Les « anges des nations » selon Jean Chrysostome

La troisième séance du séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » sera assurée par Samuel Pomeroy (WWU, Münster) le mercredi 2 décembre 2020, de 14h à 16h en visioconférence, sur le sujet suivant:

Les « anges des nations » selon Jean Chrysostome

L’idée que les anges sont préposés à la garde des nations est attestée chez Justin, Clément, Origène et Eusèbe. Elle se trouve aussi, par des voies incertaines, chez Jean Chrysostome, qui à travers son œuvre en fait de brèves mentions ou y consacre de longues réflexions. Tout en reprenant des éléments déjà connus au IVe siècle, il aborde plusieurs points qui attireront notre attention : le rapport entre le rôle des anges et la souveraineté du Christ Roi de l’univers ; la façon dont les anges de la paix et de la guerre interviennent dans la conception que se fait Jean du combat spirituel ; enfin, l’élection d’Israël, qui avait Yahvé pour «ange», soulève des difficultés sur lesquelles le prédicateur a dû répondre.

Contact pour obtenir un lien: guillaume.bady@mom.fr

Le Quod Christ sit Deus attribué à Jean Chrysostome : la thèse d’Anthony Glaise, soutenue le 21 novembre 2020

Avec succès, Anthony Glaise a soutenu samedi 21 novembre 2020, pour obtenir le grade de Docteur de l’université de Tours dans la discipline des Lettres classiques, sa thèse intitulée : Le Quod Christus sit Deus attribué à Jean Chrysostome (CPG 4326) : édition, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs de thèse, Bernard Pouderon (Univ. de Tours) et Brigitte Mondrain (EPHE), ainsi que de Catherine Broc-Schmezer (Univ. Lyon 3), Diane Cuny (Univ. de Tours), Sébastien Morlet (Univ. Paris-Sorbonne), Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians Universität, Munich) et moi.

La thèse se présente en 2 volumes. Le premier comporte, sur 466 pages, une étude en 4 parties : 1° Le Sitz im Leben (authenticité, style, datation, vie religieuse à Antioche, dimensions polémiques, importance des citations bibliques), 2° La tradition manuscrite, 3° La postérité (éditions et tradition indirecte), 4° La traduction en français avec annotation ; en fin de volume figurent bibliographie, annexes et index biblique. Le volume II, de 86 pages, offre l’édition critique du texte.

A. Glaise, recensant une masse impressionnante de parallèles chrysostomiens, plaide pour l’authenticité. S’appuyant notamment sur un passage de Socrate situant vers le début de la période antiochienne un « Logos contre les juifs » – au lieu des logoi au pluriel attendus pour la « série » Adversus Iudaeos –, il émet l’hypothèse d’une datation vers 380. Tout en défendant l’idée que malgré son inachèvement l’écrit n’a pas de partie manquante qui serait adressée aux juifs et que le titre originel est celui qui vise les seuls Grecs, il reconnaît en fait pour destinataires réels moins ces derniers que les juifs et certains groupes de chrétiens. Analysant le très riche matériau biblique, il replace le texte dans la lignée des testimonia et de la tradition littéraire apologétique, en reprécisant l’influence de la Démonstration évangélique d’Eusèbe.

Dans les deux parties suivantes, dont les acquis seront particulièrement profitables désormais pour les spécialistes, il reconstitue l’histoire du texte à travers l’analyse fouillée de 16 manuscrits à partir du 9e siècle, et celle des principales éditions latines, puis grecques. Il s’intéresse de surcroît à la postérité littéraire à travers plusieurs œuvres : les Adversus Iudaeorum observationes au 12e s. (avec un passage transcrit en annexe), la Chaîne sur l’Évangile de Luc de Nicétas d’Héraclée (mort après 1117), les écrits de Thomas d’Aquin (dépendant de Nicétas) au 13e s. et les Capita decem pro divinitate Christi de Charitonyme Hermonyme au 15e.

