermones panegyrici, dix codices copiés entre les Xe et XIIIe siècles. Éditer les panégyriques en l’honneur des femmes martyres à partir de ces sources pose différents problèmes parce que nous avons affaire à des témoins dont le texte a été remanié à des degrés divers. Un même manuscrit peut ainsi, d’un texte à l’autre, ou même dans un même texte, puiser à différentes branches de la tradition. Et la raison d’être de ces interventions qui ont parfois une incidence sur le sens du texte n’est pas facile à déterminer. Le défi sera de reconstituer autant que possible le texte en s’appuyant sur des témoins qui ont subi des accidents de transmission et des interventions plus ou moins importantes.

Le résumé complet:

Compte rendu des « Actualités Chrysostomiennes » du 18 janvier 2020

La dernière session des « Actualités Chrysostomiennes » s’est déroulée le samedi 18 janvier 2020 dans les locaux de l’Institut des Sources chrétiennes, rue Sala à Lyon. Dix-huit chercheurs se sont réunis pour échanger sur leurs travaux, dont cinq en visio-conférence ; l’on a aussi lu les billets envoyés par six autres.

Manon des Portes et Alexandre Etaix, qui en ont assuré l’organisation, en proposent ici un compte rendu.

Le séminaire sur Jean Chrysostome continue!

La prochaine séance du séminaire sur Jean Chrysostome, consacré à l’édition et de l’histoire de ses textes, aura lieu par visioconférence

le mercredi 15 avril 2020 de 14h à 16h

Jean-Paul Lesimple (Institut Protestant de Théologie, Paris) y interviendra sur le sujet suivant:
Comment Jean Chrysostome lit-il l’« hymne » de Philippiens 2,5-11 ?

Contact pour obtenir le lien de visioconférence : guillaume.bady@mom.fr

Sergey Kim, Les versions orientales des Homélies de Jean Chrysostome sur l’Épître aux Philippiens

Lors de la séance du 19 février 2020 du séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » aux Sources Chrétiennes, et dans le cadre du projet d’édition des Homélies de Jean Chrysostome sur l’Épître aux Philippiens, Sergey Kim a présenté ses recherches sur les versions orientales de cette œuvre.

1. Les versions arméniennes

1.1. Une version complète

Il existe une version complète, éditée par les Mekhitaristes : Յովհաննու Ոսկեբերանի Կոստանդնուպօլսի եպիսկոպոսապետի մեկնութիւն թղթոյն Պաւղոսի [De Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople, Commentaire sur les épîtres de Paul], vol. I. Venise, 1862, p. 342-521

Le problème est qu’on ne sait sur quel manuscrit ce texte arménien complet a été édité. Le catalogue des mss. des Lazaristes de Venise, de Basile Sarghissean, ne mentionne aucun témoin des Homélies (cf. aussi un inventaire des œuvres patristiques en français par Joseph Muyldermans dans Le Muséon 1934).

Seul l’argumentum est attesté dans les mss. conservés à Erevan.

  1. Matenadaran 22, XVII s., ff. 203r-209v : argumentum (Յովհաննու Ոսկեբերանի Ի Փիլիպեցւոց թղթոյն – INC : [Փ]իլիպեցիք ի քաղաքէ Մակեդոնացւոց են…)
  2. Matenadaran 1449, a. 1656, ff. 147r-149r : argumentum (Յոհաննու Ոսկէբերանէ ասացեալ — INC : Փիլիպեցիքն ի քաղաքէ Մակենդոնացւոց են)
  3. Matenadaran 1879, XIII s., ff. 338r-339v: argumentum (INC : Փիլիպեցիքն ի քաղաքէ Մակենդոնացւոց են)
  4. Matenadaran 2691, a. 1618-1627, ff. 145v-159r: argumentum (INC : Փիլիպեցիքն ի քաղաքէ Մակենդոնացւոց են)

1.2. Une version abrégée ?

Deux manuscrits comportent apparemment une version abrégée, avec argumentum et en 4 chapitres :

  1. Wien, Mkhit. 42, XVI-XVII s., ff. 155v-171r (argumentum; 4 chapitres)
  2. Wien, Mkhit. 103, XVI-XVII s. (argumentum; 4 chapitres)

1.3. Un commentaire inédit en 4 chapitres, sans nom d’auteur

Il existe par ailleurs un commentaire sur l’Épître aux Philippiens qui est inédit et sans nom d’auteur, transmis dans le ms. du Matenadaran 1872, XVIII s., ff. 198r-326v. Le plus curieux est peut-être cette division en 4 chapitres, semble-t-il sans équivalent :

Argumentum: ff. 198rv, INC : Պօղոս ի Մակեդոնեա յԱստուծոյ կոչեալ…
Ch. 1 : ff. 199r-230r, INC: Աղաչէ նախ վասն Փիլիպպեցւոց ի հաւատն…
Ch. 2 : ff. 230v-272r, INC: Տե՛սանին փիլիպպեցիք, որպէս եւ կորն թացիք…
Ch. 3 : ff. 272v-304v, INC: Նախ յայսմիկ գլխոջ ձեռ նամխի…
Ch. 4 : ff. 305r-326v, INC: Յորդորէ առ համաձայնութիւն, խնդութիւն, DES : որք փառաւորք են յերկինս սուրբքն սրբոց:

2. La version syriaque conservée dans le manuscrit British Library, Add. 14566, ff. 1-22

La version syriaque semble n’être conservée que dans un seul témoin.

2.1. Le manuscrit

Le manuscrit est décrit par William Wright, Catalogue of Syriac Manuscripts in the British Museum Acquired since the Year 1838. Part II. London: Cambridge University Press, 1871, p. 476 (no. DXCIV). Il date le ms. du VIe s. ; il note la présence du colophon f. 22vb.

Voir aussi Jeff Childers, Studies in the Syriac versions of St. John Chrysostom’s homilies on the New Testament. (PhD Thesis.) Vol. 1. Oxford, 1996, p. 51-52.

Ce témoin très ancien est malheureusement très lacunaire, mais particulièrement intéressant.

2.2. Constitution des cahiers

L’astérisque avant ou après le chiffre signifie la présence de la signature de cahier au début ou à la fin du cahier.

I – (lac.) 1 (lac.) 2 (lac.)
II – *3 (lac.) 4 (lac.) 5 6 7 (lac.)
III – *8 9 (lac.) 10 11*
IV – (lac.) 12 13 14 15 16 17 18 19 (lac.)
V – (lac.) 20*
(lac.)
XV – 21 22 23 24 25 26 27 28 etc.

