« La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne », réflexions proposées par Pierre Molinié, enseignant au Centre Sèvres, lors de la journée d’étude « Prédication et sacrement ».

Le 16 juin 2018 se tenait dans les murs de l’ENS de Lyon la journée d’étude du Laboratoire CIHAM (UMR 5648) organisée par Marie Pauliat (ATER ENS de Lyon, Laboratoire CIHAM) et Pierre Molinié (Professeur assistant, Centre “Sèvres”, Paris), sur le thème de « prédication et sacrement ». Une introduction de Paul Mattei situait dans l’histoire de la pensée chrétienne la notion de « sacrement », montrant que déjà dans des emplois de Tertullien et Marcion, le terme sacramentum, traduction latine de μυστήριον, véhiculait l’idée actuelle de ce qu’est un sacrement : un « signe porteur de grâce ». Il légitimait par là les recherches portant sur le lexique et associant l’idée de « sacramentum » ou de « mystêrion » et la prédication, c’est-à-dire le sermon délivré par le prêtre, ou plus souvent l’évêque dans l’Antiquité, après que l’on a écouté la lecture d’un passage des Ecritures, au cours d’une célébration chrétienne, qu’elle soit eucharistique ou non.

Suivait la présentation de Pierre Molinié sur « La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne ». Ces réflexions prolongeaient sa thèse de doctorat soutenue l’an dernier à Paris IV, qui portait sur le commentaire chrysostomien de la deuxième épître aux Corinthiens. Il y démontrait l’unité entre partie exégétique et partie parénétique des homélies sur II Corinthiens, et va plus loin en interrogeant la dimension d’actualisation des Ecritures en s’appuyant sur Gadamer et Francis Young : l’un invoque la loi, l’autre la partition musicale, qui doivent être appliqués ou faire l’objet d’une performance pour être pleinement réalisés. Mais il préfère à la notion d’application des Ecritures celle d’ « anaphore ». C’est en effet proprement une geste d’élévation qu’il voit dans le mouvement des prédications de Chrysostome : entre autres, on y relève des personnes et on y élève une louange, une eucharistie, vers Dieu. Et le fait est que dans le corpus sondé (les homélies sur II Corinthiens), les mots de la famille d’anapheresthai sont très présents tandis que le terme mystêrion n’apparaît pas. C’est avec le Traité du Sacerdoce  que Pierre Molinié faisait terminer son propos, car plusieurs aspects de la prédication y sont évoqués. Le devoir de prêcher, par exemple, incombe au chef de famille dans sa maison et n’est pas réservé aux évêques ; l’homélie prononcée au cours d’une célébration est mise sur le même plan que la proclamation des Ecritures, comme sacrifice de louange offert à Dieu. Puis l’identification entre la prédication et le sacrement se fait plus nette lorsque l’on constate avec Pierre Molinié que la prédication reçoit le même qualificatif, mystêrion, que le kérygme et les sacrements, et que la « Parole » a des vertus propres, qu’elle a une force, de même que la réception de l’Ecriture est source de transformation pour les croyants. Ce qui éloignerait la prédication de la notion de sacramentalité est la part de talent du prédicateur, et la part d’attention de l’auditeur, qui sont des conditions pour qu’une prédication soit efficace. De nombreuses pistes ont donc été ouvertes, qui ne demandent qu’à être approfondies.

Deux interventions prolongeaient celle de Pierre Molinié concernant le monde grec : Agnès Lorrain (Projet ERC ParaTexBib, LMU – München) sur Origène et Arnaud Perrot (Sorbonne-Universités) sur Basile de Césarée. L’après-midi était consacré au monde latin, avec trois interventions : Marie Pauliat sur Augustin (Minister uerbi et sacramentorum (Augustin d’Hippone, s. 351,5) : Quelles valeurs du « et »), Paul Mattei (Université Lyon 2 – HiSoMA) sur Ambroise et Alexis Charansonnet (Université Lyon 2 – CIHAM) sur le Moyen-âge latin. La présence dans cette journée d’étude de littéraires et d’historiens a permis l’expression de points de vue variés sur la question posée : le colloque qui sortira de cette première journée de réflexion aura pour défi de poser une question bien précise tout en reflétant ces échanges foisonnants, permis notamment par l’approche diachronique des chercheurs à la fois antiquisants et médiévistes.