Le texte critique, fondé sur la collation de très nombreux manuscrits – tous, sauf deux, tardifs, qui pourront être consultés ultérieurement –, prend prioritairement appui sur le plus ancien, qui, avec le soutien de 2 ou 3 autres, prodigue un texte exempt des retouches que l’on constate dans une autre partie de la tradition. Ainsi se trouvent dépassées, et de loin, les éditions précédentes, y compris celle de N.G. McKendrick (1966).

Les membres du jury ont discuté, parfois âprement, tous les aspects de ce travail, qui, entre autres mérites, ne manquera pas de susciter un regain d’intérêt pour cette œuvre très singulière.

À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des «témoins perdus» des Homélies sur l’Épître aux Philippiens

Le séminaire « Jean Chrysostome : édition et histoire des textes » reprend de plus belle en 2020-2021, à raison d’un mercredi par mois de 14h à 16h aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon: vous pouvez découvrir le programme complet sur ce carnet.

La première séance sera assurée par Pierre Augustin (IRHT, Paris) le mercredi 14 octobre 2020, sur le sujet et avec l’argumentum suivants:

À travers gloses, annotations, correspondances et inventaires : à la recherche des « témoins perdus » des Homélies sur l’Épître aux Philippiens  

Les séances de mars et avril 2019 ont permis de présenter de manière succincte la tradition manuscrite conservée des Homélies sur l’Épître aux Philippiens et de situer leurs principales éditions et traductions dans l’histoire de l’érudition chrysostomienne. En précisant leur datation, leur provenance et parfois leur insertion dans un corpus plus large, nous avons donné un premier classement chronologique des témoins grecs et esquissé quelques regroupements en fonction de l’analyse des « paratextes » (arguments, pinax et titres d’ethica). Par ailleurs, en nous fondant sur les préfaces et les annotations, mais aussi sur les archives de nos prédécesseurs, nous avons cherché à préciser leurs sources et leur méthode de travail. Sur ce point, il reste néanmoins quelques zones d’ombre : certaines sources attestées par nos devanciers semblent avoir aujourd’hui disparu. En parcourant gloses et annotations, correspondances érudites ou inventaires de bibliothèques, nous tâcherons de retrouver, ou à défaut d’identifier le plus précisément possible les éventuels témoins « perdus » de la série Sur l’Épître aux Philippiens, en nous attachant à quatre exemples : la source chrysostomienne de deux gloses carolingiennes issues de l’entourage de Jean Scot Érigène (9e siècle), celle d’une traduction latine due au camaldule Ambrogio Traversari (15e siècle), enfin, dans le sillage de Gian Matteo Giberti, les mystérieux « codices » de Niccolò Leonico Tomeo (1456-1531) et Guillaume Budé (1467-1540).

L’homélie In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352) publiée par Leone Allacci en 1629 : une « fake new » ?

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

En 1629, Leone Allacci publie à Lyon, chez Laurent Durand, en appendice au Commentarius in Hexaemeron (CPG 3393) du Ps.-Eustathe d’Antioche, dans un volume qui donne pour la première fois au public l’ensemble des témoignages sur le prédécesseur de Jean Chrysostome, et en particulier son traité sur la nécromancienne d’Endor (Syntagma de Engastrimytho, CPG 3350), le texte grec intégral de l’homélie chrysostomienne In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352), accompagné d’une traduction latine :

S. P. N. Eustathii archiepiscopi Antiocheni, et martyris, In Hexahemeron Commentarius : ac De Engastrimytho dissertatio aduersus Origenem. Item Origenis De eadem Engastrimytho, an uidelicet anima ipsa Samuelis fuerit uere euocata incantationibus Pythonissae, de qua I. Reg. cap. 28. Leo Allatius primus in lucem protulit, Latine uertit, notas in Hexahemeron adjecit, dissertationem de Engastrimytho syntagmate illustrauit, Lugduni, sumptibus Laurentii Durand, 1629, Ière partie, p. 95-111.

