L’art de la fugue, ou les paradoxes de la vocation chez Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome

 
Dans le cadre du Séminaire du Groupe de Recherche «Vocazioni in Occidente tra storia e storiografia» à l’Universitaé de Turin, le mardi 24 mai 2022 à 10h, Guillaume Bady (CNRS) donnera une communication intitulée

L’art de la fugue, ou les paradoxes de la vocation chez Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome (IVe siècle)

Elle sera introduite par Gianluca Cuniberti (Università di Torino) et aura pour modérateur Andrea Pellizzari (Università di Torino), qui est aussi l’organisateur de la séance.

Elle aura lieu dans l’Aula seminari, au 3e étage du Palazzo Nuovo du Dipartimento di Studi Storici de Turin.

Lien à distance :

https://unito.webex.com/meet/andrea.pellizzari

Jean Chrysostome, lecteur de l’Écriture: soirée-débat le 18 mai 2022

 
Soirée-débat / présentiel et distanciel (Zoom)

organisée à et par le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Affiche_Jean Chrysostome_Lecteur de lEcriture

Prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, Jean Chrysostome (v. 349-407) est l’un des plus grands exégètes de l’Antiquité. Ses commentaires de la Bible, en particulier des épîtres de Paul et des évangiles, ont été largement copiés et traduits au fil des siècles. Œuvres d’un pasteur, ils constituent aujourd’hui encore un trésor pour les historiens, comme pour les simples lecteurs désireux de voir comment la Bible peut être actualisée dans la vie de tous les jours.

Avec :

Guillaume BADY

Institut des Sources chrétiennes

Catherine BROC-SCHMEZER

Université Jean Moulin Lyon 3

Jacky MARSAUX

Faculté de Théologie de Lille – ICP

Pierre MOLINIÉ

Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Pour recevoir le lien Zoom : pierre.molinie@centresevres.com

Libre participation aux frais

35 bis rue de Sèvres 75006 Paris 01 44 39 56 14

www.centresevres.com

Hommage à Bernard Grillet

Bernard Grillet (photo de la famille)

Ce mardi 1er mars 2022, à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Jean-Noël Guinot[1] a prononcé l’éloge de Bernard Grillet, le lendemain du jour qui aurait été l’anniversaire de celui à qui les lecteurs de Jean Chrysostome doivent tant. L’occasion se présente donc d’elle-même pour lui rendre ici hommage.

Né le 28 février 1920 à L’Arbresle et mort centenaire le 11 avril 2020 à Paris, l’enseignant avait formé plusieurs générations d’hellénistes, d’abord au lycée Ampère de Lyon, puis, de 1964 à 1985, à l’Université de Lyon, comme assistant de grec, puis comme maître de conférences à la Faculté des Lettres. Il avait été admis à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon le 21 mai 1990, jour où, reçu au fauteuil de Jean Pouilloux, il prononça un discours sur la présence dans la culture actuelle de la Tragédie grecque.

Pour les études chrysostomiennes, son rôle a évidemment été très important par les œuvres qu’il a introduites, traduites et annotées : tout d’abord La Virginité, traité auquel il consacra sa thèse, soutenue à Lyon en 1966, et qui parut, dès la même année, comme n° 125 des Sources Chrétiennes, avec le texte grec établi par H. Musurillo ; puis, sur l’édition préparée par G.H. Ettlinger, les deux écrits À une jeune veuve et Sur le mariage unique (SC 138), publiés en 1968. Bien plus tard – après avoir publié notamment ce qui est en quelque sorte un ample prolongement de ces éditions, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque (Lyon, CNRS, 1975) –, il revint à l’Antiochien en 1990 pour le discours et l’homélie Sur Babylas (SC 362), sur des textes établis par M.A. Schatkin et J.-N. Guinot respectivement. Enfin, il faut signaler l’Histoire ecclésiastique de Sozomène, qu’avec Guy Sabbah et Laurent Angliviel de la Beaumelle, à partir d’une première traduction d’André-Jean Festugière il donna aux Sources Chrétiennes de 1983 à 2008, en particulier le livre VIII (SC 516) où se joue la « tragédie » chrysostomienne.