2.3. Etat de conservation du texte du commentaire aux Philippiens

Argumentum                  –                     (deest)                                     –
Hom. 1 :             ff. 1ra, 2, 3, 4, 5-6rb      (lac.)                                        cahiers I-II
Hom. 2 :             ff. 6rb-7, 8-9, 10-11vb (lac., des. mut.)                        cahiers II-III
Hom. 3 :             ff. 12ra-13vb                (inc. mut., lac.)                         cahier IV
Hom. 4 :             ff. 14ra-19vb                (des. mut.)                               cahier IV
Hom. 5 :             –                                  (deest)                                     –
Hom. 6 :             ff. 20ra-vb                    (inc. mut., lac., des. mut.)         cahier V
Hom. 7-14 :        –                                  (desunt)                                   –
Hom. 15 :           ff. 21ra-22vb                (inc. mut.)                                cahier XV

2.4. Titres des Homélies

Plusieurs types de titres sont à observer : les titres initiaux (inscriptio) et les titres finaux (suscriptio), avec parfois, en haut d’une page, un rappel du titre.

Hom. 1 :            

Titre initial (en rouge, f. 1ra) : 

ܡܐܡܪܐ <ܩܕ>ܡܝܐ ܕܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܩܕܝܫܐ ܡܪܝ ܝܘܚܢܢ ܐܦܝܣܩܘܦܐ ܕܩܘܣܛܢܛܝܢܦܘܠܝܣ. ܕܡ̇ܚܘܐ ܕܗ̇ܢܘܢ ܕܡܫܬܘܬܦܝܢ ܒܗ̇ ܒܣܢܝܩܘܬܐ ܕܩ̈ܕܝܫܐ܇ ܘܡܩܒܠܝܢ ܠܗܘܢ ܘܡܢܝܚܝܢ ܠܗܘܢ ܐܦ ܗܢܘܢ ܠܘ ܕܠܐ ܐܓܪܐ ܐܝܬܝܗܘܢ. ܡܚܘܐ ܕܝܢ ܘܕܟܡܐ ܥܡܠܐ ܐܝܬ ܠܗ ܠܡܠܦܢܐ܇ ܘܠܗ̇ܘ ܕܐܬܗܝܡܢ ܪܫܢܘܬܐ. ܡ̇ܦܫܩ ܕܝܢ ܘܥܡ ܗܠܝܢ ܒܬܪ ܒܬܪ (ܕ)ܦ̈ܬܓܡܐ ܫ̈ܠܝܚܝܐ. (…) ܕܝܢ ܬܘܒ. (…)ܘ ܕܒܦܫܝܛܘܬܐ (…)ܝܚܘܬܐ ܠܐ (…)ܐ ܙܕܩܬܐ܇ (…)ܝܡܢ ܕܠܘ (…) ܐܠܐ ܗܘ (…) ܝܘܬܪܢܐ (…)ܡܢ ܗ̇ܝ (…) ܕܝ̣ܢ (…) ܥܠ

« Discours premier du commentaire sur la lettre aux Philippiens du saint mary Yūhannan évêque de Constantinople qui montre que ceux qui participent aux besoins des saints, qui les accueillent et qui les font se reposer, ceux-là non plus, ils n’auront point besoin de rien ; il montre aussi quel labeur est à celui qui enseigne et à qui on a confié l’administration. Il commente en même temps çà et là les paroles apostoliques (…) »

Rappel du titre en marge sup. (en rouge, f. 5v) :
 ܀ ܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܡܪܝ ܝܘܐܢܝܣ ܀ «Commentaire de la Lettre aux Philippiens de mary Yū’ānīs»

Titre final (en rouge, f. 6rb): (ܫـ)ܠܡ ܡܐܡܪܐ (ܩـ)ܕܡܝܐ ܕܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܩܕܝܫܐ ܝܘܐܢܝܣ ܐܦܝܣܩܘܦܐ ܕܩܘܣܛܢܛܝܢܘܦܘܠܝܣ܇ « Desinit le premier discours du commentaire à la Lettre aux Philippiens du saint Yū’ānīs, évêque de Constantinople »

A noter aussi au f.4r marg. ext., en rouge, écriture serto, main tardive : ܡܪܬܝܢܘܬܐ «Ethicon»

Hom. 2 : 

Titre initial (en rouge) : 

ܬܘܒ ܡܐܡܪܐ ܕܬܪ̈ܝܢ܇ ܥܠ ܗ̇ܝ ܕܟܡܐ ܩܠܝܠ ܢܝܪܗ ܕܡܫܝܚܐ. ܡܚܘܐ ܕܝܢ ܬܘܒ ܥܠ ܗܕܐ܇ ܕܐܦܠܐ ܚܕܐ ܐܢܢܩܐ ܟܠܝܐ ܠܢ܇ ܐܢ ܒ̇ܥܝܢ ܚܢܢ ܕܢܣܥܘܪ ܗܠܝܢ ܕܡܝܬܪ̈ܢ. ܘܝܬܝܪܐܝܬ ܒܗ̇ܝ ܕܢܣܛܐ ܡܢ ܒܝ̈ܫܬܐ. ܐܡ̇ܪ ܕܝܢ. ܘܠܘܬ ܗܢܘܢ ܕܡܬܥܣܩܝܢ ܒܡܣܟܢܘܬܐ܇ ܘܡܬܪܓܪܓܝܢ ܠܥܘܬܪܐ. ܟܕ ܡܚܘܐ ܕܒܟܡܐ ܫܚܩܐ ܘܕܐܘܢܐ ܐܝܬܘܗܝ ܗܘ̇ ܕܥܬܝܪ ܒܗܢܐ ܥܠܡܐ. ܘܐܢ ܠܐ ܐܝܬܘܗܝ ܡܪܚܡܢܐ܇ ܐܦ ܫܘܢܩܐ ܢܛܝܪ ܠܗ. ܟܕ ܡ̇ܥܠ ܠܬܚܘܝܬܐ ܘܠܬܫܥܝܬܐ ܕܡܛܠ ܥܬܝܪܐ ܘܠܥܙ(…)܀

« Ensuite, discours deux, sur : le fardeau du Christ est léger; il montre encore que nous n’aurons point de besoin (ānanqā = ἀνάγκη) quelconque si nous cherchons à accomplir les choses meilleures et spécialement (si nous cherchons) à éviter les choses mauvaises. Il s’adresse aussi à ceux qui peinent dans la misère et qui convoitent la richesse, en montrant quels chagrins et tourments appartiennent à celui qui est riche dans ce monde, et s’il n’est pas miséricordieux, ses tourments sont encore plus grands ; en abordant l’exposition et la narration sur le riche et (…) »

