La tradition manuscrite grecque et syriaque des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens : communication de Victor Bou Tanos aux Sources Chrétiennes le 7 février 2024

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 7 février 2024 de 14h à 16h, Victor Bou Tanos (ENS Lyon) fera une communication intitulée:

La tradition manuscrite grecque et syriaque des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens (CPG 4431) : quelques résultats à partir de l’argument et de la première homélie

Voici la présentation qu’il a rédigée:

“Nous nous proposons de donner une première idée de l’histoire du texte des Homélies sur l’Épître aux Éphésiens.

Pour ce faire, nous présenterons plutôt sommairement la trentaine de manuscrits grecs et les deux témoins de la version syriaque très probablement réalisée au sixième siècle. Nous appliquerons à la série la distinction déjà étudiée pour d’autres œuvres exégétiques entre recensio rudior et recensio fusior, qui aidera à envisager le travail des trois principales entreprises d’édition de la série : la véronaise (1529), celle de Savile (1612) et celle de Field (1852).

En nous penchant sur l’argument et la première homélie de la série, nous soumettrons quelques rapprochements entre les manuscrits dans le but de commencer à penser des familles de témoins. Cela nous amènera à discuter de la façon d’user de la traduction ancienne et très littérale que transmettent les manuscrits syriaques.”

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

La codicologie et la paléographie au service de l’histoire des textes: conférence de Pierre Augustin aux Sources Chrétiennes le 20 décembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 20 décembre 2023 de 14h à 16h, Pierre Augustin (IRHT, Aubervilliers) donnera une conférence intitulée:

Quelques acquis du programme de catalogage des manuscrits chrysostomiens (CCG) de Paris : la codicologie et la paléographie au service de l’histoire des textes

La rédaction en cours des annexes du prochain volume des Codices Chrysostomici Graeci, consacré aux codd. Parisini gr. 731-1030, est l’occasion de présenter quelques acquis pour l’histoire du texte chrysostomien, et plus généralement pour la connaissance du manuscrit byzantin, de ce programme de la section grecque de l’IRHT, mené en étroite collaboration avec Jacques-Hubert Sautel, en parallèle avec plusieurs autres programmes dont il a également bénéficié (Manuscrits datés du XIVe siècle, I-Stamboul). Si certaines particularités codicologiques ou paléographiques méritent de retenir l’attention comme des cas spécifiques, peut-être liés à des copistes ou à des « ateliers » particuliers qui restent plus ou moins énigmatiques, on mettra l’accent sur les résultats de notre enquête qui ont une incidence sur l’histoire des manuscrits et du texte chrysostomien.

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Étienne chez Jean Chrysostome : conférence de C. Broc-Schmezer aux Sources Chrétiennes le 22 novembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes”, le mercredi 22 novembre 2023 de 14h à 16h, Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) donnera une conférence intitulée:

Étienne chez Jean Chrysostome

« Dès que la bouche d’Étienne fit silence, retentit aussitôt la trompette de Paul » (De Mut. Nom., PG 51, 139, 20-21). Loin de se limiter au problématique commentaire des Actes, la figure d’Étienne est très riche chez Jean Chrysostome, et croise nombre de ses thèmes majeurs, comme l’endurance dans le martyre, la fidèle présence de la Providence, la mise en valeur de Paul, ou le soin des pauvres. Mais elle illustre également des thématiques plus discrètes, comme la représentation de la mort. Nous proposerons un parcours sur ce personnage finalement très important dans l’ensemble de l’œuvre de Jean Chrysostome, du début à l’extrême fin de sa vie. 

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Colloque à Fribourg: “Opus imperfectum in Matthaeum. The Text in Its Contexts” (19-21 octobre 2023)

Du 19 au 21 octobre 2023, Franz Mali et ses collègues de l’Université de Fribourg, en Suisse, organisent un colloque sur l’Opus imperfectum in Matthaeum, longtemps attribué à Jean Chrysostome. En collaboration avec le Groupe Suisse d’Etudes Patristiques (GSEP), cet événement a lieu dans le cadre d’un projet financé par le Fonds National Suisse «Édition critique, traduction française et commentaire de la première partie (prologue et homélies 1 à 22) de l’Opus imperfectum in Matthaeum (CPL 707)», au sein de la Chaire de Patristique et d’Histoire de l’Église ancienne de l’Université. Une vingtaine de spécialistes de divers pays sont au programme de cette rencontre qui est la première qui soit consacrée à une œuvre qui a pourtant connu une postérité si grande qu’elle a contribué de manière significative à celle du Chrysostome authentique chez les Latins.

