Une soutenance de thèse en histoire sociale à Oxford : James Cook sur la prédication chrysostomienne

Nous avions écouté James Cook au congrès de patristique d’Oxford de 2015. Il était alors intervenu pour parler de l’aspect médical ou thérapeutique de la prédication chrysostomienne (« Therapeutic preaching. The use of medical imagery in the sermons of John Chrysostom« ).

Ce jeune chercheur anglais a soutenu au mois d’avril 2016 sa thèse de doctorat en histoire ancienne (spécialité : études tardo-antiques et byzantines), devant un jury composé des professeurs Mark Edwards et Frances Young. L’intitulé de la thèse est le suivant : Listening to the Golden Mouth: The role of preaching within the local Christian community, as seen in the sermons of John Chrysostom.

Il s’agit, après les recherches d’Isabella Sandwell et de Jaclyn Maxwell, de revenir sur l’image que l’on se fait de la prédication chrysostomienne, comme d’une prédication qui ferait violence à un auditoire dont les préoccupations et les valeurs seraient bien différentes de celles du prédicateur. En s’appuyant sur plusieurs éléments de la culture antique (les dimensions scholastique, thérapeutique, prophétique et liturgique), James Cook montre que l’auditoire de Jean Chrysostome était en réalité en phase avec le prédicateur. Et surtout : qu’il convient d’être très vigilant avant d’utiliser des sermons comme textes sources pour l’histoire sociale (voir ci-dessous le résumé de la thèse en anglais).

La publication de la thèse serait d’ores et déjà prévue dans une collection scientifique d’Oxford.

Résumé :

The rise of Late Antiquity as a separate discipline, with its focus on social history, has meant that the vast homiletic corpus of John Chrysostom has received renewed attention as a source for the wider cultural and historical context within which his sermons were preached. Recent studies have demonstrated the exciting potential his sermons have to shed light on aspects of daily life, popular attitudes and practices of lay piety. In short, Chrysostom’s sermons have been recognised as a valuable source for the study of ‘popular Christianity’ and the extent of Christianization at the end of the fourth century.

This thesis, however, will question the validity of some recent conclusions drawn from Chrysostom’s sermons regarding the state of popular Christianity. A narrative has been developed in which Chrysostom is often seen as at odds with the congregations to whom he preached. On this view, the Christianity of élites such as Chrysostom had made little inroads into popular thought beyond the fairly superficial, and congregations were still living with older, more culturally traditional views about religious beliefs which preachers were doing their utmost to overcome. It is the argument of this thesis that such a portrayal is based on a misreading of Chrysostom’s sermons, and which fails to explain satisfactorily the apparent popularity that Chrysostom enjoyed as a preacher.

What this thesis sets out to do, therefore, is to reassess how we read Chrysostom’s sermons, with a particular focus on the harsh condemnatory language which permeated his preaching, and on which the image of the contrary congregation is largely based. To do this, this thesis sets out to recover a neglected portrayal of Chrysostom as a pastor and preaching as a pastoral and liturgical activity, through an exploration of four different but overlapping aspects of the socio-historical context within which his preaching was set. A consideration of the scholastic, therapeutic, prophetic and liturgical nature of his preaching will shed light on the pastoral relationship between the preacher and his congregation and will, significantly, provide a backdrop against which his condemnatory language can be explained and understood. It will become clear that his use of condemnatory language says more about how he understood his role as preacher than about the extent of Christianization in late-antique society. Through focussing on the issues of the social composition of the congregation and the level of commitment to (Chrysostom’s) Christianity, it will be argued that sermon texts are in their nature resistant to being used as sources for this kind of social history. Despite this, however, glimpses will also emerge of a very different picture of late-antique Christianity, in which Chrysostom’s congregation are rather more willing to listen and learn from their preacher than is often assumed.

Colloque international sur Jean Chrysostome à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017

Un colloque international sur Jean Chrysostome aura lieu à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017. Il est organisé par la Faculté de théologie orthodoxe de l’Université de Belgrade et le diocèse de Zvornik-Tuzla de l’Eglise orthodoxe serbe, pour commémorer le 1610e anniversaire de sa mort.