[en ligne]

https://books.google.fr/books?id=SlDQ46D-K-kC&hl=fr&pg=RA1-PA95#v=onepage&q&f=false

Cette publication, dont Allatius n’indique pas la source, semble avoir échappé à l’attention des Bollandistes, qui ne la mentionnent pas dans leur BHG. Comment expliquer cette omission ?

Un indice nous est donné par la traduction latine dont Allatius accompagne le texte grec (inc. Sapiens uir quidam, & philosophandi peritus, qui rerum humanarum naturam accuratè didicerat), qui est manifestement empruntée à l’édition antérieure de son confrère Fronton du Duc :

– soit à l’édition princeps, parue à Bordeaux en 1601, où l’homélie est en quatrième position :

S. Ioannis Chrysostomi Archiepiscopi Constantinopolitani Panegyrici Tractatus XVII. Sanctis Apostolis, Martyribus, & Patriarchis dicti, nunc primum Graecè & Latinè in lucem editi opera Frontonis Ducaei Burdigalensis, Societatis Iesu Professoris Theologi. Adiectae sunt eiusdem Notae, quibus interpretationis aut correctionis ratio redditur, Burdigalae, Apud Simonem Millangium, Typographum Regium, CIƆ.IƆC.I [= 1601], Tractatus 4 p. 91-119 [texte et traduction latine, avec double numérotation]

[en ligne]: https://books.google.fr/books?id=B5PHpJz1zRgC&lpg=PP5&ots=7FLWu6IW95&dq=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&hl=fr&pg=PP5#v=onepage&q=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&f=false

– soit, plus vraisemblablement, à la réédition parisienne de 1609, ou à sa réimpression de 1621, dans lesquelles l’homélie se trouve désormais à la cinquante-deuxième place :

Sancti Patris nostri Ioannis Chrysostomi archiepiscopi Constantinopolitani ad populum Antiochenum, aduersus Iudaeos, de incomprehensibili Dei natura, de Sanctis, deque diuersis eiusmodi argumentis, Homiliae LXXVII. Nunc primum Graece et Latine coniunctim editae…, Lutetiae Parisiorum, Typis Regiis, apud Claudium Morellum, uia Iacobaea, ad insigne Fontis, M.DC.IX. [= 1609, réimpr. 1621], LII, p. 643-653.

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k854791k/f669.image (éd. de 1609)

Par conséquent, il est vraisemblable que le texte grec publié par Allatius soit également repris à Fronton du Duc. Plutôt que d’une édition à part entière, il s’agirait donc seulement d’une réimpression sans mention de source…

Après tout, Savile avait bien, lui aussi, repris le texte de Fronton du Duc, non sans faire directement collationner l’édition bordelaise de 1601 sur le ms. München, BSB, gr. 31, ff. 319v-325 [a. 1546 ; CCG II, n° 44 ; MF IRHT n° 34026 ; voir Savile VIIIb, col. 741, note à Savile V, 628-633 : hom. 93], ce qui, disons-le en passant, explique l’absence de cette homélie dans les transcriptions tirées de la source unique du savant jésuite, le ms. Paris, BNF, gr. 759, et conservées dans le Liber N des archives de Savile : Oxford, BL, Auctarium, E. 3. 12.

Quant à Montfaucon, il adoptera explicitement la traduction latine de Fronton du Duc [S. P. N. Joannis Chrysostomi Opera omnia…, II, Paris, 1718, p. 603], après collation du ms. Paris, BNF, gr. 759 (olim Medic.-Reg. 2343), ff. 349-354 (10e-11e s., au 21 février), ainsi que de deux autres témoins parisiens : Paris, BNF, gr. 748 (olim Colbert. 970), ff. 248v-255v (11e s.), et gr. 1197 (olim Fontebl.-Regius 2029), ff. 69-76v (12e s., au 5 juillet), par son confrère Dom François Mesanges (voir : Paris, BNF, Suppl. gr. 436, ff. 295, 310v-311, 615).

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722013n/f353.item (gr. 759)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721893n/f252.item (gr. 748)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722214v/f72.item (gr. 1197)

Notice sur l’homélie De sanctis mysteriis accedendis attribuée à Jean Chrysostome

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

Dans l’exposé qu’elle a présenté aux Sources Chrétiennes le jeudi 10 janvier sur le De beato Philogonio (CPG 4319), Chiara Spuntarelli a évoqué une recension abrégée de l’homélie et les modifications apportées au texte et à son titre dans certains témoins de la tradition. Elle a montré à cette occasion qu’il convenait de distinguer le texte présenté par le Vaticanus gr. 733 (CCG VI, 120), ff. 335-338, de celui qu’a publié Christian Friedrich von Matthäi** en 1779, qui correspond, pour sa part, à la seconde partie de l’homélie (et qui n’a, curieusement, pas attiré l’attention de J. A. de Aldama et n’a pas été enregistrée dans la Clauis). Même si l’incipit est, dans les deux cas, quasiment le même, nous sommes en effet en présence de deux recensions différentes de l’homélie De beato Philogonio. Les paragraphes qui suivent voudraient contribuer à une mise au point sur ces deux versions et sur les quelques témoins connus de leur tradition manuscrite.

** Christian Friedrich von Matthäi fut chargé par Catherine II en 1773 de décrire les manuscrits de deux bibliothèques de Moscou : celle du Saint-Synode (du patriarcat) et cette de la Typographie synodale.

  1. L’homélie publiée par Christian Friedrich von Matthäi à Leipzig en 1779

(BHG 1532, pars altera [non mentionnée dans Aldama]) :

Homilia de sanctis mysteriis accedendis = De beato Philogonio, pars altera (PG 48, 752, lin. 10 ab imo-756 ; ed. Christian Friedrich von Matthaei [von Matthäi], Lectiones Mosquenses, Lipsiae, sumtu E. B. Schwickerti, 1779, I, pp. 1-6 ; BHG 1532).

[en ligne] https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433081607875;view=1up;seq=11

Le texte de Matthäi a été réimprimé à Venise en 1781 par Giovanni Battista Gallicioli, en appendice au dernier volume (posthume) du recueil d’André Galland (+ 12 janvier 1779), accompagné d’une traduction latine et de notes inspirées de celle de Matthäi (BHGn 1532d) :

André Galland, Bibliotheca Veterum Patrum antiquorumque Scriptorum Ecclesiasticorum, postrema Lugdunensi multo locupletior atque accuratior, Venetiis, 1765-1781, vol. XIV (1781), Appendix, p. 141-144.

[en ligne] https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=gri.ark:/13960/t1sf65t37;view=1up;seq=5

Tit. Τοῦ ἐν ἁγίοις πατρὸς ἡμῶν Ἰωάννου ἀρχιεπισκόπου Κωνσταντινουπόλεως τοῦ Χρυσοστόμου λόγος εἰς τὸ, ὅτι τὸ ῥαθύμως προσίεναι τοῖς μυστηρίοις, κόλασιν ἀφόρητον ἔχει, κᾂν ἅπαξ τοῦ ἐνιαυτοῦ τοῦτο τολμήσωμεν. ἐλέχθη δὲ πρὸ ε’ ἡμερῶν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως. Εὐλόγησον Πάτερ.

[Oratio in illud, Negligenter ad sacram mensam accedere vindictam infert gravissimam, quamvis semel in anno istud audeamus. Dicta est quinque dies ante natalem Christi. Jube domne benedicere.]

Inc. Ἑορτὴ, ἀδελφοί, μέλλει προσελαύνειν ἡ πασῶν, Des. μυριοπλασίους ἀποδιδούς σοι τῆς ὑπακοῆς ταύτης τὰς ἀμοιβὰς… ἀμήν. (fin habituelle)

Source manuscrite de Matthäi :

L’édition de Matthäi ne mentionne pas sa source, mais il a publié ce texte d’après le ms. Dresden, Sächsische Landesbibliothek, A 131, sept folios (un cahier ?) empruntés à un manuscrit de contenu ascétique : Moskva, G.I.M., Syn. gr. 363 (Vladimir 418 ; Matthäi CCCL), du 15e siècle, où ils devaient s’insérer entre les actuels ff. 157 et 158 (il manque en effet sept folios). Voir la notice d’Oskar Leopold von Gebhardt, « Christian Friedrich Matthaei und seine Sammlung griechischer Handschriften », Zentralblatt für Bibliothekswesen 15 (1898), p. 345-357, 393-420, 441-482, 537-566 (ici p. 478-479). [R(III)746].