Programme et toutes informations sur https://agenda.unifr.ch/e/fr/14236/

Conférence de Rocco Schembra aux Sources Chrétiennes le 11 octobre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes” – animé par Pierre Augustin (CNRS, IRHT), Guillaume Bady (CNRS, HiSoMA) et Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) –, le mercredi 11 octobre 2023 de 14h à 16h, Rocco Schembra (Univ. de Turin, chercheur invité à HiSoMA) donnera une conférence intitulée:

L’homélie In mulieres unguentiferas de Grégoire d’Antioche : projet d’édition critique

L’homélie In mulieres unguentiferas (PG 88, 1848-1866 ; CPG 7384) de Grégoire d’Antioche, patriarche de 570 à 593, est parfois attribuée à Jean Chrysostome ou à d’autres Pères. Elle est consacrée aux myrrhophores, c’est-à-dire les femmes qui ont apporté les onguents au tombeau du Christ pour accomplir le pieux office de l’ensevelissement et l’ont trouvé vide, étant ainsi les premiers témoins de l’événement de la résurrection.
Le travail en cours, visant à produire la première édition critique de l’homélie, permet déjà de mettre en lumière une tradition manuscrite extrêmement riche (plus de 100 manuscrits), de déceler l’existence possible d’une deuxième recension et de renouveler de manière significative la connaissance du texte.

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); le lien de visioconférence est le suivant: https://cnrs.zoom.us/j/91983200792?pwd=R1NLU2drZ1VldXh0WTVWMytSbkJTUT09
ID de réunion : 919 8320 0792 – Code : 2sUFAY

Télécharger l’affiche

Contact : guillaume.bady@mom.fr

Conférence de Martin Wallraff et Christophe Guignard aux Sources Chrétiennes le 27 septembre 2023

Dans le cadre du séminaire “Jean Chrysostome : édition et histoire des textes” – animé par Pierre Augustin (CNRS, IRHT), Guillaume Bady (CNRS, HiSoMA) et Catherine Broc-Schmezer (Université Lyon 3, HiSoMA) –, et au sein des manifestations à l’occasion des 80 ans des Sources Chrétiennes, le mercredi 27 septembre 2023 de 16h à 18h, Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich) et Christophe Guignard (Université de Strasbourg), donneront une conférence intitulée:

L’Oratio funebris in laudem S. Ioannis Chrysostomi du Pseudo-Martyrios : vers une nouvelle édition pour la collection Sources Chrétiennes

Alors que la nouvelle de la mort en exil de Jean, évêque de Constantinople, le
14 septembre 407, va bientôt provoquer dans tout l’empire romain comme une
onde de choc, l’un de ses proches partisans rédige un éloge du saint qui est à
la fois le récit d’une vie, une attaque des adversaires, une consolation des
« johannites » et un appel à la résistance.
C’est sans doute le premier témoignage connu sur la vie de Jean « Bouche
d’or », mais pendant longtemps ce texte n’a été connu que très partiellement.
Depuis la première édition complète parue en 2007, comment la recherche a-telle
évolué, et quels nouveaux éléments la nouvelle édition qui est en
préparation pour Sources Chrétiennes peut-elle apporter ?

Affiche_27sept23

La conférence a lieu aux Sources Chrétiennes (22 rue Sala, Lyon 5e); pour un lien de visioconférence, s’adresse à guillaume.bady@mom.fr

Objet d’un partenariat entre HiSoMA (équipe CNRS des Sources Chrétiennes), l’Association des Amis de Sources Chrétiennes et l’IRHT, la conférence est organisée avec le soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes dans le cadre des 80 ans des Sources Chrétiennes.