Deux colloques et une journée d’étude avec Jean Chrysostome

Jean Chrysostome sera à l’honneur lors de deux colloques en Allemagne et d’une journée d’étude en France dans les prochaines semaines.

Le premier colloque a lieu à Bad Homburg (près de Francfort), du 21 au 23 juin 2018, et s’intitule “The Transmission of Early Christian Homilies from the Late Antiquity to the Middle Ages“. Il est organisé par le Pr.  Hartmut Leppin (Université de Francfort) et par Philip Forness, tous deux responsables du projet “Polyphonie des spätantiken Christentums”. Le colloque portera sur plusieurs auteurs précis : Jean Chrysostome, Augustin d’Hippone, Shenouté d’Atripe et Jacques de Saroug. Pour Jean Chrysostome, les communications sont assurées par Wendy Mayer, Sever J. Voicu, Emiglio Bonfiglio, Aneta Dimitrova, Alexandre Tsakos et Philip Forness.

Le programme est disponible ici.

Le second colloque a lieu à Regensburg (Ratisbonne) du 3 au 6 juillet 2018 et s’intitule “Towards the Prehistory of the Byzantine Liturgical Year, Festal Homilies and Festal Liturgies in Late Antique Constantinople“. Il est organisé par le Pr. Harald Buchinger. Les communications autour de Jean Chrysostome et Sévérien de Gabala sont assurées par Wendy Mayer, Harald Buchinger, Holger Villadsen, Annette von Stockhausen, Sever J. Voicu, Sergey Kim, Radu Garbacea, Katharina Reihl ; d’autres communications autour du cycle pascal à Constantinople seront présentées, notamment par Matthieu Cassin et Richard Bishop.

Le programme est disponible ici.

Enfin, une journée d’étude consacrée au thème “Prédication et sacrement” (antiquité tardive et Moyen Âge) aura lieu ce samedi 16 juin 2018 à l’ENS de Lyon. Elle est organisée par Marie Pauliat et Pierre Molinié. La communication de ce dernier portera sur “La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne” ; les répondants seront Agnès Lorrain (pour Origène) et Arnaud Perrot (pour Basile de Césarée). La discussion est un point de départ pour de futures recherches et rencontres autour des deux notions de l’intitulé.

Le programme est disponible ici.

Chrysostome et Sources Chrétiennes à Athènes (23-25 février 2018)

Jean Chrysostome et son œuvre ont fait l’objet de plusieurs communications lors du colloque “Les Sources Chrétiennes: apports grecs et latins à la culture européenne”, organisé à la Bibliothèque Nationale d’Athènes du 23 au 25 février 2018. Lors d’un session qui était consacrée à l’Antiochien le 23 février, deux spécialistes ont pris la parole.

Konstantinos Bozinis (Faculté de philosophie de l’Univ. de Thessalonique), sur “La théologie politique de saint Jean Chrysostome: une comparaison avec la Cité de Dieu de saint Augustin”, a développé un parallèle inattendu, mais probant entre les deux auteurs, bien loin de l’idéalisme constantinien d’Eusèbe de Césarée.

Catherine Broc-Schmezer (Faculté des lettres de l’Université Lyon 3), quant à elle, a souligné le paradoxe suivant: en raison du nombre démesuré de manuscrits des œuvres majeures de Jean Chrysostome (Homélies sur Matthieu, Jean, la Genèse, etc.), ce sont d’autres écrits qui sont édités ces dernières décennies; dès lors, les éditions modernes disponibles esquissent une image très parcellaire de Jean – comme une Vénus de Milo… dont on n’aurait que les bras!

Au colloque participaient également d’autres chrysostomiens: entourent ici les deux orateurs (de gauche à droite) Marie-Ève Geiger, Pierre Molinié, Guillaume Bady et Jan-Paul Lesimple (qu’il soit ici remercié pour cette photo).

Colloque international sur Jean Chrysostome à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017

Un colloque international sur Jean Chrysostome aura lieu à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017. Il est organisé par la Faculté de théologie orthodoxe de l’Université de Belgrade et le diocèse de Zvornik-Tuzla de l’Eglise orthodoxe serbe, pour commémorer le 1610e anniversaire de sa mort.

Toutes informations sur http://chrysostom.pbf.rs/