Titre courant (f. 11v marg. sup.) :
܀ ܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܡܪܝ ܝܘܐܢܝܣ ܀ «Commentaire à la lettre aux Philippiens de mary Yū’ānīs»

(pas de titre final)

A noter aussi au f. 8v, marg. ext. : écriture serto, main tardive : ܡܪܬܝܢܘܬܐ « Ethicon »

Hom. 3 :            

Seul se lit le titre final (en rouge) :
܀ ܫܠܡ ܡܐܡܪܐ ܕܬܠܬܐ ܕܡܪܝ ܝܘܐܢܝܣ ܀ « Desinit le discours trois de mary Yū’ānīs »

Hom. 4 :

Seul se lit le titre initial (en rouge, f. 14ra) :

 ܡܐܡܪܐ ܕܐܪ̈ܒܥܐ  ܕܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܩܕܝܫܐ ܡܪܝ ܝܘܚܢܢ ܐܦܝܣܩܘܦܐ ܕܩܘܣܛܢܛܝܢܘܦܘܠܝܣ. ܥܠ ܗ̇ܝ ܕܟܡܐ ܐܢ ܢܬܥܠܐ ܒܪܢܫܐ ܒܡܝܬܪܘܬܐ ܥܕܟܝܠ ܥܠ ܥܘܕܪܢܐ ܕܡܪܚܡܢܘܬܗ ܕܐܠܗܐ ܣܢܝܩ. ܘܗܘ ܬܘܒ ܥܠܡܐ ܒܪ̈ܚܡܐ ܐ̈ܠܗܝܐ ܩܐܡ ܘܡܬܢܛܪ ܀

« Discours quatre du Commentaire sur la lettre aux Philippiens de saint mary Yūhannan, évêque de Constantinople, sur : même si quelqu’un excelle dans la vertu, il a besoin de l’aide de Dieu ; et : ce monde même existe et est préservé par l’amour divin ».

A noter aussi au f. 19r, marg. ext., en rouge, écriture serto, main tardive : ܡܪܬܝܢܘܬܐ « Ethicon »

Hom. 6 :

Seul se lit un titre en marge sup. (en noir, f. 20v marg. sup.) :
܀ ܦܘܫܩܐ (…)ܬ ܦܝ̈ܠܝܦܝܣܝܐ܇ ܕܡܪܝ ܝܘܐܢܝܣ ܀ «Commentaire (à la Lettre aux Philippiens) de mary Yū’ānīs»

Hom. 15 :

Seul se lit le titre final (en rouge, (f. 22vb) : ܀ ܫܠܡ ܡܐܡܪܐ ܕܬܠܬܐ ܕܡܪܝ ܝܘܐܢܝܣ ܀ « Desinit le discours quinze »

Colophon (f. 22vb) : ܫܠܡ ܠܡܟܬܒ ܦܢܩܝܬܐ ܕܦܘܫܩܐ ܕܐܓܪܬܐ ܕܠܘܬ ܦܝܠܝ̈ܦܝܣܝܐ ܕܚܣـ(ـܝـ)ـܐ ܘܛܘܒܬܢܐ ܡܪܝ ܝܘܚܢܢ ܐܦܝܣܩܘܦܐ ܕܩܘܣܛܢܛܝܢܦܘܠܝܣ. ܕܗܘܝܢ ܡܐܡܪ̈ܐ ܚܡܫܬܥܣܪ̈ ܀ 
« On a fini d’écrire le livre (panqītā = πινακίς) du Commentaire sur la Lettre aux Philippiens du vénérable (hasīā = ὅσιος) et bienheureux Yūhannan évêque de Constantinople, constitué de quinze discours ».

La manière dont Jean est désigné trahit une date ancienne. La forme longue de certains titres (comporte une forme de commentaire sur le texte : « il montre… », etc.) est inconnue par ailleurs. Les mentions « ethicon » quant à elles sont postérieures, sans que l’on sache de quelle époque.

Cette version mériterait d’être éditée.

3. Les versions arabes

Deux versions peuvent être recensées.

3.1. Version ancienne du XIII s. (abrégé)

Cette version ancienne, du XIIIe s., est un abrégé. En effet, elle contient des passages fortement abrégés et remaniés des hom. 6 et 7. Il ne s’agit donc pas d’un témoin de la tradition directe. Elle est transmise par un témoin, le Sinai ar. 478, ff. 224r-225v (https://www.loc.gov/resource/amedmonastery.00279391226-ms/ ) : f. 224rv : Phil. 2, 3-11 ; f. 224v : Interprétation sur l’abaissement du Seigneur

Cf. Habib Ibrahim, Jean Chrysostome arabe : Histoire de la traduction et réception (1), dans : Chronos. Revue d’Histoire de l’Université de Balamand 40 (2019), p. 153-208, ici 174 (no. 19)

3.2. Traduction complète de Masʿad Našū au XVIIIe s.

Une version complète est due au traducteur melkite Masʿad Našū, qui, originaire de Damas, actif entre 1740 et 1785.Deux témoins sont parvenus jusqu’à nous :

  1. Le Caire, Patriarcat copte orthodoxe, Graf 405, f. 159v-268v (autographe du traducteur Masʿad Našū)
  2. Le Caire, Patriarcat copte orthodoxe, Graf 418

Voir Ibrahim 2019, 173 (no. 10), et Georg Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur 3 (Studi et Testi 146), Vatican, 1949, p. 140-144, ici 141-142 (no. 29/3 – sur la traduction des homélies de Chrysostome sur Philippiens).

4. Les versions géorgiennes

Deux versions peuvent être recensées :

4.1. Version A, remaniée – Ephrem Mtsire (XI s.)

Cette version a été éditée par Kochlamazashvili 2006 – ე. კოჭლამაზაშვილი. სამოციქულოს განმარტება, II, Tbilisi, 2006, p. 597-643. Voir Enriko Gabidzashvili, Translated Works of Ancient Georgian Literature. Bibliography. Vol. IV. Bibliology, Exegetic, Apocryphs. Tbilisi 2009, p. 311 (no. 224)

Elle est transmise par 4 témoins :

  1. georg. 9, XI-XII s., ff. 145v-170r (https://www.loc.gov/item/00271072314-jo/ )
  2. Tbilisi, A-390, XI-XII, ff. 234v-244v (lac.)
  3. Tbilisi, H-2141, 1769 A.D., ff. 75v-92v (lac.)
  4. Tbilisi, S-3656, 1809 A.D., 234v-244v (lac.)