Martin Wallraff et Christophe Guignard

Martin Wallraff et Christophe Guignard aux Sources Chrétiennes le 27 septembre 2023

 

 

 

Journée d’Actualités chrysostomiennes 2023

L’édition 2023 des Actualités chrysostomiennes a eu lieu le mercredi 21 juin à l’Institut des Sources Chrétiennes / HiSoMA, 22 rue Sala, 69002 Lyon, de 10h30 à 16h30. Étaient réunis sur place Guillaume Bady, Catherine Broc-Schmezer, Pierre Augustin, Pierre Molinié, Jean-Paul Lesimple, Manon des Portes et Côme Bernard-Bacot.

La visioconférence a permis à de nombreux chercheurs de France, d’Europe et des extrémités du globe de se réunir autour de Jean Chrysostome. Parmi les intervenants se trouvaient Margaret M. Mitchell, Maria Konstantinidou, Sam Kennerley, Kenneth J. Howell, Doru Costache, Leslie Dossey, Paul Claude Diokh, Chiara Spuntarelli, P. Michael Tishel, Peter Montoro etc.
Grâce à la connexion en ligne ont pu également participer et assister à la journée Victor Boutanos, Thibault Clerice, Cyril Crépet, Mathew Cuipers, Elisabeth Gauché, Radu Garbacea, Giada Di Giuseppe, Mihai Grigoras, Andreas Henn, Marc-Antoine Hubert, Matthew Jarvis, Sergei Kim, Jacky Marsaux , Carlo Perelli, Matthieu Pignot, etc. En tout, plus de quarante personnes ont participé ou assisté à cette journée.

Vous trouverez ici le compte-rendu en français et en anglais fait par Magdeleine Nivault et Alexandre Etaix.

L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome

La séance du séminaire chrysostomien du 23 novembre 2022 a été consacrée à un exposé sur ce sujet par Mathieu Cuijpers, qui prépare une thèse à la KU Leuven sur les figures d’Abraham et de David dans les œuvres de Jean Chrysostome. Le texte en question (publié en PG 55, 565-575), dont il existe des versions latine, copte, arménienne et géorgienne, fait partie d’un groupe de trois homélies dont l’unité d’auteur et de contenu n’est pas assurée.

S’appliquant successivement à chacun des six segments de l’homélie, M. Cuijpers fait remarquer que de l’histoire de David n’avaient été retenus par le rédacteur que certains épisodes, à savoir ceux durant la jeunesse du roi : sa supériorité sur ses frères et sa victoire contre Goliath ; et ceux qui ont trait à son péché : l’enlèvement de Bethsabée et la rencontre avec le prophète Nathan. Cette sélection s’explique pour des raisons parénétiques, l’exhortation morale prenant appui sur l’exemple biblique. Ainsi la dichotomie entre l’exemplarité du David jeune et le vice de celui d’âge mûr permet à l’homéliaste de critiquer la conception antique de la vieillesse comme gage de sagesse, et de montrer qu’avec le temps s’accroît plutôt la propension au péché. À l’inverse, l’absence de l’épisode de la caverne se comprend par le fait que cette scène ne dépeint pas cette dichotomie et n’appuie donc pas le discours moral. L’auteur fait également un rapprochement mélioratif entre la volonté du jeune David de se retirer du monde pour s’occuper de son troupeau, et la mission pastorale et la vie ascétique chrétiennes. À travers l’exemple du jugement porté par les gens sur David pour son apparence, et non pour son cœur comme le fait Dieu à juste titre, l’auteur blâme la superficialité. Inversement, il décrit Bethsabée comme étant d’une grande beauté mais mauvaise à l’intérieur, renforçant ainsi son propos. Dans le même registre, la rivalité de David avec ses frères aînés et sa victoire inattendue sur Goliath donnent au prédicateur matière à vilipender la jalousie. Enfin, le péché du roi David et sa confrontation avec Nathan motivent la principale exhortation de l’auteur à la confession et à l’expiation des péchés, sur l’exemple de David dissimulant d’abord sa faute mais finissant par la reconnaître. L’homélie se termine sur une condamnation de la prostitution et de la lubricité, un encouragement à la pénitence et une défense du mariage, qui est selon l’auteur, s’appuyant sur la réciproque appartenance des corps entre les mariés exprimée en 1 Co 7,4, la solution cardinale pour se préserver de la débauche.

