Hommage à Bernard Grillet

Bernard Grillet (photo de la famille)

Ce mardi 1er mars 2022, à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Jean-Noël Guinot[1] a prononcé l’éloge de Bernard Grillet, le lendemain du jour qui aurait été l’anniversaire de celui à qui les lecteurs de Jean Chrysostome doivent tant. L’occasion se présente donc d’elle-même pour lui rendre ici hommage.

Né le 28 février 1920 à L’Arbresle et mort centenaire le 11 avril 2020 à Paris, l’enseignant avait formé plusieurs générations d’hellénistes, d’abord au lycée Ampère de Lyon, puis, de 1964 à 1985, à l’Université de Lyon, comme assistant de grec, puis comme maître de conférences à la Faculté des Lettres. Il avait été admis à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon le 21 mai 1990, jour où, reçu au fauteuil de Jean Pouilloux, il prononça un discours sur la présence dans la culture actuelle de la Tragédie grecque.

Pour les études chrysostomiennes, son rôle a évidemment été très important par les œuvres qu’il a introduites, traduites et annotées : tout d’abord La Virginité, traité auquel il consacra sa thèse, soutenue à Lyon en 1966, et qui parut, dès la même année, comme n° 125 des Sources Chrétiennes, avec le texte grec établi par H. Musurillo ; puis, sur l’édition préparée par G.H. Ettlinger, les deux écrits À une jeune veuve et Sur le mariage unique (SC 138), publiés en 1968. Bien plus tard – après avoir publié notamment ce qui est en quelque sorte un ample prolongement de ces éditions, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque (Lyon, CNRS, 1975) –, il revint à l’Antiochien en 1990 pour le discours et l’homélie Sur Babylas (SC 362), sur des textes établis par M.A. Schatkin et J.-N. Guinot respectivement. Enfin, il faut signaler l’Histoire ecclésiastique de Sozomène, qu’avec Guy Sabbah et Laurent Angliviel de la Beaumelle, à partir d’une première traduction d’André-Jean Festugière il donna aux Sources Chrétiennes de 1983 à 2008, en particulier le livre VIII (SC 516) où se joue la « tragédie » chrysostomienne.

Dans les dossiers conservés aux Sources Chrétiennes, nous avons de lui une correspondance abondante, au sujet des volumes en préparation ou de diverses circonstances, comme dans cette lettre adressée à Claude Mondésert le 12 juillet 1968, évoquant des « vacances bienvenues après des semaines où la tension nerveuse, le spectacle du désordre et de la violence, les discussions ont mis le moral à rude épreuve », avec cette exclamation : « Quelle paix régnait à Sources Chrétiennes au sortir cette confusion ! »

Bien des lettres sont liées aux événements de sa famille. Sachant combien fut unique pour lui son mariage avec celle avec qui il partagea sa vie, Simone, de 1954 à la mort de celle-ci en 1999, le lecteur ne peut pas lire sans penser au patrologue lui-même et à sa famille ce qu’il écrivait en 1968 pour introduire au Discours à une jeune veuve (SC 138, p. 94) :

La mort de l’être aimé est, pour celle qui reste, ressentie d’abord dans sa chair, comme la rupture brutale et cruelle d’un lien où les considérations métaphysiques ont peu de place : c’est un sourire qu’elle ne verra plus, une voix qu’elle n’entendra plus, des lèvres qu’elle ne baisera plus. Finies les conversations familières, évanoui ce sentiment de sécurité et de force qu’apportait une présence.

De même, parle-t-il déjà de lui-même quand il écrit (SC 138, p. 86) : « la personnalité de Jean Chrysostome est trop forte pour être étouffée » ? Ou encore quand, plus loin, il loue sa sensibilité (p. 93) :

Élan d’affection de l’ami, charité du chrétien qui le pousse à chercher sa joie dans celle de son frère souffrant ; joie partagée qui préfigure celle des âmes réunies dans le Christ. Telle est la vraie consolation susceptible d’être entendue : la voix du Christ emprunte à la tendresse d’un ami les termes qui vont au cœur.

Aux Sources Chrétiennes, où il a aussi été membre du Conseil scientifique, nous l’avons vu régulièrement passer de longues heures de labeur, notamment avec son ami G. Sabbah, d’abord sur Sozomène, puis sur l’Histoire ecclésiastique d’Évagre le Scholastique (SC 542, 2011 ; SC 566, 2014). Pour ma part, je n’osais déranger des ouvriers si productifs et me contentais d’échanger parfois un regard avec lui, tout en appréciant à chaque fois son œil malicieux sous ses belles mèches de cheveux. Il ne travaillait plus sur Chrysostome, mais dans ce visage, je reconnaissais, non sans un effarement contenu, l’un de ceux qui, tels des démiurges inaugurant le monde et son décor, avaient comme jeté les bases intemporelles de l’univers chrysostomien pour les générations futures.

Éloge de Bernard Grillet par Jean-Noël Guinot (à gauche) à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, le 1er mars 2022 (photo G. Bady)

[1] On lira de Jean-Noël Guinot les pages qu’il a écrites sur B. Grillet dans le Bulletin des Amis de Sources Chrétiennes 111, 2020, p. 60-62, et dont ce billet s’inspire beaucoup. Qu’il soit ici vivement remercié, ainsi que la famille de B. Grillet.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.