Elle comporte sept chapitres et deux préfaces :

Préface I                         Kochlamazashvili 2006, 596
Liste des chapitres                      -«-                    596-597          
Préface II                                    -«-                    597-598           Hom. 1, 1 + Theoph.
Chapitre 1                                  -«-                    598-601
Chapitre 2                                  -«-                    601-607
Chapitre 3                                  -«-                    607-618
Chapitre 4                                  -«-                    618-621
Chapitre 5                                  -«-                    621-632
Chapitre 6                                  -«-                    632-637
Chapitre 7                                  -«-                    637-643

4.2. Version B : extraits dans le ms. Sinai georg. 51

Trois extraits sont conservés dans le ms. Sinai georg. 51 :

Le premier, aux ff. 7r-8v (Garitte 1956, 174, cod. 51, no. 4; Gabidzashvili 2009, 311, no. 227), est un extrait de l’Hom. 4 (= Ecloga 30, de laudibus Pauli, PG 63, col. 789-790) :

 (f. 7r) თარგმანებისაგან ფილიპელთა ებისტოლისა
ვინმე იტყოდის ძლიერებათა შენთა, უფალო, რომელ არა დაიფარე პავლე, არამედ გამოაჩინე სოფელსა შინა ესევითარი კაცი. გაქუს შენ შორის « ყოველთა ანგელოზთა შენთა, ვითარცა იტყუის იობ, რაჟამს შეჰქმნენ ვარსკულავნი და მზე », არამედ არა ესრეთ, ვითარ ოდეს პავლე გამოაჩინე. ამის მიერ ქუეყანაჲ მსგავს ცათასა ბრწყინვალე იქმნა:

« De l’interprétation de l’Épître aux Philippiens.
Qui proclamera ta puissance, Seigneur ? (Ps. 105, 2), toi qui n’as pas caché Paul, mais as manifesté au monde un tel homme. Auprès de toi il y a les anges, comme dit Job, lorsque tu fis les étoiles et le soleil (Job 38, 7), mais ce n’est pas ainsi comme quand tu as manifesté Paul. Pour cela la terre est devenue égale aux cieux en splendeur… »

La précision « comme dit Job » est ajoutée par le géorgien.

Le deuxième extrait, aux ff. 14r-15v (Garitte 1956, 175, cod. 51, no. 9; Gabidzashvili 2009, 311, no. 226), est tiré de l’Hom. 1 (= Ecloga 31, de morte, PG 63, col. 808), avec un titre initial (en rouge) au f. 14r : თარგმანებისაგან ფილიპელთა ებისტოლისა

Le troisième extrait, aux, ff. 15r-17v (Garitte 1956, 174, cod. 51, no. 4; Gabidzashvili 2009, 311, no. 225), est tiré de l’Hom. 1 (= Ecloga 31, de morte, PG 63, col. 809), avec pour titre initial (en rouge) au f. 15r : თარგმანებისაგან ფილიპელთა ებისტოლისა

*

Dans l’état actuel de l’enquête, peuvent donc être directement exploitées pour le texte des Homélies une version complète en arménien et une version lacunaire en syriaque.

Trois parutions récentes sur Jean Chrysostome exégète et prédicateur

À peu de distance, trois ouvrages sont parus ces derniers mois, et même ces derniers jours, sur Jean Chrysostome exégète et prédicateur.

Le premier, Preaching and Popular Christianity. Reading the Sermons of John Chrysostom, est la thèse de James Daniel Cook, publiée à Oxford en 2019 dans la collection « Oxford Theology and Religion Monograph ». Plus large que l’exégèse proprement dite, tout en la concernant directement, son propos peut se résumer ainsi : les sermons de Chrysostome doivent être vus non seulement comme des prédications oratoires, mais comme les héritiers de la tradition scolaire, plus précisément de l’enseignement philosophique, envisagé comme « thérapeutique » de l’âme. La visée, spécifiquement chrétienne, du salut éternel des auditeurs vers laquelle tendent les sermons est inséparable du fait qu’ils sont non pas une parenthèse dans la liturgie, mais une partie intégrante de celle-ci. De plus, leur aspect pédagogique permet de mieux comprendre la « langage critique » employé par le pasteur, qu’il ne faut pas interpréter – dans une conception trop rapide de la « prédication populaire » dont l’Antiochien serait un commode témoin –, comme le signe d’un discours issu d’une élite face à un auditoire populaire qui serait réticent, mais comme un procédé apprécié comme tel par les fidèles, quels qu’ils soient – le succès de Chrysostome comme prédicateur en témoigne assez.

L’historien des textes sera plus particulièrement intéressé par le premier chapitre, consacré à la transmission des œuvres de Chrysostome, à ses motivations (théologiques, liturgiques, littéraires) et aux divers états de rédaction. De manière suggestive, l’appendice, intitulé « The Use of Lectio Continua », émet l’hypothèse suivante : si les « séries » exégétiques rassemblent des prédications données à la fois à Antioche et à Constantinople, c’est que celles-ci ont pu être reprises par Chrysostome lui-même, confronté à la nécessité de prêcher sur les mêmes sujets à des années différentes, avant d’être livrées à un certain travail éditorial.

James D. Cook et Pierre Molinié ont-ils échangé avant leurs publications respectives ? Sans doute de manière trop limitée, peut-on penser en constatant l’absence ou la discrétion des références mutuelles, mais on ne peut que trouver opportune la complémentarité de leurs approches. P. Molinié, en effet, vient de faire paraître, comme numéro 305 de la collection Orientalia Christiana Analecta, à Rome, Jean Chrysostome. Le commentaire homilétique de la Deuxième épître de Paul aux Corinthiens. Il serait impossible de résumer en quelques phrases cet imposant ouvrage, issu de sa thèse, appelé à servir désormais de référence pour nombre d’études sur l’exégèse chrysostomienne ; un billet dans ce carnet a d’ailleurs déjà été consacré à sa soutenance de thèse, et un autre (« La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne ») fournit déjà un aperçu du prolongement que le jésuite donne à la dernière partie de sa thèse, sur « Exégèse et sacrement », et plus particulièrement sur « L’exégèse homilétique comme sacrement ». Objet de débats lors de la soutenance, l’hypothèse convaincra ou non ; elle a du moins le mérite de mettre en valeur, de façon comparable à l’étude de James D. Cook, la valeur liturgique (en particulier comme actualisation – il y a sur ce sujet des pages excellentes) des sermons exégétiques de Chrysostome, en tant qu’« exégèse anaphorique ». À l’évidence, le propos dépasse de loin la seule interprétation de 2 Co, et l’historien des textes en particulier pourrait encore tirer grand profit des deux premiers chapitres qui, en bonne méthode, interrogent « Les homélies et leur auteur » et ce qu’est un « commentaire homilétique ».