On trouve sur ce thème chez Chrysostome des similitudes : commentaire sur la jeunesse et la vieillesse, le renvoi à Paul concernant la vie conjugale, et certains choix de représentation de David (par exemple les deux auteurs attribuent à David des propos modérés face au roi Saül). Il y a aussi des similitudes syntaxiques et lexicales entre l’homélie In Ps 50 I et d’autres homélies de Chrysostome, dont : Contra ludos et theatra, In illud : Propter fornicationes uxorem, et De paenitentia homiliae 1-4 et 6. Cette réutilisation de formulations et de thèmes chrysostomiens, en tant qu’elle est excessive, fait pencher selon M. Cuijpers pour une origine pseudochrysostomienne. Des parallèles avec Léonce de Constantinople et, surtout, Basile de Séleucie vont aussi dans ce sens.

L’abondance d’influences stylistiques de la littérature antique (Plutarque, les Progymnasmata de Libanius, Achille Tatius, etc.) est un autre critère, en particulier l’ekphrasis, cette capacité à mettre un texte en image pour faire du lecteur un spectateur, et la présence de nombreuses métaphores. M. Cuijpers compare ainsi écriture et peinture et qualifie même l’approche de romanesque. Cette réappropriation des codes de la littérature antique apparaît non seulement comme novatrice au sein de la tradition littéraire paléochrétienne, et réussie car offrant à l’homélie un aspect pittoresque attrayant, mais semble dépasser l’inspiration chrysostomienne.

Ce billet est un résumé d’un compte rendu rédigé par Anthony Rostand

Voir l’article publié depuis (le 19 janvier 2024) par M. Cuijpers: “Shaping Mind and Model: John Chrysostom’s Method of Exemplification in De Davide et Saule I“, Vigiliae Christianae, 2024, p. 1-22.

L’édition interrompue des Sermons contre les juifs et les judaïsants de Jean Chrysostome

L’édition des Sermons contre les juifs et les judaïsants pour les Sources Chrétiennes est interrompue depuis de nombreuses années, en particulier parce que les collations des manuscrits ont été perdues du fait du format irrécupérablement obsolète des fichiers qui les contenaient. Prenant acte de cette interruption durable, Rudolf Brändle, qui est à l’origine de l’entreprise, a souhaité que le travail déjà effectué, à défaut d’être publiable, soit mis en forme et mis au moins d’une certaine manière à la disposition des chercheurs.

À la demande de R. Brändle, j’ai donc composé les Sermons en un volume de 670 pages et l’ai fait imprimer à 10 exemplaires pour les auteurs (R. Brändle, Wendy Pradels et Martin Heimgartner). R. Brändle a mis un exemplaire en dépôt à la Bibliothèque universitaire de Bâle (dans le fonds qui porte son nom) et j’en ai déposé un autre dans celle des Sources Chrétiennes.

Les 670 pages comprennent un avant-propos et l’introduction générale par R. Brändle, plusieurs chapitres par M. Heimgartner et W. Pradels, l’introduction à l’histoire du texte par W. Pradels, une bibliographie (tous ces éléments allant jusqu’à la p. 200), et, dus aussi à W. Pradels, un texte grec nouveau fait sur la base de collations hélas disparues, et une traduction de travail avec annotation minimale.

Voici ce que j’écris comme éditeur dans une note liminale (p. 11-12) :

Ce volume a été composé à partir du dernier état des fichiers, qui, moyennant quelques modifications en 2017, et d’autres faites en mars et en juin 2022, remonte pour l’essentiel à 2011, y compris l’avant-propos, conservé tel quel dans les pages précédentes.

Le titre Sermons contre les juifs et les judaïsants, inspiré de celui du Sermon 1, entend indiquer l’intention globale de ces textes, connus en grec sous le titre λόγοι κατὰ Ἰουδαίων.

