Gilberte Astruc-Morize

Une grande spécialiste de Jean Chrysostome et de ses manuscrits nous a quittés: Gilberte Astruc-Morize est décédée le 28 décembre 2016 à l’hôpital de Melun, où elle était hospitalisée depuis le 6 novembre. Elle avait travaillé une bonne partie de sa vie à la section grecque de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, à Paris, où elle réservait à qui venait la consulter un accueil très chaleureux et une très grande générosité intellectuelle.
En son hommage, une cérémonie a lieu le samedi 7 janvier 2017 à 10h30 en l’église Notre-Dame-des-Champs, 91 boulevard du Montparnasse, Paris 6e.

Dans l’un de ses derniers articles[1], elle citait ces mots de Jean Chrysostome, traduits par son mari, Charles Astruc:

Il n’est rien, vraiment rien, dont l’amour ne soit vainqueur; et quand il s’agit de l’amour de Dieu, il surpasse tous les autres et ni le feu, ni le fer, ni la pauvreté, ni l’infirmité, ni la mort, ni quoi que ce soit de semblable ne paraît terrible à qui possède un tel amour: se riant de tout, il prendra son vol vers le ciel, et n’aura pas d’autres dispositions que ceux qui y habitent; car il n’attache sa vue à rien d’autre, ni au ciel, ni à la terre, ni à la mer, et n’est tendu que vers un seul objet, la beauté de cette immense gloire; ni les tristesses de la vie présente ne pourront l’abattre, ni ses bonheurs ou ses plaisirs ne pourront l’exalter et le gonfler d’orgueil. Aimons donc cet amour (car rien ne l’égale) et pour le présent et pour l’avenir; mais plutôt et avant tout, pour la nature même de cet amour; alors nous serons délivrés des châtiments de cette vie et de la vie future, et nous obtiendrons le Royaume. D’ailleurs, être délivré de l’enfer et être en possession du Royaume, voilà qui est peu de chose par comparaison avec ce que je vais dire: Aimer le Christ et en être aimé est bien au-dessus de tout cela. En effet, si chez les hommes l’amour mutuel est supérieur à toutes les voluptés, lorsque cette réciprocité se produit quand il s’agit de Dieu, quelle parole, quelle pensée pourra exprimer cette béatitude de l’âme ? Il n’y a que l’expérience qui le puisse; Afin donc que nous puissions connaître par expérience cette joie spirituelle, cette vie bienheureuse, ce trésor de biens innombrables, quittons tout pour nous attacher à cet amour, et pour notre propre bonheur, et pour la gloire de Dieu ainsi aimé[2]. »

[1] «Saint Jean Chrysostome, théologien, moraliste et mystique», dans « Que tous soient un! » Mélanges offerts en hommage par la Fraternité Saint-Élie à Son Éminenece le Métropolite de Silyvria Emilianos Timiadis, édités par le Carmel de Saint-Rémy/Stânceni, Iaşi, 2005, p. 64-76, ici p. 75-76.

[2] Homélie 9 sur l’Epître aux Romains, PG 60, 474.

 


Une réflexion au sujet de « Gilberte Astruc-Morize »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *