Début et longueur des ethica dans les Homélies sur la Lettre aux Philippiens de Jean Chrysostome

Éditeur et traducteurs de Jean Chrysostome sont immanquablement confrontés à la nécessité de disposer le texte en paragraphes et d’en dégager la structure propre, ce qui dans le cas de séries d’homélies suppose aussi une prise en compte de l’ensemble. Dans cette optique, j’ai voulu prendre au sérieux les exposés donnés à Oxford en 2019

– par Manon des Portes, faisant remarquer que les éditeurs modernes avaient peu à peu fait disparaître les mentions ou titres d’ethica, alors que Chrysostome lui-même marque parfois explicitement le passage à cette partie morale de ses homélies et que les ethica sont notés déjà en syriaque au 6e siècle,

– et par Pierre Molinié déplorant, à l’inverse, que les éditeurs puissent imposer au lecteur le signalement de ce passage, et montrant notamment que le début précis de ces parties n’est pas toujours reconnaissable.

Un « blind test » préalable

Dans un premier temps, j’ai donc cherché à deviner par moi-même le début des ethica dans les Homélies sur la Lettre aux Philippiens telles qu’éditées par F. Field, en me fondant sur des critères essentiellement thématiques, mais aussi textuels. Ce faisant j’ai considéré l’argumentum comme une homélie – Field, suivant une part importante des manuscrits, en a d’ailleurs fait la 1re des homélies –, tout en conservant la numérotation des homélies telle qu’on la trouve dans la Patrologie grecque (PG).

J’ai ensuite vérifié le résultat en me fondant sur l’étude des ethica dans les manuscrits de la série faite par Marie-Eve Geiger et présentée par elle avec Pierre Augustin lors de la séance du séminaire chrysostomien du 14 mars 2019, et en choisissant pour représenter les deux branches principales de la tradition trois manuscrits où l’emplacement des ethica était assez net : d’une part, le Coislin 75 (10e s.) et le Vatopedi 327 (14e s.), d’autre part le Vatican grec 551 (10e-11e s.).

Voici un tableau qui indique les premiers mots des ethica pour chaque homélie (la colonne de droite sera expliquée plus bas) :

  Ethica du Coislin 75, du Vatop. 327 et du Vat. gr. 551 % ethicon / hom. (moyenne 44,65%)
arg. Ταῦτα οὖν εἰδότες, καὶ ἡμεῖς, ἑαυτοὺς παρέχωμεν 49,6%
1 ἐπεὶ οὖν… κοινωνῶμεν, παρακαλῶ, καὶ ἡμεῖς 34,4%
2 ∆ιὸ, παρακαλῶ, … εὐχαριστῶμεν 49,4%
3 Μὴ τοίνυν … πενθῶμεν 25,2%
4 Ὁρᾷς …; ἡμεῖς δὲ 42,7%
5 Πάντων γὰρ τῶν ἀγαθῶν αἰτία ἡ ταπεινοφροσύνη. Καὶ ἵνα μάθῃς, ἄκουε… 62,1%
6 Εὐχαριστήσωμεν ὑπὲρ τῶν εἰρημένων 46,3%
7 Πιστεύωμεν τοίνυν 37,8%
8 Ὁρᾷς ὅτι παιδεύει τούτους τὸ μὴ γογγύζειν; 56%
9 Καὶ γὰρ ὀφείλεται τοῖς ἁγίοις παρ’ ἡμῶν τὸ πρᾶγμα / PG : Μή τοίνυν μηδὲ ἡμεῖς μέγα φρονῶμεν 53%
10 Παῦλος μὲν … ἡμεῖς δὲ 58%
11 [… καὶ ἡμῶν τὴν ἀποστροφὴν …] Ὥστε πολλῆς ἐσμεν ὀφειλῆς ὑπεύθυνοι / PG : Διὸ καὶ δακρύειν ἄξιον 30,5%
12 Ἄρα τύπος ἦσαν οἱ ἀπόστολοι, ἀρχέτυπόν τινα εἰκόνα διασώζοντες. Ἐννοήσατε … 51,8%
13 Αὐτὸς πάλιν ἔρχεται πρὸς ἡμᾶς 32,2%
14 Πῶς δὲ ἐχθρὸν ἡμῶν ἡ κακία, καὶ φίλον ἡ ἀρετὴ, πολλαχόθεν δῆλον. 42,7%
15 ∆εσμὸς γάρ τις ἐστὶν ἡ θλῖψις 42,8%

Je précise que mon but n’est pas de montrer que le début des ethica est objectivable – la simple variation, même mineure, de la tradition manuscrite sur ce point suffirait à infirmer d’emblée une telle hypothèse –, mais de chercher comment un antique copiste ou éditeur pouvait déterminer ce passage.

Entre mes estimations et les deux manuscrits, dans 4 cas sur 16, il y avait une différence – mineure dans 3 cas (entre 50 et 80 mots), importante dans 1 cas (370 mots) –, soit 75% d’identification et 25% d’erreur. Le test, de toute façon subjectif, ne saurait être probant, mais peut illustrer concrètement, en l’occurrence dans un sens aussi bien positif que négatif, le caractère reconnaissable du début des ethica.