Dans un autre genre, qui n’est pas moins utile, Jacky Marsaux a dirigé le numéro 188 du Supplément Cahiers Évangile, intitulé Jean Chrysostome, lecteur de l’Écriture, et daté de juin 2019. En presque 130 pages, parfois en 2 colonnes, c’est une excellente et substantielle introduction par les textes – selon la formule de cette collection qui fait merveille dans la transmission des fruits de l’érudition à un large public. Certes, cet avis est partial puisque l’auteur de ces lignes font partie des contributeurs avec Catherine Broc-Schmezer, Marie-Ève Geiger, Anthony Glaise et Pierre Molinié. Il est pourtant difficile de ne pas saluer cet ouvrage, qui permet à Jean Chrysostome de figurer avec Origène, Jérôme et Augustin parmi les grands exégètes anciens auxquels des Suppléments sont consacrés de manière si bienvenue.

Transmission des Homélies sur Jean : ce que nous enseignent les titres des ethica

La septième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 6 juin 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Manon des Portes (doctorante à Lyon 3).

Les 88 homélies qui constituent le commentaire In Iohannem de Jean Chrysostome sont transmises dans plus de 300 manuscrits connus. Au moins 20 % des témoins contenant la série entière ou la première ou seconde moitié de la série, portent aussi la mention, en marge, des titres donnés à la partie exhortative de chaque homélie, l’ethicon. Ainsi, l’ethicon de l’homélie 3 est intitulé « Sur l’aumône » et celui de l’homélie 45 : « Que le souvenir de la résurrection et du jugement brise les élans inappropriés ; sur le destin ; et que la fin est proche. » Ces titres, dont la présence n’est pas systématique, reflètent un travail de mise en forme qui peut nous éclairer sur l’histoire de la tradition de cette œuvre. Est-il possible d’établir leur origine ? De plus, nous constatons qu’ils peuvent varier d’un manuscrit à l’autre. Quelles constantes observe-t-on ? Peut-on, à l’aide des titres d’ethica, commencer à distinguer des familles de manuscrits ? Notre exposé dressera un premier bilan de l’étude des titres d’ethica.

Les éditions et traductions des homélies In epistulam ad Philippenses (CPG 4432): un aperçu

La sixième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 11 avril 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Pierre Augustin (IRHT).

Lors de la séance précédente, nous avons présenté, en révisant parfois leur datation et en précisant leur provenance, les vingt-quatre témoins grecs (en tradition directe) des quinze homélies sur l’Épître aux Philippiens et de leur homélie introductive (argumentum), du 10e au 16e siècle. D’autre part, leur mise en pages, leurs annotations marginales et quelques leçons divergentes de l’argumentum nous ont permis d’entrevoir des regroupements qui coïncident avec cette situation des témoins.

Pour saisir les enjeux d’un nouvel établissement du texte, il convient maintenant de parcourir l’histoire de son édition et de sa traduction, d’Érasme à nos jours, en nous interrogeant sur les méthodes de travail de nos prédécesseurs, telles que les révèlent, en particulier, les archives de Henry Savile, Bernard de Montfaucon et Frederick Field. Qui furent les contributeurs et quel usage ont-ils fait des sources mises à contribution ? Surtout, comment comprendre, d’Érasme à Field, le changement radical d’attitude des éditeurs vis-à-vis des deux « recensions » divergentes du texte ?

La tradition manuscrite grecque des homélies In epistulam ad Philippenses (CPG 4432) : premier bilan

La cinquième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 14 mars 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Marie-Ève Geiger (ParaTexBib, Munich / HiSoMA) et Pierre Augustin (IRHT).

Telle que nous pouvons aujourd’hui la reconstituer, la transmission directe de l’ensemble que constituent les 15 homélies de Jean Chrysostome sur l’Épître aux Philippiens et leur homélie introductive (argumentum) est relativement restreinte. La première séance consacrée à ce corpus permettra de dresser un panorama des vingt-quatre témoins recensés du 10e au 16e siècle et de préciser la datation, l’histoire et la provenance de plusieurs d’entre eux. L’analyse d’éléments externes comme les titres, les ethica et les notes marginales ainsi qu’une première lecture du texte de l’argumentum conduisent à formuler quelques hypothèses sur les liens entre les manuscrits.

L’homélie In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352) publiée par Leone Allacci en 1629 : une « fake new » ?

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

En 1629, Leone Allacci publie à Lyon, chez Laurent Durand, en appendice au Commentarius in Hexaemeron (CPG 3393) du Ps.-Eustathe d’Antioche, dans un volume qui donne pour la première fois au public l’ensemble des témoignages sur le prédécesseur de Jean Chrysostome, et en particulier son traité sur la nécromancienne d’Endor (Syntagma de Engastrimytho, CPG 3350), le texte grec intégral de l’homélie chrysostomienne In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352), accompagné d’une traduction latine :

S. P. N. Eustathii archiepiscopi Antiocheni, et martyris, In Hexahemeron Commentarius : ac De Engastrimytho dissertatio aduersus Origenem. Item Origenis De eadem Engastrimytho, an uidelicet anima ipsa Samuelis fuerit uere euocata incantationibus Pythonissae, de qua I. Reg. cap. 28. Leo Allatius primus in lucem protulit, Latine uertit, notas in Hexahemeron adjecit, dissertationem de Engastrimytho syntagmate illustrauit, Lugduni, sumptibus Laurentii Durand, 1629, Ière partie, p. 95-111.

[en ligne]

https://books.google.fr/books?id=SlDQ46D-K-kC&hl=fr&pg=RA1-PA95#v=onepage&q&f=false

Cette publication, dont Allatius n’indique pas la source, semble avoir échappé à l’attention des Bollandistes, qui ne la mentionnent pas dans leur BHG. Comment expliquer cette omission ?