Dans l’introduction, les parties rédigées par R. Brändle et M.Heimgartner ont initialement été traduites par Annie Courbon-Kösters. À quelques détails près, le texte grec est celui établi par W. Pradels sur la base des collations qu’elle a faites des manuscrits et de l’histoire du texte qu’elle a rédigée dans l’introduction ; j’ai précisé en notes les rares modifications que je suggère par rapport au texte du Sermon 3 publié en ZAC 5. À défaut de données complètes, l’apparat critique n’a pu être présenté. Comme le texte est resté provisoire, la traduction et les notes n’ont pas fait l’objet d’une révision approfondie.

(…) j’ai pu élaborer un index à partir de l’apparat biblique – lui aussi provisoire, et objet de modifications mineures effectuées pour ce volume (…). En guise de vérification, seule la suggestion de plan que je me suis permis d’insérer dans la table des matières pour faciliter la lecture (Excursus 5) renvoie à une linéation à jour.

Comme le dit la citation en exergue, habent sua fata libelli…

Prochaine journée d’actualités chrysostomiennes le 15 juin 2022

Cette année, la journée d’Actualités chrysostomiennes, organisée par Manon des Portes, Alexandre Étaix et Magdeleine Nivault, a eu lieu mercredi 15 juin 2022 de 10h à 17h, à l’Institut des Sources Chrétiennes / HiSoMA, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle a une fois encore réuni des chercheurs de France, d’Europe et de l’autre côté du globe, autour de Jean Chrysostome.  

Voir le compte rendu en français et en anglais fait par Magdeleine Nivault, Alexandre Etaix et Manon des Portes.

Lien de visio-conférence: s’adresser à guillaume.bady@mom.fr

Prochaines «Actualités chrysostomiennes» le 15 juin 2022

La prochaine JOURNÉE D’ACTUALITÉS CHRYSOTOMIENNES aura lieu le  

MERCREDI 15 JUIN 2022 de 10h à 16h30 

Le but de cette journée est faire connaître l’actualité des recherches en cours sur Jean Chrysostome, ainsi que de maintenir les liens existants et de donner l’occasion d’échanges entre collègues chercheurs chrysostomiens. 

Les interventions sont libres, ouvertes à tous : seront accueillies les propositions de prises de parole d’1 à 15 minutes, pour partager de nouvelles publications, des travaux en cours, des projets à venir ou tout autre sujet en rapport avec Jean Chrysostome. Il est également envisageable de demander un avis sur une recherche en cours ; l’échange suscité pourrait alors prendre plus de 15 minutes. 

Comme en 2021, la visioconférence sera utilisée. Néanmoins, tous ceux qui le pourront sont cordialement invités à se rendre à l’Institut Sources Chrétiennes à Lyon, pour partager la pause déjeuner (12h-13h30).  

Toute intervention en anglais est bienvenue et sera possiblement résumée (ou traduite) en français. Les échanges et questions sur les interventions se dérouleront dans les deux langues.  

Le programme de la Journée sera communiqué ultérieurement.  

Les propositions sont à envoyer par mail avant le 22 mars 2022

Manon des Portes, Magdeleine Nivault et Alexandre Etaix  

manondesportes@hotmail.fr  

magdeleine.nivault@ens-lyon.fr  

alexandre.etaix@laposte.net 

Rhetoric, violence and exile in Late Antiquity. The Oratio funebris for John Chrysostom and its historical context (Munich, 9-10 juin 2022)

Organisé par Jonathan Stutz à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich les 9 et 10 juin 2022, un colloque international sera consacré à l’Oratio funebris de Jean Chrysostome rédigée par le Pseudo-Martyrios. En voici l’affiche et le programme:

Jeudi 9 juin

9h30 Ouverture

Rhétorique

9h45 Prof. Dr. Martin Wallraff: The problem of the authorship
10h30 Prof. Dr. Christophe Guignard: Interpretative problems of the Oratio funebris
11h30 Dr. Marie-Ève Geiger: The Oratio funebris as a literary genre
12.15 Dr. Guillaume Bady: Biblical images