Toutes informations sur http://chrysostom.pbf.rs/

 

Gilberte Astruc-Morize

Une grande spécialiste de Jean Chrysostome et de ses manuscrits nous a quittés: Gilberte Astruc-Morize est décédée le 28 décembre 2016 à l’hôpital de Melun, où elle était hospitalisée depuis le 6 novembre. Elle avait travaillé une bonne partie de sa vie à la section grecque de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, à Paris, où elle réservait à qui venait la consulter un accueil très chaleureux et une très grande générosité intellectuelle.
En son hommage, une cérémonie a lieu le samedi 7 janvier 2017 à 10h30 en l’église Notre-Dame-des-Champs, 91 boulevard du Montparnasse, Paris 6e.

Dans l’un de ses derniers articles[1], elle citait ces mots de Jean Chrysostome, traduits par son mari, Charles Astruc:

Il n’est rien, vraiment rien, dont l’amour ne soit vainqueur; et quand il s’agit de l’amour de Dieu, il surpasse tous les autres et ni le feu, ni le fer, ni la pauvreté, ni l’infirmité, ni la mort, ni quoi que ce soit de semblable ne paraît terrible à qui possède un tel amour: se riant de tout, il prendra son vol vers le ciel, et n’aura pas d’autres dispositions que ceux qui y habitent; car il n’attache sa vue à rien d’autre, ni au ciel, ni à la terre, ni à la mer, et n’est tendu que vers un seul objet, la beauté de cette immense gloire; ni les tristesses de la vie présente ne pourront l’abattre, ni ses bonheurs ou ses plaisirs ne pourront l’exalter et le gonfler d’orgueil. Aimons donc cet amour (car rien ne l’égale) et pour le présent et pour l’avenir; mais plutôt et avant tout, pour la nature même de cet amour; alors nous serons délivrés des châtiments de cette vie et de la vie future, et nous obtiendrons le Royaume. D’ailleurs, être délivré de l’enfer et être en possession du Royaume, voilà qui est peu de chose par comparaison avec ce que je vais dire: Aimer le Christ et en être aimé est bien au-dessus de tout cela. En effet, si chez les hommes l’amour mutuel est supérieur à toutes les voluptés, lorsque cette réciprocité se produit quand il s’agit de Dieu, quelle parole, quelle pensée pourra exprimer cette béatitude de l’âme ? Il n’y a que l’expérience qui le puisse; Afin donc que nous puissions connaître par expérience cette joie spirituelle, cette vie bienheureuse, ce trésor de biens innombrables, quittons tout pour nous attacher à cet amour, et pour notre propre bonheur, et pour la gloire de Dieu ainsi aimé[2]. »

[1] «Saint Jean Chrysostome, théologien, moraliste et mystique», dans « Que tous soient un! » Mélanges offerts en hommage par la Fraternité Saint-Élie à Son Éminenece le Métropolite de Silyvria Emilianos Timiadis, édités par le Carmel de Saint-Rémy/Stânceni, Iaşi, 2005, p. 64-76, ici p. 75-76.

[2] Homélie 9 sur l’Epître aux Romains, PG 60, 474.

 

Rencontre francophone « Actualités chrysostomiennes », 13 mai 2016

Le vendredi 13 mai 2016 a eu lieu la rencontre « Actualités chrysostomiennes ». Elle a réuni chercheurs et amis chrysostomiens francophones et elle s’est tenue à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, de 14h à 17h, sur l’invitation de Pierre Molinié et de Marie-Ève Geiger, doctorants (Centre Sèvres, Université Paris-Sorbonne ; Université Lumière Lyon 2). Lire la suite

Une découverte passée inaperçue, ou le charme discret de l’editio Parisina altera

par Guillaume Bady

En 1957, Antoine Wenger[1] écrivait à propos des onze homélies nouvelles de Jean Chrysostome[2], dont Montfaucon a publié l’édition princeps en 1738[3] :

Les critiques qui se sont occupés avec bonheur de l’examen interne des homélies n’ont pas réussi à retrouver le manuscrit qui a servi à l’édition. Après avoir retrouvé la copie de Montfaucon dans l’actuel Paris supplément grec 555, j’ai fini aussi par découvrir le manuscrit lui-même dans le fonds Ottoboni de la Bibliothèque vaticane. C’est l’actuel Ottoboni grec 431.