Un indice nous est donné par la traduction latine dont Allatius accompagne le texte grec (inc. Sapiens uir quidam, & philosophandi peritus, qui rerum humanarum naturam accuratè didicerat), qui est manifestement empruntée à l’édition antérieure de son confrère Fronton du Duc :

– soit à l’édition princeps, parue à Bordeaux en 1601, où l’homélie est en quatrième position :

S. Ioannis Chrysostomi Archiepiscopi Constantinopolitani Panegyrici Tractatus XVII. Sanctis Apostolis, Martyribus, & Patriarchis dicti, nunc primum Graecè & Latinè in lucem editi opera Frontonis Ducaei Burdigalensis, Societatis Iesu Professoris Theologi. Adiectae sunt eiusdem Notae, quibus interpretationis aut correctionis ratio redditur, Burdigalae, Apud Simonem Millangium, Typographum Regium, CIƆ.IƆC.I [= 1601], Tractatus 4 p. 91-119 [texte et traduction latine, avec double numérotation]

[en ligne]: https://books.google.fr/books?id=B5PHpJz1zRgC&lpg=PP5&ots=7FLWu6IW95&dq=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&hl=fr&pg=PP5#v=onepage&q=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&f=false

– soit, plus vraisemblablement, à la réédition parisienne de 1609, ou à sa réimpression de 1621, dans lesquelles l’homélie se trouve désormais à la cinquante-deuxième place :

Sancti Patris nostri Ioannis Chrysostomi archiepiscopi Constantinopolitani ad populum Antiochenum, aduersus Iudaeos, de incomprehensibili Dei natura, de Sanctis, deque diuersis eiusmodi argumentis, Homiliae LXXVII. Nunc primum Graece et Latine coniunctim editae…, Lutetiae Parisiorum, Typis Regiis, apud Claudium Morellum, uia Iacobaea, ad insigne Fontis, M.DC.IX. [= 1609, réimpr. 1621], LII, p. 643-653.

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k854791k/f669.image (éd. de 1609)

Par conséquent, il est vraisemblable que le texte grec publié par Allatius soit également repris à Fronton du Duc. Plutôt que d’une édition à part entière, il s’agirait donc seulement d’une réimpression sans mention de source…

Après tout, Savile avait bien, lui aussi, repris le texte de Fronton du Duc, non sans faire directement collationner l’édition bordelaise de 1601 sur le ms. München, BSB, gr. 31, ff. 319v-325 [a. 1546 ; CCG II, n° 44 ; MF IRHT n° 34026 ; voir Savile VIIIb, col. 741, note à Savile V, 628-633 : hom. 93], ce qui, disons-le en passant, explique l’absence de cette homélie dans les transcriptions tirées de la source unique du savant jésuite, le ms. Paris, BNF, gr. 759, et conservées dans le Liber N des archives de Savile : Oxford, BL, Auctarium, E. 3. 12.

Quant à Montfaucon, il adoptera explicitement la traduction latine de Fronton du Duc [S. P. N. Joannis Chrysostomi Opera omnia…, II, Paris, 1718, p. 603], après collation du ms. Paris, BNF, gr. 759 (olim Medic.-Reg. 2343), ff. 349-354 (10e-11e s., au 21 février), ainsi que de deux autres témoins parisiens : Paris, BNF, gr. 748 (olim Colbert. 970), ff. 248v-255v (11e s.), et gr. 1197 (olim Fontebl.-Regius 2029), ff. 69-76v (12e s., au 5 juillet), par son confrère Dom François Mesanges (voir : Paris, BNF, Suppl. gr. 436, ff. 295, 310v-311, 615).

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722013n/f353.item (gr. 759)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721893n/f252.item (gr. 748)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722214v/f72.item (gr. 1197)

Les homélies de Jean Chrysostome Sur l’obscurité des prophéties : tradition manuscrite, problèmes d’édition critique et aspects intéressants du contenu

La quatrième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 7 février 2019 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Emanuele Castelli (HiSoMA – Sources Chrétiennes).

La petite série des homélies Sur l’obscurité des prophéties constitue pour plusieurs raisons un sujet de recherche passionnant et riche de problèmes. La composition même de la série fait débat : d’après la tradition historiographique et éditoriale il n’y a que deux discours (CPG 4420.1-2), tenus probablement à Antioche, sur la question des prophéties de l’Ancien Testament et de leur obscurité. Mais de nouvelles recherches, menées par Antonia Peleanu, soutiennent l’appartenance à la série d’un troisième discours. La tradition manuscrite soulève en outre de nombreuses questions pour l’éditeur moderne et mérite en tout cas d’être explorée à nouveau. Le titre même des trois homélies pose des problèmes qui n’ont rien de secondaire, en lien étroit avec le contenu des discours, qui se révèle particulièrement intéressant.

Notice sur l’homélie De sanctis mysteriis accedendis attribuée à Jean Chrysostome

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

Dans l’exposé qu’elle a présenté aux Sources Chrétiennes le jeudi 10 janvier sur le De beato Philogonio (CPG 4319), Chiara Spuntarelli a évoqué une recension abrégée de l’homélie et les modifications apportées au texte et à son titre dans certains témoins de la tradition. Elle a montré à cette occasion qu’il convenait de distinguer le texte présenté par le Vaticanus gr. 733 (CCG VI, 120), ff. 335-338, de celui qu’a publié Christian Friedrich von Matthäi** en 1779, qui correspond, pour sa part, à la seconde partie de l’homélie (et qui n’a, curieusement, pas attiré l’attention de J. A. de Aldama et n’a pas été enregistrée dans la Clauis). Même si l’incipit est, dans les deux cas, quasiment le même, nous sommes en effet en présence de deux recensions différentes de l’homélie De beato Philogonio. Les paragraphes qui suivent voudraient contribuer à une mise au point sur ces deux versions et sur les quelques témoins connus de leur tradition manuscrite.

** Christian Friedrich von Matthäi fut chargé par Catherine II en 1773 de décrire les manuscrits de deux bibliothèques de Moscou : celle du Saint-Synode (du patriarcat) et cette de la Typographie synodale.

  1. L’homélie publiée par Christian Friedrich von Matthäi à Leipzig en 1779

(BHG 1532, pars altera [non mentionnée dans Aldama]) :

Homilia de sanctis mysteriis accedendis = De beato Philogonio, pars altera (PG 48, 752, lin. 10 ab imo-756 ; ed. Christian Friedrich von Matthaei [von Matthäi], Lectiones Mosquenses, Lipsiae, sumtu E. B. Schwickerti, 1779, I, pp. 1-6 ; BHG 1532).

[en ligne] https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433081607875;view=1up;seq=11

Le texte de Matthäi a été réimprimé à Venise en 1781 par Giovanni Battista Gallicioli, en appendice au dernier volume (posthume) du recueil d’André Galland (+ 12 janvier 1779), accompagné d’une traduction latine et de notes inspirées de celle de Matthäi (BHGn 1532d) :

André Galland, Bibliotheca Veterum Patrum antiquorumque Scriptorum Ecclesiasticorum, postrema Lugdunensi multo locupletior atque accuratior, Venetiis, 1765-1781, vol. XIV (1781), Appendix, p. 141-144.