Violence

14h30 Prof. Dr. Claudia Tiersch: John Chrysostom in Constantinople
15h15 Prof. Dr. Albrecht Berger: The Oratio funebris and its topography
16h15 Prof. Dr. Peter van Nuffelen: Violence and strategies of delegitimisation
17h00 Dr. Jonathan Stutz: The Oratio funebris as a discourse on loyalty

Vendredi 10 juin

Exil

9h45 Prof. Dr. Jennifer Barry: The Oratio funebris and episcopal exile in Late Antiquity
10h30 Dr. Emilio Bonfiglio: The Homilies on John Chrysostom’s First Exile.
11h30 Prof. Dr. Florian Wöller: Chrysostom’s Triumph: Returning from Exile in procession
12h15 Discussion finale

L’art de la fugue, ou les paradoxes de la vocation chez Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome

 
Dans le cadre du Séminaire du Groupe de Recherche «Vocazioni in Occidente tra storia e storiografia» à l’Universitaé de Turin, le mardi 24 mai 2022 à 10h, Guillaume Bady (CNRS) donnera une communication intitulée

L’art de la fugue, ou les paradoxes de la vocation chez Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome (IVe siècle)

Elle sera introduite par Gianluca Cuniberti (Università di Torino) et aura pour modérateur Andrea Pellizzari (Università di Torino), qui est aussi l’organisateur de la séance.

Elle aura lieu dans l’Aula seminari, au 3e étage du Palazzo Nuovo du Dipartimento di Studi Storici de Turin.

Lien à distance :

https://unito.webex.com/meet/andrea.pellizzari

Jean Chrysostome, lecteur de l’Écriture: soirée-débat le 18 mai 2022

 
Soirée-débat / présentiel et distanciel (Zoom)

organisée à et par le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Affiche_Jean Chrysostome_Lecteur de lEcriture

Prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, Jean Chrysostome (v. 349-407) est l’un des plus grands exégètes de l’Antiquité. Ses commentaires de la Bible, en particulier des épîtres de Paul et des évangiles, ont été largement copiés et traduits au fil des siècles. Œuvres d’un pasteur, ils constituent aujourd’hui encore un trésor pour les historiens, comme pour les simples lecteurs désireux de voir comment la Bible peut être actualisée dans la vie de tous les jours.

Avec :

Guillaume BADY

Institut des Sources chrétiennes

Catherine BROC-SCHMEZER

Université Jean Moulin Lyon 3

Jacky MARSAUX

Faculté de Théologie de Lille – ICP

Pierre MOLINIÉ

Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris

Pour recevoir le lien Zoom : pierre.molinie@centresevres.com

Libre participation aux frais

35 bis rue de Sèvres 75006 Paris 01 44 39 56 14

www.centresevres.com

Hommage à Bernard Grillet

Bernard Grillet (photo de la famille)

Ce mardi 1er mars 2022, à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Jean-Noël Guinot[1] a prononcé l’éloge de Bernard Grillet, le lendemain du jour qui aurait été l’anniversaire de celui à qui les lecteurs de Jean Chrysostome doivent tant. L’occasion se présente donc d’elle-même pour lui rendre ici hommage.

Né le 28 février 1920 à L’Arbresle et mort centenaire le 11 avril 2020 à Paris, l’enseignant avait formé plusieurs générations d’hellénistes, d’abord au lycée Ampère de Lyon, puis, de 1964 à 1985, à l’Université de Lyon, comme assistant de grec, puis comme maître de conférences à la Faculté des Lettres. Il avait été admis à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon le 21 mai 1990, jour où, reçu au fauteuil de Jean Pouilloux, il prononça un discours sur la présence dans la culture actuelle de la Tragédie grecque.