Quelques signes – presque – distinctifs

Sur le témoignage des trois manuscrits cités, y compris lorsque, comme le Coislin et le Vatopedi, ils offrent le texte de la PG, j’ai cherché à dégager de manière plus objective que mes premières supputations quelques signes textuels distinctifs du début des ethica. Voici ceux qui se laissent observer, combinés ou non entre eux :

– l’emploi d’une particule (οὖν : hom. 1, 2 ; τοίνυν : 3, 7, ainsi que 9 dans le texte de la PG) ou d’un adverbe de liaison (διὸ : hom. 2, , ainsi que 11 dans le texte de la PG), comme dans tout passage à un autre développement ;

– l’usage du subjonctif à la 1re personne du pluriel (arg., hom. 1, 2, 3, 6, 7, ainsi que 9 dans le texte de la PG), expression d’une parénèse qui n’est pas absente des parties précédentes mais a souvent plus d’importance dans les ethica ;

– le passage au « nous » ou l’insistance sur ce « nous » ecclésial marqué par la présence du pronom ἡμεῖς (arg., hom. 1, 4, 9, 10, [11], 13), parfois avec un καὶ (arg., hom. 1) ou un δὲ (hom. 4, 10), significatif du processus d’actualisation ou de transposition de la situation exégétique ancienne à celle des auditeurs de Chrysostome ; dans l’hom. 11, ce passage est annoncé dans la phrase précédente (καὶ ἡμῶν τὴν ἀποστροφὴν) ;

– l’emploi de verbes à la 2e personne (hom. 4, 8, 12) accentuant, dans ce cas de transition comme dans d’autres, la vivacité du discours ;

– les maximes générales dont le thème est ensuite développé (hom. 5, 8, 14, 15).

Aucun de ces « marqueurs », il faut le reconnaître, ne suffit à lui seul, ni même en combinaison, à signaler le début d’un ethicon. En ce sens, ma démonstration est vaine ; dans cette enquête inchoative, qui serait à poursuivre sur des centaines d’autres homélies, il n’en est pas moins intéressant d’inventorier et de catégoriser les caractéristiques que les débuts d’ethica revêtent.

La longueur proportionnelle des ethica

Un constat plus précis peut en tout cas facilement être fait concernant la longueur proportionnelle des ethica, dont on sait qu’elle est aussi variable que potentiellement importante. Je l’ai calculée en fonction du nombre de mots dans l’édition de Field et ai mis dans la colonne de droite du tableau ci-dessus les résultats en pourcentage du nombre total de mots de chaque homélie. La variation est ample, puisque le nombre maximum de mots pour les ethica dans ces Homélies est de 2221 (hom. 9) et le minimum de 720 (hom. 3), et que, en proportion, cela varie de 62,1% (hom. 5) à 25,2% (hom. 3). Décidément, les ethica ne sauraient être considérés comme de simples annexes dans le propos du prédicateur, puisqu’en moyenne ils occupent près de la moitié de son discours, et parfois plus encore. L’un de ces chiffres illustre bien ou confirme s’il était besoin une remarque déjà faite par P. Allen et W. Mayer, « Chrysostom and the preaching of homilies in series: A re-examination of the fifteen homilies In epistulam ad Philippenses (CPG 4432) », Vigiliae Christianae 49 (1995), p. 277-278 : « The argumentum […] is unique in its progression from comments of an introductory nature to direct moral exhortation ».

Une remarque doit être faite encore sur l’hom. 8, où de manière plus nette qu’ailleurs l’on trouve au sein de l’« ethicon » un retour substantiel à l’exégèse suivie (en l’occurrence sur Ph 2, 15-17, en 491 mots, soit 17,6%), avant le passage à la parénèse finale, introduite par Χαίρωμεν τοιγαροῦν καὶ ἡμεῖς. Ce qui invite à prendre la proportion globale de 56% avec discernement, sinon à la réduire à 48,4%.

La « morale » de l’histoire, si je puis dire, est que, dans ces Homélies comme sans doute dans d’autres, les ethica sont une réalité qui ne doit pas être ignorée, même si elle revêt diverses formes ou configurations et que celles-ci ne lui sont pas forcément spécifiques. À l’évidence, l’édition des Sources Chrétiennes, qui comportera ses propres sous-titres en français, ne va pas intégrer les titres d’ethica dans le texte ni dans la traduction, mais il semble opportun de prévoir à l’endroit voulu, mieux qu’une mention dans l’apparat critique dans lequel le paratexte n’a pas tout à fait sa place, une note signalant ces titres d’ethica et offrant avec une traduction la forme la plus répandue en grec. De cette manière, d’un côté le texte serait respecté et, de l’autre, la lecture pourrait se faire dans la continuité de celle qui a été pratiquée pendant des siècles.


1 réflexion sur « Début et longueur des ethica dans les Homélies sur la Lettre aux Philippiens de Jean Chrysostome »

  1. Ping : Début et longueur des ethica dans les Homélies sur la Lettre aux Philippiens de Jean Chrysostome – Les moissons d'hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.