[en ligne] https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=gri.ark:/13960/t1sf65t37;view=1up;seq=5

Tit. Τοῦ ἐν ἁγίοις πατρὸς ἡμῶν Ἰωάννου ἀρχιεπισκόπου Κωνσταντινουπόλεως τοῦ Χρυσοστόμου λόγος εἰς τὸ, ὅτι τὸ ῥαθύμως προσίεναι τοῖς μυστηρίοις, κόλασιν ἀφόρητον ἔχει, κᾂν ἅπαξ τοῦ ἐνιαυτοῦ τοῦτο τολμήσωμεν. ἐλέχθη δὲ πρὸ ε’ ἡμερῶν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως. Εὐλόγησον Πάτερ.

[Oratio in illud, Negligenter ad sacram mensam accedere vindictam infert gravissimam, quamvis semel in anno istud audeamus. Dicta est quinque dies ante natalem Christi. Jube domne benedicere.]

Inc. Ἑορτὴ, ἀδελφοί, μέλλει προσελαύνειν ἡ πασῶν, Des. μυριοπλασίους ἀποδιδούς σοι τῆς ὑπακοῆς ταύτης τὰς ἀμοιβὰς… ἀμήν. (fin habituelle)

Source manuscrite de Matthäi :

L’édition de Matthäi ne mentionne pas sa source, mais il a publié ce texte d’après le ms. Dresden, Sächsische Landesbibliothek, A 131, sept folios (un cahier ?) empruntés à un manuscrit de contenu ascétique : Moskva, G.I.M., Syn. gr. 363 (Vladimir 418 ; Matthäi CCCL), du 15e siècle, où ils devaient s’insérer entre les actuels ff. 157 et 158 (il manque en effet sept folios). Voir la notice d’Oskar Leopold von Gebhardt, « Christian Friedrich Matthaei und seine Sammlung griechischer Handschriften », Zentralblatt für Bibliothekswesen 15 (1898), p. 345-357, 393-420, 441-482, 537-566 (ici p. 478-479). [R(III)746].

[en ligne: https://www.deutsche-digitale-bibliothek.de/item/J2MQRMQMDVJBP2RBGFCDFIG2XKGDBASC ]

Quant au manuscrit de Moscou, il s’agit d’une collection des œuvres de Marc le Moine (omise dans l’article de G.-M. de Durand, « La tradition des œuvres de Marc le Moine », RHT 29 [1999], p. 1-37). Les folios décrits par von Gebhardt ont malheureusement disparu dans l’incendie de Dresde en 1945 (Jean-Marie Olivier, Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard [Corpus Christianorum], Turnhout, Brepols, 1995, p. 266).

Les archives de Matthäi :

Les archives de cette édition de C. F. Matthäi ont néanmoins été acquises, avec ses autres copies et collations de manuscrits, par l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg, un an après sa mort, en 1812. Elles y ont été décrites en 1893 par Aleksej Stepanovic Rodosskij [Алексей Степанович Родосский], Описание 432-х рукописей, принадлежащих Санкт-Петербургской духовной академии и составляющих ее первое по времени собрание [Description de 432 manuscrits appartenant à l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg et constituant sa première collection], Sankt-Peterburg, Baskova, 1893 [R(III)2119].

[en ligne] https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=1

Voir aussi : von Gebhardt, « Christian Friedrich Matthaei… », p. 555-558.

En 1918, l’Académie fut ravagée, ainsi que la Laure Alexandre Nevskij, et les fonds de la bibliothèque furent transférés dans d’autres dépôts. En 1919, une partie importante des livres et manuscrits de la bibliothèque universitaire, ainsi que la bibliothèque et les archives de Matthäi (constituées presque exclusivement de ses autographes, contenant des brouillons ou du matériel imprimé, extraits des manuscrits grecs sur lesquels il avait travaillé) ont été déposées à l’actuelle Bibliothèque nationale russe (Российская национальная библиотека [РНБ]). Elles y sont encore conservées au Département des manuscrits, dans le fonds № 573 : « Collection de l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg » (Ф. 573, Собрание Санкт-Петербургской Духовной Академии [собр. СПбДА]).

Les trois manuscrits suivants conservent les archives de l’édition des homélies :

De sancto Meletio Antiocheno (CPG 4345) : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 24 (Родосский 17), ff. 18-21. Четыре беседы Иоанна Златоуста. XVIII в. [Quatre homélies de Jean Chrysostome. 18e siècle (4e homélie)] [R(III)2119, p. 21 : https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=29 ]

In sanctum Eustathium Antiochenum (CPG 4352) : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 25 (Родосский 18), ff. 1-8 (quaternion n° VI). Варианты и примечания к беседам Иоанна Златоуста. XVIII в. [Variantes et annotations aux homélies de Jean Chrysostome. 18e siècle]

[R(III)2119, p. 21-22 : https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=30 ]

De sanctis mysteriis accedendis : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 46 (Родосский 40), ff. 1-4v (seul texte du ms.) [R(III)2119, p. 62 : https ://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=70 ]

On notera que la collection de manuscrits de Matthäi et les archives de ses éditions ont fait récemment l’objet de plusieurs études par Galina Andreyevna Tyurina (actuellement chef de département au Centre de recherche scientifique de la Maison des Russes à l’étranger A. I. Soljenitsyne, à Moscou), dont une thèse à l’Institut universitaire orthodoxe Saint Tikhon :

Tyurina 2006 : Galina A. Tyurina [Г. А. Тюрина], « Христиан Фридрих Маттеи и греческая филология в России во второй пол. XVIII – нач. XIX века » [Christian Friedrich Matthäi et la philologie grecque en Russie, seconde moitié du XVIIIe – début. XIXe siècle], Вестник Православного СвятоТихоновского гуманитарного университета. Серия III: « Филология » [Вестник ПСТГУ] [Bulletin de l’Université orthodoxe Saint-Tikhon, Humanités. Série III :Philologie], 2 (2006), p. 157-168.

Tyurina 2009 : Galina (Elina) A. Tyurina [Г. А. Тюрина], Христиан Фридрих Маттеи и изучение греческих рукописей в Европе в эпоху Просвещения [Christian Friedrich Matthäi et la recherche sur les manuscrits grecs en Europe au siècle des Lumières], Thèse de doctorat en histoire, Moscou, 2009. 318 p.

