« La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne », réflexions proposées par Pierre Molinié, enseignant au Centre Sèvres, lors de la journée d’étude « Prédication et sacrement ».

Le 16 juin 2018 se tenait dans les murs de l’ENS de Lyon la journée d’étude du Laboratoire CIHAM (UMR 5648) organisée par Marie Pauliat (ATER ENS de Lyon, Laboratoire CIHAM) et Pierre Molinié (Professeur assistant, Centre “Sèvres”, Paris), sur le thème de « prédication et sacrement ». Une introduction de Paul Mattei situait dans l’histoire de la pensée chrétienne la notion de « sacrement », montrant que déjà dans des emplois de Tertullien et Marcion, le terme sacramentum, traduction latine de μυστήριον, véhiculait l’idée actuelle de ce qu’est un sacrement : un « signe porteur de grâce ». Il légitimait par là les recherches portant sur le lexique et associant l’idée de « sacramentum » ou de « mystêrion » et la prédication, c’est-à-dire le sermon délivré par le prêtre, ou plus souvent l’évêque dans l’Antiquité, après que l’on a écouté la lecture d’un passage des Ecritures, au cours d’une célébration chrétienne, qu’elle soit eucharistique ou non.

Suivait la présentation de Pierre Molinié sur « La dynamique eucharistique de la prédication chrysostomienne ». Ces réflexions prolongeaient sa thèse de doctorat soutenue l’an dernier à Paris IV, qui portait sur le commentaire chrysostomien de la deuxième épître aux Corinthiens. Il y démontrait l’unité entre partie exégétique et partie parénétique des homélies sur II Corinthiens, et va plus loin en interrogeant la dimension d’actualisation des Ecritures en s’appuyant sur Gadamer et Francis Young : l’un invoque la loi, l’autre la partition musicale, qui doivent être appliqués ou faire l’objet d’une performance pour être pleinement réalisés. Mais il préfère à la notion d’application des Ecritures celle d’ « anaphore ». C’est en effet proprement une geste d’élévation qu’il voit dans le mouvement des prédications de Chrysostome : entre autres, on y relève des personnes et on y élève une louange, une eucharistie, vers Dieu. Et le fait est que dans le corpus sondé (les homélies sur II Corinthiens), les mots de la famille d’anapheresthai sont très présents tandis que le terme mystêrion n’apparaît pas. C’est avec le Traité du Sacerdoce  que Pierre Molinié faisait terminer son propos, car plusieurs aspects de la prédication y sont évoqués. Le devoir de prêcher, par exemple, incombe au chef de famille dans sa maison et n’est pas réservé aux évêques ; l’homélie prononcée au cours d’une célébration est mise sur le même plan que la proclamation des Ecritures, comme sacrifice de louange offert à Dieu. Puis l’identification entre la prédication et le sacrement se fait plus nette lorsque l’on constate avec Pierre Molinié que la prédication reçoit le même qualificatif, mystêrion, que le kérygme et les sacrements, et que la « Parole » a des vertus propres, qu’elle a une force, de même que la réception de l’Ecriture est source de transformation pour les croyants. Ce qui éloignerait la prédication de la notion de sacramentalité est la part de talent du prédicateur, et la part d’attention de l’auditeur, qui sont des conditions pour qu’une prédication soit efficace. De nombreuses pistes ont donc été ouvertes, qui ne demandent qu’à être approfondies.

Deux interventions prolongeaient celle de Pierre Molinié concernant le monde grec : Agnès Lorrain (Projet ERC ParaTexBib, LMU – München) sur Origène et Arnaud Perrot (Sorbonne-Universités) sur Basile de Césarée. L’après-midi était consacré au monde latin, avec trois interventions : Marie Pauliat sur Augustin (Minister uerbi et sacramentorum (Augustin d’Hippone, s. 351,5) : Quelles valeurs du « et »), Paul Mattei (Université Lyon 2 – HiSoMA) sur Ambroise et Alexis Charansonnet (Université Lyon 2 – CIHAM) sur le Moyen-âge latin. La présence dans cette journée d’étude de littéraires et d’historiens a permis l’expression de points de vue variés sur la question posée : le colloque qui sortira de cette première journée de réflexion aura pour défi de poser une question bien précise tout en reflétant ces échanges foisonnants, permis notamment par l’approche diachronique des chercheurs à la fois antiquisants et médiévistes.