Dans les dossiers conservés aux Sources Chrétiennes, nous avons de lui une correspondance abondante, au sujet des volumes en préparation ou de diverses circonstances, comme dans cette lettre adressée à Claude Mondésert le 12 juillet 1968, évoquant des « vacances bienvenues après des semaines où la tension nerveuse, le spectacle du désordre et de la violence, les discussions ont mis le moral à rude épreuve », avec cette exclamation : « Quelle paix régnait à Sources Chrétiennes au sortir cette confusion ! »

Bien des lettres sont liées aux événements de sa famille. Sachant combien fut unique pour lui son mariage avec celle avec qui il partagea sa vie, Simone, de 1954 à la mort de celle-ci en 1999, le lecteur ne peut pas lire sans penser au patrologue lui-même et à sa famille ce qu’il écrivait en 1968 pour introduire au Discours à une jeune veuve (SC 138, p. 94) :

La mort de l’être aimé est, pour celle qui reste, ressentie d’abord dans sa chair, comme la rupture brutale et cruelle d’un lien où les considérations métaphysiques ont peu de place : c’est un sourire qu’elle ne verra plus, une voix qu’elle n’entendra plus, des lèvres qu’elle ne baisera plus. Finies les conversations familières, évanoui ce sentiment de sécurité et de force qu’apportait une présence.

De même, parle-t-il déjà de lui-même quand il écrit (SC 138, p. 86) : « la personnalité de Jean Chrysostome est trop forte pour être étouffée » ? Ou encore quand, plus loin, il loue sa sensibilité (p. 93) :

Élan d’affection de l’ami, charité du chrétien qui le pousse à chercher sa joie dans celle de son frère souffrant ; joie partagée qui préfigure celle des âmes réunies dans le Christ. Telle est la vraie consolation susceptible d’être entendue : la voix du Christ emprunte à la tendresse d’un ami les termes qui vont au cœur.

Aux Sources Chrétiennes, où il a aussi été membre du Conseil scientifique, nous l’avons vu régulièrement passer de longues heures de labeur, notamment avec son ami G. Sabbah, d’abord sur Sozomène, puis sur l’Histoire ecclésiastique d’Évagre le Scholastique (SC 542, 2011 ; SC 566, 2014). Pour ma part, je n’osais déranger des ouvriers si productifs et me contentais d’échanger parfois un regard avec lui, tout en appréciant à chaque fois son œil malicieux sous ses belles mèches de cheveux. Il ne travaillait plus sur Chrysostome, mais dans ce visage, je reconnaissais, non sans un effarement contenu, l’un de ceux qui, tels des démiurges inaugurant le monde et son décor, avaient comme jeté les bases intemporelles de l’univers chrysostomien pour les générations futures.

Éloge de Bernard Grillet par Jean-Noël Guinot (à gauche) à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, le 1er mars 2022 (photo G. Bady)

[1] On lira de Jean-Noël Guinot les pages qu’il a écrites sur B. Grillet dans le Bulletin des Amis de Sources Chrétiennes 111, 2020, p. 60-62, et dont ce billet s’inspire beaucoup. Qu’il soit ici vivement remercié, ainsi que la famille de B. Grillet.

 

2e édition des Bouchées d’or, 22-27 août 2021

Dans l’élan des «Bouchées d’or» de juillet 2020 (en Isère), cet été un groupe de «chrysostomiens» a transporté la formule auprès des sœurs orthodoxes roumaines du Monastère de la Protection-de-la-Mère-de-Dieu, aux Sciernes d’Albeuve, dans les alpages du district de Gruyère, en Suisse, du 22 au 27 août 2021. Venus de Thessalonique, de Niort, de Rochefort (en Belgique), de Briançon ou de Lyon, trois doctorants et trois «docteurs» de longue date, rejoints à certains moments par Nicoleta Acatrinei, s’y sont retrouvés à l’invitation de Mère Antonia, à qui l’on doit l’édition des Homélies sur l’impuissance du diable (Sources Chrétiennes 560) et qui collabore actuellement aux Homélies sur l’obscurité des prophéties. Pendant près de 6 jours, ils ont bénéficié d’un cadre somptueux, propice en saines promenades et en sympathiques rencontres, de la beauté d’une «table» liturgique trilingue (en français, avec du roumain et du grec) et de l’accueil extraordinaire des sœurs, qui sur la table du service ont donné un sens très savoureux aux «bouchées d’or».