[en ligne: https://www.deutsche-digitale-bibliothek.de/item/J2MQRMQMDVJBP2RBGFCDFIG2XKGDBASC ]

Quant au manuscrit de Moscou, il s’agit d’une collection des œuvres de Marc le Moine (omise dans l’article de G.-M. de Durand, « La tradition des œuvres de Marc le Moine », RHT 29 [1999], p. 1-37). Les folios décrits par von Gebhardt ont malheureusement disparu dans l’incendie de Dresde en 1945 (Jean-Marie Olivier, Répertoire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits grecs de Marcel Richard [Corpus Christianorum], Turnhout, Brepols, 1995, p. 266).

Les archives de Matthäi :

Les archives de cette édition de C. F. Matthäi ont néanmoins été acquises, avec ses autres copies et collations de manuscrits, par l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg, un an après sa mort, en 1812. Elles y ont été décrites en 1893 par Aleksej Stepanovic Rodosskij [Алексей Степанович Родосский], Описание 432-х рукописей, принадлежащих Санкт-Петербургской духовной академии и составляющих ее первое по времени собрание [Description de 432 manuscrits appartenant à l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg et constituant sa première collection], Sankt-Peterburg, Baskova, 1893 [R(III)2119].

[en ligne] https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=1

Voir aussi : von Gebhardt, « Christian Friedrich Matthaei… », p. 555-558.

En 1918, l’Académie fut ravagée, ainsi que la Laure Alexandre Nevskij, et les fonds de la bibliothèque furent transférés dans d’autres dépôts. En 1919, une partie importante des livres et manuscrits de la bibliothèque universitaire, ainsi que la bibliothèque et les archives de Matthäi (constituées presque exclusivement de ses autographes, contenant des brouillons ou du matériel imprimé, extraits des manuscrits grecs sur lesquels il avait travaillé) ont été déposées à l’actuelle Bibliothèque nationale russe (Российская национальная библиотека [РНБ]). Elles y sont encore conservées au Département des manuscrits, dans le fonds № 573 : « Collection de l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg » (Ф. 573, Собрание Санкт-Петербургской Духовной Академии [собр. СПбДА]).

Les trois manuscrits suivants conservent les archives de l’édition des homélies :

De sancto Meletio Antiocheno (CPG 4345) : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 24 (Родосский 17), ff. 18-21. Четыре беседы Иоанна Златоуста. XVIII в. [Quatre homélies de Jean Chrysostome. 18e siècle (4e homélie)] [R(III)2119, p. 21 : https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=29 ]

In sanctum Eustathium Antiochenum (CPG 4352) : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 25 (Родосский 18), ff. 1-8 (quaternion n° VI). Варианты и примечания к беседам Иоанна Златоуста. XVIII в. [Variantes et annotations aux homélies de Jean Chrysostome. 18e siècle]

[R(III)2119, p. 21-22 : https://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=30 ]

De sanctis mysteriis accedendis : Sankt-Peterburg, РНБ, Ф. 573. № 46 (Родосский 40), ff. 1-4v (seul texte du ms.) [R(III)2119, p. 62 : https ://dlib.rsl.ru/viewer/01003634130#?page=70 ]

On notera que la collection de manuscrits de Matthäi et les archives de ses éditions ont fait récemment l’objet de plusieurs études par Galina Andreyevna Tyurina (actuellement chef de département au Centre de recherche scientifique de la Maison des Russes à l’étranger A. I. Soljenitsyne, à Moscou), dont une thèse à l’Institut universitaire orthodoxe Saint Tikhon :

