La soutenance de thèse de Marie-Ève Geiger

Le samedi 3 février s’est déroulée une très belle soutenance de thèse à Lyon 2 : celle de Marie-Ève Geiger, sur Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) : projet d’édition critique, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs, Olivier Munnich (Paris-Sorbonne) et Jean Schneider (Lyon 2), ainsi que de quatre autres membres : Catherine Broc-Schmezer (Lyon 3), Volker Drecoll (Tübingen), Brigitte Mondrain (EPHE), et Peter Van Deun (KU Leuven). On notera la place centrale occupée dans ce jury par Catherine Schmezer, qui en était la présidente : à travers elle, étaient représentés à la fois la communauté chrysostomienne et l’Institut des Sources chrétiennes.

Continuer la lecture

La remise des mélanges à Sever Voicu

Un événement joyeux a réuni une partie de la communauté chrysostomienne (et pseudo-chrysostomienne !) le vendredi 8 décembre 2017 : la remise du volume de mélanges à notre collègue et maître Sever Voicu, ancien scriptor graecus à la Bibliothèque vaticane.

Cette cérémonie s’est tenue au collège Sainte-Barbe (Paris 5e), en marge d’un colloque sur l’hagiographie byzantine. La matinée avait commencé par une présentation du projet BHGms par André Bingelli (IRHT) et Xavier Lequeux (Société des Bollandistes). Puis, devant une trentaine d’amis et de collègues, Francesca Barone a pu remettre solennellement à Sever Voicu le volume d’hommage intitulé Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Co-édité par Caroline Macé et Pablo Ubierna (tous les deux excusés), ce volume impressionnant (une cinquantaine de contributions, pour un total de 1167 pages !) pesait son poids, et Sever Voicu s’est empressé de le déposer sur le bureau placé devant lui, avant de prononcer quelques mots. Visiblement ému par l’hommage de son ancienne étudiante, le maître a abrégé son discours, refusant de s’étendre sur sa carrière ou ses écrits, mais prenant le temps d’encourager les chercheurs à s’engager dans des travaux de recherche véritable sur les documents, plutôt que de se contenter d’études « sociologiques » superficielles.

Finalement, à travers l’évocation de l’aide apportée à la jeune chercheuse qu’était alors Francesca Barone, une figure s’est dégagée : davantage que celle d’un érudit, c’est la figure d’un maître attentif, plein de bienveillance et de disponibilité, qui bouscule mais qui encourage. Une figure connue de tous ceux qui ont eu l’occasion de bénéficier, un jour ou l’autre, de ses conseils, et qui lui en demeurent reconnaissants.

 

Une soutenance de thèse en histoire sociale à Oxford : James Cook sur la prédication chrysostomienne

Nous avions écouté James Cook au congrès de patristique d’Oxford de 2015. Il était alors intervenu pour parler de l’aspect médical ou thérapeutique de la prédication chrysostomienne (« Therapeutic preaching. The use of medical imagery in the sermons of John Chrysostom« ).

Ce jeune chercheur anglais a soutenu au mois d’avril 2016 sa thèse de doctorat en histoire ancienne (spécialité : études tardo-antiques et byzantines), devant un jury composé des professeurs Mark Edwards et Frances Young. L’intitulé de la thèse est le suivant : Listening to the Golden Mouth: The role of preaching within the local Christian community, as seen in the sermons of John Chrysostom. Continuer la lecture