Pour les études chrysostomiennes, son rôle a évidemment été très important par les œuvres qu’il a introduites, traduites et annotées : tout d’abord La Virginité, traité auquel il consacra sa thèse, soutenue à Lyon en 1966, et qui parut, dès la même année, comme n° 125 des Sources Chrétiennes, avec le texte grec établi par H. Musurillo ; puis, sur l’édition préparée par G.H. Ettlinger, les deux écrits À une jeune veuve et Sur le mariage unique (SC 138), publiés en 1968. Bien plus tard – après avoir publié notamment ce qui est en quelque sorte un ample prolongement de ces éditions, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque (Lyon, CNRS, 1975) –, il revint à l’Antiochien en 1990 pour le discours et l’homélie Sur Babylas (SC 362), sur des textes établis par M.A. Schatkin et J.-N. Guinot respectivement. Enfin, il faut signaler l’Histoire ecclésiastique de Sozomène, qu’avec Guy Sabbah et Laurent Angliviel de la Beaumelle, à partir d’une première traduction d’André-Jean Festugière il donna aux Sources Chrétiennes de 1983 à 2008, en particulier le livre VIII (SC 516) où se joue la « tragédie » chrysostomienne.

Dans les dossiers conservés aux Sources Chrétiennes, nous avons de lui une correspondance abondante, au sujet des volumes en préparation ou de diverses circonstances, comme dans cette lettre adressée à Claude Mondésert le 12 juillet 1968, évoquant des « vacances bienvenues après des semaines où la tension nerveuse, le spectacle du désordre et de la violence, les discussions ont mis le moral à rude épreuve », avec cette exclamation : « Quelle paix régnait à Sources Chrétiennes au sortir cette confusion ! »

Bien des lettres sont liées aux événements de sa famille. Sachant combien fut unique pour lui son mariage avec celle avec qui il partagea sa vie, Simone, de 1954 à la mort de celle-ci en 1999, le lecteur ne peut pas lire sans penser au patrologue lui-même et à sa famille ce qu’il écrivait en 1968 pour introduire au Discours à une jeune veuve (SC 138, p. 94) :

La mort de l’être aimé est, pour celle qui reste, ressentie d’abord dans sa chair, comme la rupture brutale et cruelle d’un lien où les considérations métaphysiques ont peu de place : c’est un sourire qu’elle ne verra plus, une voix qu’elle n’entendra plus, des lèvres qu’elle ne baisera plus. Finies les conversations familières, évanoui ce sentiment de sécurité et de force qu’apportait une présence.

De même, parle-t-il déjà de lui-même quand il écrit (SC 138, p. 86) : « la personnalité de Jean Chrysostome est trop forte pour être étouffée » ? Ou encore quand, plus loin, il loue sa sensibilité (p. 93) :

Élan d’affection de l’ami, charité du chrétien qui le pousse à chercher sa joie dans celle de son frère souffrant ; joie partagée qui préfigure celle des âmes réunies dans le Christ. Telle est la vraie consolation susceptible d’être entendue : la voix du Christ emprunte à la tendresse d’un ami les termes qui vont au cœur.

Aux Sources Chrétiennes, où il a aussi été membre du Conseil scientifique, nous l’avons vu régulièrement passer de longues heures de labeur, notamment avec son ami G. Sabbah, d’abord sur Sozomène, puis sur l’Histoire ecclésiastique d’Évagre le Scholastique (SC 542, 2011 ; SC 566, 2014). Pour ma part, je n’osais déranger des ouvriers si productifs et me contentais d’échanger parfois un regard avec lui, tout en appréciant à chaque fois son œil malicieux sous ses belles mèches de cheveux. Il ne travaillait plus sur Chrysostome, mais dans ce visage, je reconnaissais, non sans un effarement contenu, l’un de ceux qui, tels des démiurges inaugurant le monde et son décor, avaient comme jeté les bases intemporelles de l’univers chrysostomien pour les générations futures.

Éloge de Bernard Grillet par Jean-Noël Guinot (à gauche) à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, le 1er mars 2022 (photo G. Bady)

[1] On lira de Jean-Noël Guinot les pages qu’il a écrites sur B. Grillet dans le Bulletin des Amis de Sources Chrétiennes 111, 2020, p. 60-62, et dont ce billet s’inspire beaucoup. Qu’il soit ici vivement remercié, ainsi que la famille de B. Grillet.