Le programme de travail que j’ai proposé cette année visait à chercher les interprétations chrysostomiennes de l’Épître aux Philippiens en dehors de la série des homélies consacrée à cette épître. À partir de Biblindex et du TLG, des centaines de passages ont pu être recensés; seuls ceux du 1er chapitre de l’épître, verset par verset, ont été examinés par chacun de nous à tour de rôle. Dévoilant tantôt une convergence d’interprétation, tantôt une grande diversité d’utilisations de la part du prédicateur-exégète, nous avons rassemblé les premiers éléments de ce qui, à terme, pourrait donner lieu à une vue d’ensemble sur les Philippiens chez Chrysostome, ou à la mise en valeur de parallèles ou d’exégèses alternatives dans l’annotation de l’édition de la série projetée pour les Sources Chrétiennes. Dans les mois à venir en tout cas, ces recherches pourraient trouver un prolongement dans le cadre du séminaire lyonnais.

Une partie du temps a également été consacrée à des échanges sur des travaux personnels: Constantinos Bozinis, sur les échos platoniciens de la justice chez Chrysostome, Nathalie Rambault sur certaines femmes martyres célébrées à Antioche, Manon des Portes sur les ethica dans les Homélies sur Jean, Alexandre Étaix sur la notion de volonté libre chez l’Antiochien, et moi sur les attestations anciennes du surnom «Chrysostome» et sur le portrait d’écrivain qui ressort de la Vie mise sous le nom de Georges d’Alexandrie.

Une fois de plus, cette semaine a été organisée avec le soutien de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, bénéficiaire d’un legs de Gilberte Astruc-Morize destiné à l’édition des homélies chysostomiennes sur les Épîtres pauliniennes.

De droite à gauche : Constantinos Bozinis, Nicoleta Acatrinei, Alexandre Étaix, Manon des Portes, Guilhem Girard, Nathalie Rambault, Mère Antonia, Guillaume Bady

Une momie à la langue d’or

Dernière nouvelle scientifique pour les chrysostomiens, dans un article paru ce mercredi 3 février dans Paris Match!

Non, bien sûr, il ne s’agit pas d’une relique de l’évêque de Constantinople, qui repose bien là où il doit. Mais la photo publiée laisse rêveur. Sur le site de Taposiris Magna, en Égypte, a été découverte une momie datée du 1er siècle avant J.C., avec au creux de la mâchoire une langue d’or. Ce “chrysoglotte” était-il, en précurseur de Jean Chrysostome, un brillant orateur? Ce serait plutôt le contraire, si l’on en croit les hypothèses avancées sur la raison de cette “prothèse”, parlant de “problème d’élocution” ou de “mutisme”. Quant à la faculté de parler “dans l’au-delà”, la comparaison ouvre la voie à l’interrogation…

Merci à Nicolas Reveyron qui m’a signalé cette “autre forme de chrysostomie”.

 

Mise en ligne des Codices Chrysostomici Graeci I-VI et du Repertorium pseudochrysostomicum

Le début de la collection « Documents, études et répertoires » (CNRS éditions), jusqu’au n° 25, est désormais librement accessible sur le portail Persée.

Parmi les numéros mis en ligne, les chrysostomiens y trouveront notamment le Repertorium pseudochrysostomicum de J.A. De Aldama (n°10) et les Codices Chrysostomici Graeci, volumes I à VI (n° 13, 14, 15-1, 15-2, 15-3, 15-4).

La mise en ligne se fait progressivement, avec une barrière mobile de 3 ans, à l’adresse suivante: https://www.persee.fr/collection/dirht

Information aimablement transmise par Pierre Augustin, de l’IRHT, d’après une annonce faite par Karima Pedemas, du “Pôle numérique, Service Publications” de l’IRHT.

Le Quod Christ sit Deus attribué à Jean Chrysostome : la thèse d’Anthony Glaise, soutenue le 21 novembre 2020

Avec succès, Anthony Glaise a soutenu samedi 21 novembre 2020, pour obtenir le grade de Docteur de l’université de Tours dans la discipline des Lettres classiques, sa thèse intitulée : Le Quod Christus sit Deus attribué à Jean Chrysostome (CPG 4326) : édition, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs de thèse, Bernard Pouderon (Univ. de Tours) et Brigitte Mondrain (EPHE), ainsi que de Catherine Broc-Schmezer (Univ. Lyon 3), Diane Cuny (Univ. de Tours), Sébastien Morlet (Univ. Paris-Sorbonne), Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians Universität, Munich) et moi.