Un manuscrit chrysostomien du 9e siècle… à vendre

Le ms. Basel, UB, B. II. 25, l’un des plus anciens témoins des Homélies Sur Matthieu de Chrysostome, qui était en dépôt apparemment depuis presque quarante ans à l’Universitätsbibliothek de Bâle et qui fut autrefois décrit dans un article spécial par le R.P. Michel Aubineau et Ernst Gamillscheg[1], sera mis en vente chez Sotheby’s le 3 juillet prochain: estimation entre 200 et 300.000 livres sterling (= entre env. 227.000 et 340.500 euros) !…

Voici le lien vers la notice n° 8 du catalogue “Medieval and Renaissance Manuscripts and Continental and Russian Books, London, 3 July 2018, 10:30 AM BST”, qui donne une notice développée :
http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2018/medieval-and-renaissance-manuscripts-and-russian-books-l18403/lot.8.html

Sur la contre-garde antérieure (voir la photo sur le site de Sotheby’s), on aperçoit un “Ex libris Freiherr von Selchow” : selon la notice de vente, le manuscrit a appartenu jadis à Bogislav Freiherr von Selchow (Köslin, Poméranie [Koszalin, Pologne], 4 juillet 1877 – Berlin, 6 février 1943), parolier, officier de marine et commandant du Freikorps «Studentenkorps Marburg» (StuKoMa) ; selon Patrick Andrist («Structure and History of the Biblical Manuscripts Used by Erasmus for His 1516 Edition», in : Basel 1516. Erasmus’ Edition of the New Testament, 2016, p. 85 et n. 14), il s’agirait plutôt du juriste allemand Johann Heinrich Christian von Selchow (Wernigerode, 26 juillet 1732 – Marburg, 21 avril 1795), professeur de droit à Göttingen et à Marburg.

Puis il est passé à Martin Wahn (1893-1970), dans le Bade-Würtemberg, et à son petit-fils, l’écrivain Wilfrid Jaensch (Gleiwitz/Gliwice [Pologne], 6 nov. 1941 – Berlin, 17 juin 2015). Ce dernier, résidant depuis 1945 dans le canton de Bâle, et qui vivait à Berlin Ouest depuis 1985, avait laissé, en 1980, le manuscrit en dépôt à l’Universitätsbibliothek de Bâle.
Sur une étiquette collée à la contre-garde antérieure (dont le début est visible sur la photo de Sotheby’s), on lit la note suivante, de Christine Jaensch, née Waber, datée du 7 janvier 1974:

“Dieses Erbstück aus dem Nachlass seines Grossvaters | Pfarrer und Superintendent Martin Wahn, | geb. 1.11.1893 in Neusalz, Schlesien | gest. 29.12.1970 in Singen Htw. [= Hohentwiel] | gehört seinem Enkel Wilfrid Jaensch, geb. 6.11.41 in Gleiwitz Ob. Schl. [= Oberschlesien] | wohnhaft in Bubendorf, Basel-Land, Schweiz, Erlenstrasse 3. | Singen Htw. d.7.1.74”.

[«Cet héritage sur la succession de son grand-père | le pasteur et surintendant Martin Wahn, | né le 1er novembre 1893 à Neusalz, en Silésie | décédé le 29 décembre 1970 à Singen Hohentwiel [dans le Bade-Wurtemberg] | appartient à son petit-fils Wilfrid Jaensch, né le 6 novembre 1941 à Gliwice, en Haute-Silésie, | en résidence à Bubendorf, Canton de Bâle, Suisse, Erlenstrasse 3. | Singen Hohentwiel, le 7 janvier 1974»]

C’est vraisemblablement le décès de ce dernier qui a occasionné la mise en vente du manuscrit…

La notice de vente a également été postée récemment par Roger Pearse sur son blog :
https://www.roger-pearse.com/weblog/tag/chrysostom/ [Posted on June 9, 2018 by Roger Pearse]

Pierre Augustin

[1] E. Gamillscheg et M. Aubineau, «Eine Unbekannte Chrysostomos-Handschrift (Basel Universitätsbibliothek, B II 25)», Codices Manuscripti. Zeitschrift für Handschriftenkunde 7 (1981), p. 101-108. Le manuscrit avait été omis dans les Codices Chrysostomici Graeci III, mais l’omission a été réparée dans Codices Chrysostomici Graeci. VIII, I. Codices Ancyrae et Constantinopolis descr. Francesca P. Barone ; II. Addenda et Corrigenda ad volumina I-IV curauit Sever J. Voicu (Documents, Études et Répertoires 88), Paris, CNRS Éditions, 2018, n° III 71a, p. 221-222.