Un triple mérite revient donc à A. Wenger : la découverte du Stavronikita 6 (qui a notamment permis de connaître un manuscrit plus complet, faisant passer la série à quinze homélies), l’identification du Paris supplément grec 555 et celle de l’Ottoboni grec 431.

Or, l’assomptionniste travaillait, comme tout bon patrologue, avec la Patrologie grecque de Migne, dont le tome 63, paru en 1862, reproduit pour l’essentiel l’édition de Montfaucon. Mais à y regarder de près, le texte de la PG ne coïncide pas avec cette dernière.

Un exemple suffira peut-être: le morceau de l’homélie 14 qui, dans l’Ottobonianus, est venu se glisser au milieu d’une lacune de l’homélie De Eleazaro et septem pueris (= homélie 11 chez Montfaucon, 13 dans le Stavronikita 6), mais que Montfaucon, sans comprendre qu’il y avait interpolation, a édité au milieu de l’homélie De Eleazaro. En l’examinant, on constate plusieurs différences :

  • PG 63, col. 528, lignes 42-43 : *** καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ αὐτοῦ· διὸ καὶ ἔλεγεν, ὅτι ἀπεστάλη   ≠   Montfaucon, t. XII, p. 399 : a καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ, ὅτι ἀπεστάλη (omission de αὐτοῦ διὸ καὶ ἔλεγεν) ; on notera en passant que la lacune, remarquée par Montfaucon dans la note a, est signalée aussi dans le texte grec de la PG par trois astérisques.
  • PG 63, col. 529, ligne 26 : Ποῦ τῶν ῥημάτων ὁ κόμπος;  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Ποῦ τῶν ῥημάτων κόμπος; (omission de ὁ)

Si l’on consulte les manuscrits, on constate que le texte du Paris supplément grec 555, f. 103v-105, a été parfaitement reproduit dans l’édition de Montfaucon, qui a tout de même opéré sans le dire deux corrections, dont une très mineure :

  • Paris supplément grec 555, f. 104 : οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : οὐδὲ μόνον οὐκ ἀσϑενές. La correction figure bien en PG 63, col. 529, ligne 8.
  • PG 63, col. 529, ligne 45 = Paris supplément grec 555, f. 105 : Τί ἐστιν ἐμώρανε  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Τί ἐστιν ἐμώρανεν (ajout du nu éphelcystique).

Qu’en est-il à présent du Stavronikita 6, f. 134-135, et de l’Ottobonianus, f. 236rv ? Tous deux confirment à chaque fois le texte de la PG, à deux exceptions près :

  • la leçon οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές que leurs copistes n’ont pas jugé utile de corriger;
  • καὶ τῇ διανοίᾳ est « omis », car en fait ce sont des mots appartenant à l’homélie De Eleazaro avant la lacune de l’Ottobonianus qui se situe après le f. 235. Cette petite erreur remonte sans doute moins au copiste du Paris supplément grec 555 – c’est-à-dire l’un des deux correspondants de Montfaucon que celui-ci cite dans sa préface : Pierre Maloet et son assistant, Joseph Avril –, qu’à Montfaucon lui-même : celui-ci, écrivant en marge inférieure la note ad locum qui se lit encore aujourd’hui dans la PG (Haec amanuensis lapsu uitiata forte uideantur ; sed stare posse puto lectionem), a ajouté dans le texte, au-dessus de la ligne, une croix et l’appel de note « a » (répété en marge) avant καὶ τῇ διανοίᾳ, et non après; il est vrai que, n’ayant pas l’Ottobonianus sous les yeux, il ne pouvait deviner très précisément où commençait la lacune qu’il suspectait.