Tyurina 2006 : Galina A. Tyurina [Г. А. Тюрина], « Христиан Фридрих Маттеи и греческая филология в России во второй пол. XVIII – нач. XIX века » [Christian Friedrich Matthäi et la philologie grecque en Russie, seconde moitié du XVIIIe – début. XIXe siècle], Вестник Православного СвятоТихоновского гуманитарного университета. Серия III: « Филология » [Вестник ПСТГУ] [Bulletin de l’Université orthodoxe Saint-Tikhon, Humanités. Série III :Philologie], 2 (2006), p. 157-168.

Tyurina 2009 : Galina (Elina) A. Tyurina [Г. А. Тюрина], Христиан Фридрих Маттеи и изучение греческих рукописей в Европе в эпоху Просвещения [Christian Friedrich Matthäi et la recherche sur les manuscrits grecs en Europe au siècle des Lumières], Thèse de doctorat en histoire, Moscou, 2009. 318 p.

[en ligne] http://cheloveknauka.com/v/303229/d#?page=1

Tyurina 2012 : Galina A. Tyurina [Г. А. Тюрина], Из истории изучения греческих рукописей в Европе в XVIII – начале XIX в. Христиан Фридрих Маттеи (1744 – 1811) [L’histoire de la recherche sur manuscrits grecs en Europe au XVIIIe – début du XIXe siècle. Christian Friedrich Matthaei (1744-1811)] (Монфокон 2), Moscou, Jazyki Slavjanskoj Kul’tury, 2012. ISBN : 978-5-9551-0585-7 [IRHT, Section grecque : Fb 6 MON]

Voir Chapitre 1.3. « Греческие рукописи, с которыми работал Х. Ф. Маттеи » [Manuscrits grecs sur lesquels a travaillé C. F. Matthäi], p. 38-sqq. (ici p. 46 et n. 120, ms. 12 : [Dresden] A 131 : На первом листе красочная заставка. Маттеи опубликовал текст фрагмента в 1779 [Sur la première page, bandeau en couleurs. Mattei a publié le texte du fragment en 1779]).

Chapitre 4.2. « Изучение святоотеческих творений » [L’étude des œuvres patristiques], p. 188-193.

Chapitre 5.1. « Коллекция Х. Ф. Маттеи. Состав и происхождение рукописей » [La collection de C. F. Matthäi. Composition et origine des manuscrits], p. 221-252 (ici p. 229, n° 35 et n. 82-83 : Иоанн Златоуст (А 131). Бумага. XV в. 7 лл. Гебхардт указыбает на кодекс 418 Синодальной библиотеки, сборник аскетических сочинений, в котором недостает 7 листов. Белокуров поддерживает это мнение (82. Белокуров С. А. О библиотеке московских государей в XVI столетии. С. DXVI). Маттеи опубликовал текст фрагмента в 1779 г. без указания на его просхождение (83. Lectiones Mosquenses / Ed. Ch. F. Matthaei. V. 1. Lipsiae, 1779) [Jean Chrysostome (A 131). Papier XVe siècle. 7 ff. Gebhardt renvoie au ms. 418 de la Bibliothèque synodale, une collection d’œuvres ascétiques à laquelle il manque 7 folios. Belokurov soutient ce point de vue (82. S. A. Belokurov, À propos de la bibliothèque des souverains de Moscou au XVIe siècle, p. DXVI). Matthäi a publié le texte du fragment en 1779 sans indiquer son origine (83. Lectiones Mosquenses, éd. C. F. Matthaei. V. 1. Lipsiae, 1779)].

Remarques sur le titre de l’homélie De sanctis mysteriis accedendis dans l’édition de Matthäi :

Étant donné qu’il s’agit de la seconde partie de l’homélie originelle, tout se passe comme si nous avions affaire à un simple ethicon : d’où le titre de l’homélie (λόγος εἰς τὸ, ὅτι… κ.τ.λ.), qui ressemble aux titres d’ethica habituels des séries exégétiques. On remarquera, néanmoins, que ce titre conserve la mention finale de la lecture liturgique pour le 20 décembre.