La soutenance de thèse de Marie-Ève Geiger

Le samedi 3 février s’est déroulée une très belle soutenance de thèse à Lyon 2 : celle de Marie-Ève Geiger, sur Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) : projet d’édition critique, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs, Olivier Munnich (Paris-Sorbonne) et Jean Schneider (Lyon 2), ainsi que de quatre autres membres : Catherine Broc-Schmezer (Lyon 3), Volker Drecoll (Tübingen), Brigitte Mondrain (EPHE), et Peter Van Deun (KU Leuven). On notera la place centrale occupée dans ce jury par Catherine Schmezer, qui en était la présidente : à travers elle, étaient représentés à la fois la communauté chrysostomienne et l’Institut des Sources chrétiennes.

Continuer la lecture

La remise des mélanges à Sever Voicu

Un événement joyeux a réuni une partie de la communauté chrysostomienne (et pseudo-chrysostomienne !) le vendredi 8 décembre 2017 : la remise du volume de mélanges à notre collègue et maître Sever Voicu, ancien scriptor graecus à la Bibliothèque vaticane.

Cette cérémonie s’est tenue au collège Sainte-Barbe (Paris 5e), en marge d’un colloque sur l’hagiographie byzantine. La matinée avait commencé par une présentation du projet BHGms par André Bingelli (IRHT) et Xavier Lequeux (Société des Bollandistes). Puis, devant une trentaine d’amis et de collègues, Francesca Barone a pu remettre solennellement à Sever Voicu le volume d’hommage intitulé Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Co-édité par Caroline Macé et Pablo Ubierna (tous les deux excusés), ce volume impressionnant (une cinquantaine de contributions, pour un total de 1167 pages !) pesait son poids, et Sever Voicu s’est empressé de le déposer sur le bureau placé devant lui, avant de prononcer quelques mots. Visiblement ému par l’hommage de son ancienne étudiante, le maître a abrégé son discours, refusant de s’étendre sur sa carrière ou ses écrits, mais prenant le temps d’encourager les chercheurs à s’engager dans des travaux de recherche véritable sur les documents, plutôt que de se contenter d’études “sociologiques” superficielles.

Finalement, à travers l’évocation de l’aide apportée à la jeune chercheuse qu’était alors Francesca Barone, une figure s’est dégagée : davantage que celle d’un érudit, c’est la figure d’un maître attentif, plein de bienveillance et de disponibilité, qui bouscule mais qui encourage. Une figure connue de tous ceux qui ont eu l’occasion de bénéficier, un jour ou l’autre, de ses conseils, et qui lui en demeurent reconnaissants.

 

Projet “Pseudo-Chrysostomica”

Sever J. Voicu supervise actuellement la création d’une base de données pour recenser les textes faussement attribués à Jean Chrysostome. Financé par le “Louvain Centre for Eastern and Oriental Christianity” (LOCEOC), le projet a débuté en mai 2017. Il inclut les œuvres en langues orientales et slaves et prendra en compte la tradition indirecte (chaînes, florilèges, anthologies et centons). La base de données, qui comprendra près de mille textes, sera hébergée sur le prestigieux site http://www.trismegistos.org/. Continuer la lecture

Une soutenance de thèse en histoire sociale à Oxford : James Cook sur la prédication chrysostomienne

Nous avions écouté James Cook au congrès de patristique d’Oxford de 2015. Il était alors intervenu pour parler de l’aspect médical ou thérapeutique de la prédication chrysostomienne (“Therapeutic preaching. The use of medical imagery in the sermons of John Chrysostom“).

Ce jeune chercheur anglais a soutenu au mois d’avril 2016 sa thèse de doctorat en histoire ancienne (spécialité : études tardo-antiques et byzantines), devant un jury composé des professeurs Mark Edwards et Frances Young. L’intitulé de la thèse est le suivant : Listening to the Golden Mouth: The role of preaching within the local Christian community, as seen in the sermons of John Chrysostom. Continuer la lecture

Gilberte Astruc-Morize

Une grande spécialiste de Jean Chrysostome et de ses manuscrits nous a quittés: Gilberte Astruc-Morize est décédée le 28 décembre 2016 à l’hôpital de Melun, où elle était hospitalisée depuis le 6 novembre. Elle avait travaillé une bonne partie de sa vie à la section grecque de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, à Paris, où elle réservait à qui venait la consulter un accueil très chaleureux et une très grande générosité intellectuelle.
En son hommage, une cérémonie a lieu le samedi 7 janvier 2017 à 10h30 en l’église Notre-Dame-des-Champs, 91 boulevard du Montparnasse, Paris 6e.

