Soutenance de thèse de Pierre Molinié, 14 janvier 2017

Le 14 janvier 2017, en Sorbonne, Pierre Molinié a soutenu sa thèse intitulée « Jean Chrysostome, exégète et pasteur : les homélies sur la Deuxième épître aux Corinthiens« . Le jury était composé de M. Patrick Goujon (professeur, Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris), Mme Catherine Broc-Schmezer (professeur, université Lyon III), M. Michel Fédou (professeur, Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris), M. Bernard Meunier (chargé de recherche CNRS, Laboratoire HiSoMA – Lyon), M. Jean-Marie Salamito (professeur, université Paris-Sorbonne) et Mme Frances Young (professeur émérite, University of Birmingham). La thèse a été soutenue pour partie en anglais, dans la discussion avec Mme Frances Young.

La thèse est structurée en une introduction et trois parties : « Jean Chrysostome orateur », « Jean Chrysostome exégète » et « Jean Chrysostome théologien ».

Ont notamment été soulignés :

  • la grande clarté du travail, dans sa structure comme dans son style ;
  • l’attitude d’humilité face au corpus choisi, que Pierre Molinié n’a pas questionné préalablement mais dont il a peu à peu laissé émerger les problématiques et la structure ;
  • la réflexion sur les genres du commentaire et de l’homélie, qui pourra être approfondie dans un ouvrage de synthèse sur la question ;
  • la finesse de l’analyse des aspects rhétoriques des textes ;
  • le traitement du rôle des parénèses ;
  • le développement sur l’exégèse homilétique comme sacrement.

Les questions ont notamment porté sur :

  • des questions de vocabulaire (emprunts à certains courants de pensée, pertinence de certains concepts pour analyser les œuvres de Jean Chrysostome, comme celui d' »incarnation » par rapport à celui de « kénose », ou encore ceux d’exégèse « littérale » et « historique », …) ;
  • la prise en compte des travaux de P. Allen et W. Mayer ;
  • l’héritage des écoles de rhétorique dans l’œuvre de Jean Chrysostome ;
  • la possibilité et le risque d’élargir la question de la sacramentalité à d’autres pratiques (l’aumône, …) ou objets (l’Écriture, …).

À l’issue des discussions, Pierre Molinié a obtenu son doctorat en histoire et en théologie, avec la mention Très honorable et les félicitations du jury.

La soutenance a été suivie d’un pot au Centre Sèvres.

Pierre Molinié poursuit à présent ses projets de recherche, parmi lesquels figure la publication de la thèse et de divers articles. Il mène également une mission d’enseignement au Centre Sèvres et garde une activité pastorale au sein de sa communauté de Lille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *