Le Quod Christ sit Deus attribué à Jean Chrysostome : la thèse d’Anthony Glaise, soutenue le 21 novembre 2020

Avec succès, Anthony Glaise a soutenu samedi 21 novembre 2020, pour obtenir le grade de Docteur de l’université de Tours dans la discipline des Lettres classiques, sa thèse intitulée : Le Quod Christus sit Deus attribué à Jean Chrysostome (CPG 4326) : édition, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs de thèse, Bernard Pouderon (Univ. de Tours) et Brigitte Mondrain (EPHE), ainsi que de Catherine Broc-Schmezer (Univ. Lyon 3), Diane Cuny (Univ. de Tours), Sébastien Morlet (Univ. Paris-Sorbonne), Martin Wallraff (Ludwig-Maximilians Universität, Munich) et moi.

La thèse se présente en 2 volumes. Le premier comporte, sur 466 pages, une étude en 4 parties : 1° Le Sitz im Leben (authenticité, style, datation, vie religieuse à Antioche, dimensions polémiques, importance des citations bibliques), 2° La tradition manuscrite, 3° La postérité (éditions et tradition indirecte), 4° La traduction en français avec annotation ; en fin de volume figurent bibliographie, annexes et index biblique. Le volume II, de 86 pages, offre l’édition critique du texte.

A. Glaise, recensant une masse impressionnante de parallèles chrysostomiens, plaide pour l’authenticité. S’appuyant notamment sur un passage de Socrate situant vers le début de la période antiochienne un « Logos contre les juifs » – au lieu des logoi au pluriel attendus pour la « série » Adversus Iudaeos –, il émet l’hypothèse d’une datation vers 380. Tout en défendant l’idée que malgré son inachèvement l’écrit n’a pas de partie manquante qui serait adressée aux juifs et que le titre originel est celui qui vise les seuls Grecs, il reconnaît en fait pour destinataires réels moins ces derniers que les juifs et certains groupes de chrétiens. Analysant le très riche matériau biblique, il replace le texte dans la lignée des testimonia et de la tradition littéraire apologétique, en reprécisant l’influence de la Démonstration évangélique d’Eusèbe.

Dans les deux parties suivantes, dont les acquis seront particulièrement profitables désormais pour les spécialistes, il reconstitue l’histoire du texte à travers l’analyse fouillée de 16 manuscrits à partir du 9e siècle, et celle des principales éditions latines, puis grecques. Il s’intéresse de surcroît à la postérité littéraire à travers plusieurs œuvres : les Adversus Iudaeorum observationes au 12e s. (avec un passage transcrit en annexe), la Chaîne sur l’Évangile de Luc de Nicétas d’Héraclée (mort après 1117), les écrits de Thomas d’Aquin (dépendant de Nicétas) au 13e s. et les Capita decem pro divinitate Christi de Charitonyme Hermonyme au 15e.

Le texte critique, fondé sur la collation de très nombreux manuscrits – tous, sauf deux, tardifs, qui pourront être consultés ultérieurement –, prend prioritairement appui sur le plus ancien, qui, avec le soutien de 2 ou 3 autres, prodigue un texte exempt des retouches que l’on constate dans une autre partie de la tradition. Ainsi se trouvent dépassées, et de loin, les éditions précédentes, y compris celle de N.G. McKendrick (1966).

Les membres du jury ont discuté, parfois âprement, tous les aspects de ce travail, qui, entre autres mérites, ne manquera pas de susciter un regain d’intérêt pour cette œuvre très singulière.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.