La thèse se présente en 2 volumes. Le premier comporte, sur 466 pages, une étude en 4 parties : 1° Le Sitz im Leben (authenticité, style, datation, vie religieuse à Antioche, dimensions polémiques, importance des citations bibliques), 2° La tradition manuscrite, 3° La postérité (éditions et tradition indirecte), 4° La traduction en français avec annotation ; en fin de volume figurent bibliographie, annexes et index biblique. Le volume II, de 86 pages, offre l’édition critique du texte.

A. Glaise, recensant une masse impressionnante de parallèles chrysostomiens, plaide pour l’authenticité. S’appuyant notamment sur un passage de Socrate situant vers le début de la période antiochienne un « Logos contre les juifs » – au lieu des logoi au pluriel attendus pour la « série » Adversus Iudaeos –, il émet l’hypothèse d’une datation vers 380. Tout en défendant l’idée que malgré son inachèvement l’écrit n’a pas de partie manquante qui serait adressée aux juifs et que le titre originel est celui qui vise les seuls Grecs, il reconnaît en fait pour destinataires réels moins ces derniers que les juifs et certains groupes de chrétiens. Analysant le très riche matériau biblique, il replace le texte dans la lignée des testimonia et de la tradition littéraire apologétique, en reprécisant l’influence de la Démonstration évangélique d’Eusèbe.

Dans les deux parties suivantes, dont les acquis seront particulièrement profitables désormais pour les spécialistes, il reconstitue l’histoire du texte à travers l’analyse fouillée de 16 manuscrits à partir du 9e siècle, et celle des principales éditions latines, puis grecques. Il s’intéresse de surcroît à la postérité littéraire à travers plusieurs œuvres : les Adversus Iudaeorum observationes au 12e s. (avec un passage transcrit en annexe), la Chaîne sur l’Évangile de Luc de Nicétas d’Héraclée (mort après 1117), les écrits de Thomas d’Aquin (dépendant de Nicétas) au 13e s. et les Capita decem pro divinitate Christi de Charitonyme Hermonyme au 15e.

Le texte critique, fondé sur la collation de très nombreux manuscrits – tous, sauf deux, tardifs, qui pourront être consultés ultérieurement –, prend prioritairement appui sur le plus ancien, qui, avec le soutien de 2 ou 3 autres, prodigue un texte exempt des retouches que l’on constate dans une autre partie de la tradition. Ainsi se trouvent dépassées, et de loin, les éditions précédentes, y compris celle de N.G. McKendrick (1966).

Les membres du jury ont discuté, parfois âprement, tous les aspects de ce travail, qui, entre autres mérites, ne manquera pas de susciter un regain d’intérêt pour cette œuvre très singulière.

« Semaine des Bouchées d’Or », 13-18 juillet 2020

Sur une idée de Manon des Portes, et à son invitation, quelques chrysostomiens se sont retrouvés en Isère du 13 au 18 juillet 2020 pour une semaine qui était la première en son genre. Ensemble, ils ont mis les « bouchées doubles » pour effectuer, sous la conduite de Guillaume Bady, des sondages préparatoires à l’édition critique des Homélies sur les Philippiens de Jean Chrysostome. A raison de quatre à cinq heures par jour de collation effectuée en commun, les chercheurs réunis ont pu confirmer la mise en évidence de familles de manuscrits sur plusieurs passages différents : le début de l’argumentum, une partie de l’homélie 4 correspondant au début de l’ecloga 39, la 1re moitié de l’homélie 6, le début de l’homélie 12 (pour situer l’un des manuscrits).

L’expérience commence à faire ses preuves : un lecteur proclame lentement le texte tel qu’édité par Field et tous relèvent pour les lui communiquer les leçons variantes dans le ou les témoins dont ils ont la reproduction. L’on a collationné de cette façon jusqu’à une vingtaine de manuscrits simultanément (ainsi que la version arménienne), le caractère collectif de l’opération prévenant beaucoup d’oublis et permettant de résoudre maints problèmes de paléographie.

Cette semaine a été permise par l’investissement de chacun en temps et en déplacement (sans parler des talents culinaires) et par l’accueil gracieux de la grand-mère de Manon des Portes en sa maison de famille. Elle a bénéficié aussi du soutien de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, grâce au legs de Gilberte Astruc-Morize.

Cette semaine aura aussi été l’occasion de renforcer les liens entre les membres de la communauté chrysostomienne présents, à savoir Guillaume Bady, Alexandre Etaix, Elisabeth Gauché, Sergey Kim, Jean-Paul Lesimple, Pierre Molinié, Carlo Perelli (accompagné de son épouse, Lucia) et Manon des Portes. L’expérience sera probablement renouvelée à une période qui, nous l’espérons, conviendra à tous ceux qui ont regretté de ne pouvoir venir à cette première session.