Tradition manuscrite :

Hormis l’exemplaire (perdu) de Dresde, et la copie autographe de Matthäi, conservée à Saint-Pétersbourg, il y a au moins un autre témoin de ce texte :

London, B.L., Harley 5643, ff. 25v-30 (inc. ab editis paulum diuersa Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν).

Mélanges patristiques copiés, pour la plus grande partie, aux alentours de 1600 par un Iôannês (RGK I 206, p. 117) [R(III)1525a, p. 151-153 ; texte non mentionné dans CCG I, 58 et VIII, 2, I, 58]

L’homélie est anonyme dans le manuscrit, mais elle est attribuée à Chrysostome par son possesseur, John Covel (1638-1722), chapelain de la Levant Company of Turkey Merchants, au f. 399 (voir aussi ci-dessous la note marginale du f. 25v). Le ms. a appartenu à Néophyte III, patriarche de Constantinople (ex-libris en grec du 12 avril 1638 et chiffre de la main de l’archidiacre Joasaph de Monemvasie, f. 400) et à un Dionysios, archiprêtre d’Héraclée (f. 400v). Il a été offert par Drakos Hiérakis à John Covel le 25 avril 1676 (f. 1v ; il s’agit de son MS. XXVI) et acheté à Covel pour la bibliothèque de Harley le 27 février 1715/6 (Diary, p. xxxiv-xxxvi).

En marge du f. 25v, note grecque : οὗτος ὁ λόγος ἐστὶ μέρος | ἐκ τοῦ λόγου τοῦ Χρυσοστόμου | τοῦ εἰς τὸν ἅγιον ἀβλάβϊον (sic):

Tit. Λόγος εἰς τὴν ἁγίαν τοῦ Χριστοῦ γέννησιν· καὶ περὶ τοῦ προκαθαίρεσθαι τῆς τῶν ἁγίων μυστηρίων μεταλήψεως :

Inc. Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν

[en ligne] http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_5643

2. La recension abrégée contenue, entre autres, dans le Vaticanus gr. 733 :

De beato Philogonio, excerpta duo (PG 48, 752, lin. 10 ab imo-754, lin. 3 ab imo ; BHGn 1532c)

Tit. (ms. Vat.) Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν μακάριον Φιλογόνιον πρὸ πέντε ἡμερῶν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως Εὐλόγησον Δέσποτα.

a. inc. Ἑορτὴ μέλλει προσελαύνειν ; des. τοῦ Χριστοῦ γέννησις (PG 48, 752, linn. 10 ab imo-6 ab imo)

b. inc. Καὶ γὰρ ἐγὼ διὰ τοῦτο τούτους κινῶ τοὺς λόγους ; des. τὴν ψυχὴν αὐτοῦ ζημιωθῆ (PG 48, 753, lin. 10 ab imo-754, lin. 3 ab imo)

Tradition manuscrite : deux témoins repérés :

Vaticano, B.A.V., Vat. gr. 733 (olim Hagion Oros, Monê Pantokratoros, deinde Vat. gr. 880), ff. 335-338 (14e s.) [CCG VI, 120 ; R(III)832, p. 238-241 ; IRHT MF 11152-11153]

Wien, Ö.N.B., Suppl. gr 113, II, ff. 142v-145 [CCG IV, 115 ; R(III)2448, p. 194-196]

Manuscrit factice : I. ff. 1-47 : collection canonique du 17e siècle ; II. ff. 48-153v : extraits rassemblés (ff. 48-149v) par un hiéromoine Ignace en 1612 [25.09.1612 : f. 130v ; Politis-Politi 1994, p. 458 (il y a beaucoup d’homonymes contemporains)] et qui ont probablement appartenu à un certain Nikolaos Axiotes ὁ Χτίτζις (annotations au f. 154r-v).

[notice en ligne] http://data.onb.ac.at/rec/AC14011319