Le mérite de ce texte amélioré tel qu’on le lit dans la PG revient en fait à Théobald Fix, qui a préparé avec Luis de Sinner et Friedrich Dübner l’editio Parisina altera, emendata et aucta, parue en 13 tomes chez les frères Gaume, à Paris, de 1834 à 1840[4]. En l’occurrence, au tome XII paru en 1839, p. 551-552, on trouve bien le texte qui, astérisques compris, a servi de modèle à la PG. Et à la page 457, Fix a ajouté au monitum de Montfaucon, entre crochets, cette précision : denuo Vaticanum codicem conferri curavimus (« nous avons pris soin de collationner le manuscrit du Vatican à nouveaux frais »).

Le savant – ou l’un de ses collègues – avait donc retrouvé la source de Montfaucon, sans livrer plus de détail à son sujet que le mauriste !

[1] A. Wenger, Jean Chrysostome. Huit catéchèses baptismales inédites, Sources Chrétiennes 50, Paris, 1957, p. 17-18. Voir aussi, du même, « La tradition des œuvres de saint Jean Chrysostome », Revue d’études byzantines 14 (1956), p. 33 : « Depuis Matthaei [en 1792] jusqu’à Dom Baur [en 1929 et 1930], dernier en date des critiques qui ont traité de cette collection, tous les auteurs se sont contentés comme base textuelle de l’édition de Montfaucon sans avoir tenté, semble-t-il, de retrouver le manuscrit original du Vatican. » Suit, p. 333-37, l’extraordinaire et magistrale description de l’enquête qui a permis à A. Wenger d’identifier l’Ottobonianus.

[2] CPG 4441.

[3] B. de Montfaucon, S. P. N. Joannis Chrysostomi archiespiscopi Constantinopolitani opera omnia quæ exstant, t. XII, Paris, 1738.

[4] Voir à ce sujet mon article, « L’editio Parisina altera des œuvres de Jean Chrysostome et la Patrologie grecque de Migne », Eruditio antiqua 4, 2012, p. 1-17.

Chrysostomos

Présentation

Le carnet Chrysostomos vise à favoriser les échanges scientifiques concernant l’œuvre de Jean « Bouche d’Or », en grec « Chrysostomos » (Chrysostome), l’un des plus célèbres Pères de l’Église (v. 349-407). Le domaine concerné est au carrefour de la philologie grecque, de l’histoire et de la théologie. Porté par des membres des UMR  8167 (Orient et Méditerranée) et 5189 (HiSoMA, équipe des « Sources chrétiennes »), de l’UPR 841 (IRHT), des Facultés jésuites de Paris («Centre Sèvres») et de l’UCLy, il présente notamment les activités des séminaires mis en place à Lyon et à Paris sur cet auteur.

The Chrysostomos blog aims to promote exchanges in the research on John Chrysostom’s work (« Golden Mouth »), one of the most famous Church Fathers (c. 349-407). It is developed by members of the UMR 8167 (Orient et Méditerranée) and 5189 (HiSoMA, « Sources Chrétiennes »), of the UPR 841 (IRHT), of the Facultés jésuites de Paris (« Centre Sèvres ») and of the UCLy. The blog provides in particular information on seminars which take place in Lyon and Paris about John Chrysostom.

Équipe de rédaction

  • Marie-Ève Geiger (doctorante conctractuelle, Université Lyon 2), rédactrice en chef
  • Catherine Schmezer (Professeur à l’Université Lyon 3)
  • Guillaume Bady (chargé de recherche CNRS, Institut des Sources Chrétiennes)
  • Francesca Barone (chargée de recherche CNRS, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes)
  • Pierre Moliné (doctorant, Paris-Sorbonne et Centre Sèvres)

Crédits photographiques

  • Image d’en-tête : Stravronikita 12, f. 1, détail (photographie : G. Bady)