 

Des chrysostomiens déjeunant entre deux séances de collation.

« La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne », réflexions proposées par Pierre Molinié, enseignant au Centre Sèvres, lors de la journée d’étude « Prédication et sacrement ».

Le 16 juin 2018 se tenait dans les murs de l’ENS de Lyon la journée d’étude du Laboratoire CIHAM (UMR 5648) organisée par Marie Pauliat (ATER ENS de Lyon, Laboratoire CIHAM) et Pierre Molinié (Professeur assistant, Centre “Sèvres”, Paris), sur le thème de « prédication et sacrement ». Une introduction de Paul Mattei situait dans l’histoire de la pensée chrétienne la notion de « sacrement », montrant que déjà dans des emplois de Tertullien et Marcion, le terme sacramentum, traduction latine de μυστήριον, véhiculait l’idée actuelle de ce qu’est un sacrement : un « signe porteur de grâce ». Il légitimait par là les recherches portant sur le lexique et associant l’idée de « sacramentum » ou de « mystêrion » et la prédication, c’est-à-dire le sermon délivré par le prêtre, ou plus souvent l’évêque dans l’Antiquité, après que l’on a écouté la lecture d’un passage des Ecritures, au cours d’une célébration chrétienne, qu’elle soit eucharistique ou non.

Suivait la présentation de Pierre Molinié sur « La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne ». Ces réflexions prolongeaient sa thèse de doctorat soutenue l’an dernier à Paris IV, qui portait sur le commentaire chrysostomien de la deuxième épître aux Corinthiens. Il y démontrait l’unité entre partie exégétique et partie parénétique des homélies sur II Corinthiens, et va plus loin en interrogeant la dimension d’actualisation des Ecritures en s’appuyant sur Gadamer et Francis Young : l’un invoque la loi, l’autre la partition musicale, qui doivent être appliqués ou faire l’objet d’une performance pour être pleinement réalisés. Mais il préfère à la notion d’application des Ecritures celle d’ « anaphore ». C’est en effet proprement une geste d’élévation qu’il voit dans le mouvement des prédications de Chrysostome : entre autres, on y relève des personnes et on y élève une louange, une eucharistie, vers Dieu. Et le fait est que dans le corpus sondé (les homélies sur II Corinthiens), les mots de la famille d’anapheresthai sont très présents tandis que le terme mystêrion n’apparaît pas. C’est avec le Traité du Sacerdoce  que Pierre Molinié faisait terminer son propos, car plusieurs aspects de la prédication y sont évoqués. Le devoir de prêcher, par exemple, incombe au chef de famille dans sa maison et n’est pas réservé aux évêques ; l’homélie prononcée au cours d’une célébration est mise sur le même plan que la proclamation des Ecritures, comme sacrifice de louange offert à Dieu. Puis l’identification entre la prédication et le sacrement se fait plus nette lorsque l’on constate avec Pierre Molinié que la prédication reçoit le même qualificatif, mystêrion, que le kérygme et les sacrements, et que la « Parole » a des vertus propres, qu’elle a une force, de même que la réception de l’Ecriture est source de transformation pour les croyants. Ce qui éloignerait la prédication de la notion de sacramentalité est la part de talent du prédicateur, et la part d’attention de l’auditeur, qui sont des conditions pour qu’une prédication soit efficace. De nombreuses pistes ont donc été ouvertes, qui ne demandent qu’à être approfondies.

Deux interventions prolongeaient celle de Pierre Molinié concernant le monde grec : Agnès Lorrain (Projet ERC ParaTexBib, LMU – München) sur Origène et Arnaud Perrot (Sorbonne-Universités) sur Basile de Césarée. L’après-midi était consacré au monde latin, avec trois interventions : Marie Pauliat sur Augustin (Minister uerbi et sacramentorum (Augustin d’Hippone, s. 351,5) : Quelles valeurs du « et »), Paul Mattei (Université Lyon 2 – HiSoMA) sur Ambroise et Alexis Charansonnet (Université Lyon 2 – CIHAM) sur le Moyen-âge latin. La présence dans cette journée d’étude de littéraires et d’historiens a permis l’expression de points de vue variés sur la question posée : le colloque qui sortira de cette première journée de réflexion aura pour défi de poser une question bien précise tout en reflétant ces échanges foisonnants, permis notamment par l’approche diachronique des chercheurs à la fois antiquisants et médiévistes.

