Une découverte passée inaperçue, ou le charme discret de l’editio Parisina altera

par Guillaume Bady

En 1957, Antoine Wenger[1] écrivait à propos des onze homélies nouvelles de Jean Chrysostome[2], dont Montfaucon a publié l’édition princeps en 1738[3] :

Les critiques qui se sont occupés avec bonheur de l’examen interne des homélies n’ont pas réussi à retrouver le manuscrit qui a servi à l’édition. Après avoir retrouvé la copie de Montfaucon dans l’actuel Paris supplément grec 555, j’ai fini aussi par découvrir le manuscrit lui-même dans le fonds Ottoboni de la Bibliothèque vaticane. C’est l’actuel Ottoboni grec 431.

Un triple mérite revient donc à A. Wenger : la découverte du Stavronikita 6 (qui a notamment permis de connaître un manuscrit plus complet, faisant passer la série à quinze homélies), l’identification du Paris supplément grec 555 et celle de l’Ottoboni grec 431.

Or, l’assomptionniste travaillait, comme tout bon patrologue, avec la Patrologie grecque de Migne, dont le tome 63, paru en 1862, reproduit pour l’essentiel l’édition de Montfaucon. Mais à y regarder de près, le texte de la PG ne coïncide pas avec cette dernière.

Un exemple suffira peut-être: le morceau de l’homélie 14 qui, dans l’Ottobonianus, est venu se glisser au milieu d’une lacune de l’homélie De Eleazaro et septem pueris (= homélie 11 chez Montfaucon, 13 dans le Stavronikita 6), mais que Montfaucon, sans comprendre qu’il y avait interpolation, a édité au milieu de l’homélie De Eleazaro. En l’examinant, on constate plusieurs différences :

  • PG 63, col. 528, lignes 42-43 : *** καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ αὐτοῦ· διὸ καὶ ἔλεγεν, ὅτι ἀπεστάλη   ≠   Montfaucon, t. XII, p. 399 : a καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ, ὅτι ἀπεστάλη (omission de αὐτοῦ διὸ καὶ ἔλεγεν) ; on notera en passant que la lacune, remarquée par Montfaucon dans la note a, est signalée aussi dans le texte grec de la PG par trois astérisques.
  • PG 63, col. 529, ligne 26 : Ποῦ τῶν ῥημάτων ὁ κόμπος;  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Ποῦ τῶν ῥημάτων κόμπος; (omission de ὁ)

Si l’on consulte les manuscrits, on constate que le texte du Paris supplément grec 555, f. 103v-105, a été parfaitement reproduit dans l’édition de Montfaucon, qui a tout de même opéré sans le dire deux corrections, dont une très mineure :

  • Paris supplément grec 555, f. 104 : οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : οὐδὲ μόνον οὐκ ἀσϑενές. La correction figure bien en PG 63, col. 529, ligne 8.
  • PG 63, col. 529, ligne 45 = Paris supplément grec 555, f. 105 : Τί ἐστιν ἐμώρανε  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Τί ἐστιν ἐμώρανεν (ajout du nu éphelcystique).

Qu’en est-il à présent du Stavronikita 6, f. 134-135, et de l’Ottobonianus, f. 236rv ? Tous deux confirment à chaque fois le texte de la PG, à deux exceptions près :

  • la leçon οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές que leurs copistes n’ont pas jugé utile de corriger;
  • καὶ τῇ διανοίᾳ est « omis », car en fait ce sont des mots appartenant à l’homélie De Eleazaro avant la lacune de l’Ottobonianus qui se situe après le f. 235. Cette petite erreur remonte sans doute moins au copiste du Paris supplément grec 555 – c’est-à-dire l’un des deux correspondants de Montfaucon que celui-ci cite dans sa préface : Pierre Maloet et son assistant, Joseph Avril –, qu’à Montfaucon lui-même : celui-ci, écrivant en marge inférieure la note ad locum qui se lit encore aujourd’hui dans la PG (Haec amanuensis lapsu uitiata forte uideantur ; sed stare posse puto lectionem), a ajouté dans le texte, au-dessus de la ligne, une croix et l’appel de note « a » (répété en marge) avant καὶ τῇ διανοίᾳ, et non après; il est vrai que, n’ayant pas l’Ottobonianus sous les yeux, il ne pouvait deviner très précisément où commençait la lacune qu’il suspectait.

Le mérite de ce texte amélioré tel qu’on le lit dans la PG revient en fait à Théobald Fix, qui a préparé avec Luis de Sinner et Friedrich Dübner l’editio Parisina altera, emendata et aucta, parue en 13 tomes chez les frères Gaume, à Paris, de 1834 à 1840[4]. En l’occurrence, au tome XII paru en 1839, p. 551-552, on trouve bien le texte qui, astérisques compris, a servi de modèle à la PG. Et à la page 457, Fix a ajouté au monitum de Montfaucon, entre crochets, cette précision : denuo Vaticanum codicem conferri curavimus (« nous avons pris soin de collationner le manuscrit du Vatican à nouveaux frais »).

Le savant – ou l’un de ses collègues – avait donc retrouvé la source de Montfaucon, sans livrer plus de détail à son sujet que le mauriste !

[1] A. Wenger, Jean Chrysostome. Huit catéchèses baptismales inédites, Sources Chrétiennes 50, Paris, 1957, p. 17-18. Voir aussi, du même, « La tradition des œuvres de saint Jean Chrysostome », Revue d’études byzantines 14 (1956), p. 33 : « Depuis Matthaei [en 1792] jusqu’à Dom Baur [en 1929 et 1930], dernier en date des critiques qui ont traité de cette collection, tous les auteurs se sont contentés comme base textuelle de l’édition de Montfaucon sans avoir tenté, semble-t-il, de retrouver le manuscrit original du Vatican. » Suit, p. 333-37, l’extraordinaire et magistrale description de l’enquête qui a permis à A. Wenger d’identifier l’Ottobonianus.

[2] CPG 4441.

[3] B. de Montfaucon, S. P. N. Joannis Chrysostomi archiespiscopi Constantinopolitani opera omnia quæ exstant, t. XII, Paris, 1738.

[4] Voir à ce sujet mon article, « L’editio Parisina altera des œuvres de Jean Chrysostome et la Patrologie grecque de Migne », Eruditio antiqua 4, 2012, p. 1-17.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.