Dans l’un de ses derniers articles[1], elle citait ces mots de Jean Chrysostome, traduits par son mari, Charles Astruc:

Il n’est rien, vraiment rien, dont l’amour ne soit vainqueur; et quand il s’agit de l’amour de Dieu, il surpasse tous les autres et ni le feu, ni le fer, ni la pauvreté, ni l’infirmité, ni la mort, ni quoi que ce soit de semblable ne paraît terrible à qui possède un tel amour: se riant de tout, il prendra son vol vers le ciel, et n’aura pas d’autres dispositions que ceux qui y habitent; car il n’attache sa vue à rien d’autre, ni au ciel, ni à la terre, ni à la mer, et n’est tendu que vers un seul objet, la beauté de cette immense gloire; ni les tristesses de la vie présente ne pourront l’abattre, ni ses bonheurs ou ses plaisirs ne pourront l’exalter et le gonfler d’orgueil. Aimons donc cet amour (car rien ne l’égale) et pour le présent et pour l’avenir; mais plutôt et avant tout, pour la nature même de cet amour; alors nous serons délivrés des châtiments de cette vie et de la vie future, et nous obtiendrons le Royaume. D’ailleurs, être délivré de l’enfer et être en possession du Royaume, voilà qui est peu de chose par comparaison avec ce que je vais dire: Aimer le Christ et en être aimé est bien au-dessus de tout cela. En effet, si chez les hommes l’amour mutuel est supérieur à toutes les voluptés, lorsque cette réciprocité se produit quand il s’agit de Dieu, quelle parole, quelle pensée pourra exprimer cette béatitude de l’âme ? Il n’y a que l’expérience qui le puisse; Afin donc que nous puissions connaître par expérience cette joie spirituelle, cette vie bienheureuse, ce trésor de biens innombrables, quittons tout pour nous attacher à cet amour, et pour notre propre bonheur, et pour la gloire de Dieu ainsi aimé[2].”

[1] «Saint Jean Chrysostome, théologien, moraliste et mystique», dans “Que tous soient un!” Mélanges offerts en hommage par la Fraternité Saint-Élie à Son Éminenece le Métropolite de Silyvria Emilianos Timiadis, édités par le Carmel de Saint-Rémy/Stânceni, Iaşi, 2005, p. 64-76, ici p. 75-76.

[2] Homélie 9 sur l’Epître aux Romains, PG 60, 474.

 

Chrysostomos

Présentation

Le carnet Chrysostomos vise à favoriser les échanges scientifiques concernant l’œuvre de Jean « Bouche d’Or », en grec « Chrysostomos » (Chrysostome), l’un des plus célèbres Pères de l’Église (v. 349-407). Le domaine concerné est au carrefour de la philologie grecque, de l’histoire et de la théologie. Porté par des membres des UMR  8167 (Orient et Méditerranée) et 5189 (HiSoMA, équipe des « Sources chrétiennes »), de l’UPR 841 (IRHT), des Facultés jésuites de Paris («Centre Sèvres») et de l’UCLy, il présente notamment les activités des séminaires mis en place à Lyon et à Paris sur cet auteur.

The Chrysostomos blog aims to promote exchanges in the research on John Chrysostom’s work (« Golden Mouth »), one of the most famous Church Fathers (c. 349-407). It is developed by members of the UMR 8167 (Orient et Méditerranée) and 5189 (HiSoMA, « Sources Chrétiennes »), of the UPR 841 (IRHT), of the Facultés jésuites de Paris (« Centre Sèvres ») and of the UCLy. The blog provides in particular information on seminars which take place in Lyon and Paris about John Chrysostom.

Équipe de rédaction

  • Pierre Augustin (ingénieur de recherche CNRS, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes)
  • Guillaume Bady (chargé de recherche CNRS, Institut des Sources Chrétiennes)
  • Manon des Portes (doctorante, Université de Lyon)
  • Marie-Ève Geiger (collaboratrice scientifique, LMU-München, projet “Paratexts of the Bible”)
  • Pierre Molinié (maître-assistant au Centre Sèvres)
  • Catherine Schmezer (Professeur à l’Université Lyon 3)

Crédits photographiques

  • Image d’en-tête : Stravronikita 12, f. 1, détail (photographie : G. Bady)