Un manuscrit chrysostomien du 9e siècle… à vendre

Le ms. Basel, UB, B. II. 25, l’un des plus anciens témoins des Homélies Sur Matthieu de Chrysostome, qui était en dépôt apparemment depuis presque quarante ans à l’Universitätsbibliothek de Bâle et qui fut autrefois décrit dans un article spécial par le R.P. Michel Aubineau et Ernst Gamillscheg[1], sera mis en vente chez Sotheby’s le 3 juillet prochain: estimation entre 200 et 300.000 livres sterling (= entre env. 227.000 et 340.500 euros) !…

Voici le lien vers la notice n° 8 du catalogue “Medieval and Renaissance Manuscripts and Continental and Russian Books, London, 3 July 2018, 10:30 AM BST”, qui donne une notice développée :
http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2018/medieval-and-renaissance-manuscripts-and-russian-books-l18403/lot.8.html

Sur la contre-garde antérieure (voir la photo sur le site de Sotheby’s), on aperçoit un “Ex libris Freiherr von Selchow” : selon la notice de vente, le manuscrit a appartenu jadis à Bogislav Freiherr von Selchow (Köslin, Poméranie [Koszalin, Pologne], 4 juillet 1877 – Berlin, 6 février 1943), parolier, officier de marine et commandant du Freikorps «Studentenkorps Marburg» (StuKoMa) ; selon Patrick Andrist («Structure and History of the Biblical Manuscripts Used by Erasmus for His 1516 Edition», in : Basel 1516. Erasmus’ Edition of the New Testament, 2016, p. 85 et n. 14), il s’agirait plutôt du juriste allemand Johann Heinrich Christian von Selchow (Wernigerode, 26 juillet 1732 – Marburg, 21 avril 1795), professeur de droit à Göttingen et à Marburg.

Puis il est passé à Martin Wahn (1893-1970), dans le Bade-Würtemberg, et à son petit-fils, l’écrivain Wilfrid Jaensch (Gleiwitz/Gliwice [Pologne], 6 nov. 1941 – Berlin, 17 juin 2015). Ce dernier, résidant depuis 1945 dans le canton de Bâle, et qui vivait à Berlin Ouest depuis 1985, avait laissé, en 1980, le manuscrit en dépôt à l’Universitätsbibliothek de Bâle.
Sur une étiquette collée à la contre-garde antérieure (dont le début est visible sur la photo de Sotheby’s), on lit la note suivante, de Christine Jaensch, née Waber, datée du 7 janvier 1974:

“Dieses Erbstück aus dem Nachlass seines Grossvaters | Pfarrer und Superintendent Martin Wahn, | geb. 1.11.1893 in Neusalz, Schlesien | gest. 29.12.1970 in Singen Htw. [= Hohentwiel] | gehört seinem Enkel Wilfrid Jaensch, geb. 6.11.41 in Gleiwitz Ob. Schl. [= Oberschlesien] | wohnhaft in Bubendorf, Basel-Land, Schweiz, Erlenstrasse 3. | Singen Htw. d.7.1.74”.

[«Cet héritage sur la succession de son grand-père | le pasteur et surintendant Martin Wahn, | né le 1er novembre 1893 à Neusalz, en Silésie | décédé le 29 décembre 1970 à Singen Hohentwiel [dans le Bade-Wurtemberg] | appartient à son petit-fils Wilfrid Jaensch, né le 6 novembre 1941 à Gliwice, en Haute-Silésie, | en résidence à Bubendorf, Canton de Bâle, Suisse, Erlenstrasse 3. | Singen Hohentwiel, le 7 janvier 1974»]

C’est vraisemblablement le décès de ce dernier qui a occasionné la mise en vente du manuscrit…

La notice de vente a également été postée récemment par Roger Pearse sur son blog :
https://www.roger-pearse.com/weblog/tag/chrysostom/ [Posted on June 9, 2018 by Roger Pearse]

Pierre Augustin

[1] E. Gamillscheg et M. Aubineau, «Eine Unbekannte Chrysostomos-Handschrift (Basel Universitätsbibliothek, B II 25)», Codices Manuscripti. Zeitschrift für Handschriftenkunde 7 (1981), p. 101-108. Le manuscrit avait été omis dans les Codices Chrysostomici Graeci III, mais l’omission a été réparée dans Codices Chrysostomici Graeci. VIII, I. Codices Ancyrae et Constantinopolis descr. Francesca P. Barone ; II. Addenda et Corrigenda ad volumina I-IV curauit Sever J. Voicu (Documents, Études et Répertoires 88), Paris, CNRS Éditions, 2018, n° III 71a, p. 221-222.