[en ligne] http://cheloveknauka.com/v/303229/d#?page=1

Tyurina 2012 : Galina A. Tyurina [Г. А. Тюрина], Из истории изучения греческих рукописей в Европе в XVIII – начале XIX в. Христиан Фридрих Маттеи (1744 – 1811) [L’histoire de la recherche sur manuscrits grecs en Europe au XVIIIe – début du XIXe siècle. Christian Friedrich Matthaei (1744-1811)] (Монфокон 2), Moscou, Jazyki Slavjanskoj Kul’tury, 2012. ISBN : 978-5-9551-0585-7 [IRHT, Section grecque : Fb 6 MON]

Voir Chapitre 1.3. « Греческие рукописи, с которыми работал Х. Ф. Маттеи » [Manuscrits grecs sur lesquels a travaillé C. F. Matthäi], p. 38-sqq. (ici p. 46 et n. 120, ms. 12 : [Dresden] A 131 : На первом листе красочная заставка. Маттеи опубликовал текст фрагмента в 1779 [Sur la première page, bandeau en couleurs. Mattei a publié le texte du fragment en 1779]).

Chapitre 4.2. « Изучение святоотеческих творений » [L’étude des œuvres patristiques], p. 188-193.

Chapitre 5.1. « Коллекция Х. Ф. Маттеи. Состав и происхождение рукописей » [La collection de C. F. Matthäi. Composition et origine des manuscrits], p. 221-252 (ici p. 229, n° 35 et n. 82-83 : Иоанн Златоуст (А 131). Бумага. XV в. 7 лл. Гебхардт указыбает на кодекс 418 Синодальной библиотеки, сборник аскетических сочинений, в котором недостает 7 листов. Белокуров поддерживает это мнение (82. Белокуров С. А. О библиотеке московских государей в XVI столетии. С. DXVI). Маттеи опубликовал текст фрагмента в 1779 г. без указания на его просхождение (83. Lectiones Mosquenses / Ed. Ch. F. Matthaei. V. 1. Lipsiae, 1779) [Jean Chrysostome (A 131). Papier XVe siècle. 7 ff. Gebhardt renvoie au ms. 418 de la Bibliothèque synodale, une collection d’œuvres ascétiques à laquelle il manque 7 folios. Belokurov soutient ce point de vue (82. S. A. Belokurov, À propos de la bibliothèque des souverains de Moscou au XVIe siècle, p. DXVI). Matthäi a publié le texte du fragment en 1779 sans indiquer son origine (83. Lectiones Mosquenses, éd. C. F. Matthaei. V. 1. Lipsiae, 1779)].

Remarques sur le titre de l’homélie De sanctis mysteriis accedendis dans l’édition de Matthäi :

Étant donné qu’il s’agit de la seconde partie de l’homélie originelle, tout se passe comme si nous avions affaire à un simple ethicon : d’où le titre de l’homélie (λόγος εἰς τὸ, ὅτι… κ.τ.λ.), qui ressemble aux titres d’ethica habituels des séries exégétiques. On remarquera, néanmoins, que ce titre conserve la mention finale de la lecture liturgique pour le 20 décembre.

Tradition manuscrite :

Hormis l’exemplaire (perdu) de Dresde, et la copie autographe de Matthäi, conservée à Saint-Pétersbourg, il y a au moins un autre témoin de ce texte :

London, B.L., Harley 5643, ff. 25v-30 (inc. ab editis paulum diuersa Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν).

Mélanges patristiques copiés, pour la plus grande partie, aux alentours de 1600 par un Iôannês (RGK I 206, p. 117) [R(III)1525a, p. 151-153 ; texte non mentionné dans CCG I, 58 et VIII, 2, I, 58]

L’homélie est anonyme dans le manuscrit, mais elle est attribuée à Chrysostome par son possesseur, John Covel (1638-1722), chapelain de la Levant Company of Turkey Merchants, au f. 399 (voir aussi ci-dessous la note marginale du f. 25v). Le ms. a appartenu à Néophyte III, patriarche de Constantinople (ex-libris en grec du 12 avril 1638 et chiffre de la main de l’archidiacre Joasaph de Monemvasie, f. 400) et à un Dionysios, archiprêtre d’Héraclée (f. 400v). Il a été offert par Drakos Hiérakis à John Covel le 25 avril 1676 (f. 1v ; il s’agit de son MS. XXVI) et acheté à Covel pour la bibliothèque de Harley le 27 février 1715/6 (Diary, p. xxxiv-xxxvi).

En marge du f. 25v, note grecque : οὗτος ὁ λόγος ἐστὶ μέρος | ἐκ τοῦ λόγου τοῦ Χρυσοστόμου | τοῦ εἰς τὸν ἅγιον ἀβλάβϊον (sic):

Tit. Λόγος εἰς τὴν ἁγίαν τοῦ Χριστοῦ γέννησιν· καὶ περὶ τοῦ προκαθαίρεσθαι τῆς τῶν ἁγίων μυστηρίων μεταλήψεως :

Inc. Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν

[en ligne] http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_5643

2. La recension abrégée contenue, entre autres, dans le Vaticanus gr. 733 :

De beato Philogonio, excerpta duo (PG 48, 752, lin. 10 ab imo-754, lin. 3 ab imo ; BHGn 1532c)

Tit. (ms. Vat.) Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν μακάριον Φιλογόνιον πρὸ πέντε ἡμερῶν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως Εὐλόγησον Δέσποτα.

a. inc. Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν ; des. τοῦ Χριστοῦ γέννησις (PG 48, 752, linn. 10 ab imo-6 ab imo)

b. inc. Καὶ γὰρ ἐγὼ διὰ τοῦτο τούτους κινῶ τοὺς λόγους ; des. τὴν ψυχὴν αὐτοῦ ζημιωθῆ (PG 48, 753, lin. 10 ab imo-754, lin. 3 ab imo)

Tradition manuscrite : deux témoins repérés :

Vaticano, B.A.V., Vat. gr. 733 (olim Hagion Oros, Monê Pantokratoros, deinde Vat. gr. 880), ff. 335-338 (14e s.) [CCG VI, 120 ; R(III)832, p. 238-241 ; IRHT MF 11152-11153]

Wien, Ö.N.B., Suppl. gr 113, II, ff. 142v-145 [CCG IV, 115 ; R(III)2448, p. 194-196]

Manuscrit factice : I. ff. 1-47 : collection canonique du 17e siècle ; II. ff. 48-153v : extraits rassemblés (ff. 48-149v) par un hiéromoine Ignace en 1612 [25.09.1612 : f. 130v ; Politis-Politi 1994, p. 458 (il y a beaucoup d’homonymes contemporains)] et qui ont probablement appartenu à un certain Nikolaos Axiotes ὁ Χτίτζις (annotations au f. 154r-v).

[notice en ligne] http://data.onb.ac.at/rec/AC14011319