La soutenance de thèse de Marie-Ève Geiger

Le samedi 3 février s’est déroulée une très belle soutenance de thèse à Lyon 2 : celle de Marie-Ève Geiger, sur Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) : projet d’édition critique, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs, Olivier Munnich (Paris-Sorbonne) et Jean Schneider (Lyon 2), ainsi que de quatre autres membres : Catherine Broc-Schmezer (Lyon 3), Volker Drecoll (Tübingen), Brigitte Mondrain (EPHE), et Peter Van Deun (KU Leuven). On notera la place centrale occupée dans ce jury par Catherine Schmezer, qui en était la présidente : à travers elle, étaient représentés à la fois la communauté chrysostomienne et l’Institut des Sources chrétiennes.

Continuer la lecture

La remise des mélanges à Sever Voicu

Un événement joyeux a réuni une partie de la communauté chrysostomienne (et pseudo-chrysostomienne !) le vendredi 8 décembre 2017 : la remise du volume de mélanges à notre collègue et maître Sever Voicu, ancien scriptor graecus à la Bibliothèque vaticane.

Cette cérémonie s’est tenue au collège Sainte-Barbe (Paris 5e), en marge d’un colloque sur l’hagiographie byzantine. La matinée avait commencé par une présentation du projet BHGms par André Bingelli (IRHT) et Xavier Lequeux (Société des Bollandistes). Puis, devant une trentaine d’amis et de collègues, Francesca Barone a pu remettre solennellement à Sever Voicu le volume d’hommage intitulé Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Co-édité par Caroline Macé et Pablo Ubierna (tous les deux excusés), ce volume impressionnant (une cinquantaine de contributions, pour un total de 1167 pages !) pesait son poids, et Sever Voicu s’est empressé de le déposer sur le bureau placé devant lui, avant de prononcer quelques mots. Visiblement ému par l’hommage de son ancienne étudiante, le maître a abrégé son discours, refusant de s’étendre sur sa carrière ou ses écrits, mais prenant le temps d’encourager les chercheurs à s’engager dans des travaux de recherche véritable sur les documents, plutôt que de se contenter d’études “sociologiques” superficielles.

Finalement, à travers l’évocation de l’aide apportée à la jeune chercheuse qu’était alors Francesca Barone, une figure s’est dégagée : davantage que celle d’un érudit, c’est la figure d’un maître attentif, plein de bienveillance et de disponibilité, qui bouscule mais qui encourage. Une figure connue de tous ceux qui ont eu l’occasion de bénéficier, un jour ou l’autre, de ses conseils, et qui lui en demeurent reconnaissants.

 

Projet “Pseudo-Chrysostomica”

Sever J. Voicu supervise actuellement la création d’une base de données pour recenser les textes faussement attribués à Jean Chrysostome. Financé par le “Louvain Centre for Eastern and Oriental Christianity” (LOCEOC), le projet a débuté en mai 2017. Il inclut les œuvres en langues orientales et slaves et prendra en compte la tradition indirecte (chaînes, florilèges, anthologies et centons). La base de données, qui comprendra près de mille textes, sera hébergée sur le prestigieux site http://www.trismegistos.org/. Continuer la lecture

Une soutenance de thèse en histoire sociale à Oxford : James Cook sur la prédication chrysostomienne

Nous avions écouté James Cook au congrès de patristique d’Oxford de 2015. Il était alors intervenu pour parler de l’aspect médical ou thérapeutique de la prédication chrysostomienne (“Therapeutic preaching. The use of medical imagery in the sermons of John Chrysostom“).

Ce jeune chercheur anglais a soutenu au mois d’avril 2016 sa thèse de doctorat en histoire ancienne (spécialité : études tardo-antiques et byzantines), devant un jury composé des professeurs Mark Edwards et Frances Young. L’intitulé de la thèse est le suivant : Listening to the Golden Mouth: The role of preaching within the local Christian community, as seen in the sermons of John Chrysostom. Continuer la lecture