L’homélie In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352) publiée par Leone Allacci en 1629 : une « fake new » ?

Par Pierre Augustin (IRHT, Paris)

En 1629, Leone Allacci publie à Lyon, chez Laurent Durand, en appendice au Commentarius in Hexaemeron (CPG 3393) du Ps.-Eustathe d’Antioche, dans un volume qui donne pour la première fois au public l’ensemble des témoignages sur le prédécesseur de Jean Chrysostome, et en particulier son traité sur la nécromancienne d’Endor (Syntagma de Engastrimytho, CPG 3350), le texte grec intégral de l’homélie chrysostomienne In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352), accompagné d’une traduction latine :

S. P. N. Eustathii archiepiscopi Antiocheni, et martyris, In Hexahemeron Commentarius : ac De Engastrimytho dissertatio aduersus Origenem. Item Origenis De eadem Engastrimytho, an uidelicet anima ipsa Samuelis fuerit uere euocata incantationibus Pythonissae, de qua I. Reg. cap. 28. Leo Allatius primus in lucem protulit, Latine uertit, notas in Hexahemeron adjecit, dissertationem de Engastrimytho syntagmate illustrauit, Lugduni, sumptibus Laurentii Durand, 1629, Ière partie, p. 95-111.

[en ligne]

https://books.google.fr/books?id=SlDQ46D-K-kC&hl=fr&pg=RA1-PA95#v=onepage&q&f=false

Cette publication, dont Allatius n’indique pas la source, semble avoir échappé à l’attention des Bollandistes, qui ne la mentionnent pas dans leur BHG. Comment expliquer cette omission ?

Un indice nous est donné par la traduction latine dont Allatius accompagne le texte grec (inc. Sapiens uir quidam, & philosophandi peritus, qui rerum humanarum naturam accuratè didicerat), qui est manifestement empruntée à l’édition antérieure de son confrère Fronton du Duc :

– soit à l’édition princeps, parue à Bordeaux en 1601, où l’homélie est en quatrième position :

S. Ioannis Chrysostomi Archiepiscopi Constantinopolitani Panegyrici Tractatus XVII. Sanctis Apostolis, Martyribus, & Patriarchis dicti, nunc primum Graecè & Latinè in lucem editi opera Frontonis Ducaei Burdigalensis, Societatis Iesu Professoris Theologi. Adiectae sunt eiusdem Notae, quibus interpretationis aut correctionis ratio redditur, Burdigalae, Apud Simonem Millangium, Typographum Regium, CIƆ.IƆC.I [= 1601], Tractatus 4 p. 91-119 [texte et traduction latine, avec double numérotation]

[en ligne]: https://books.google.fr/books?id=B5PHpJz1zRgC&lpg=PP5&ots=7FLWu6IW95&dq=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&hl=fr&pg=PP5#v=onepage&q=%22Panegyrici%20tractatus%20XVII%22&f=false

– soit, plus vraisemblablement, à la réédition parisienne de 1609, ou à sa réimpression de 1621, dans lesquelles l’homélie se trouve désormais à la cinquante-deuxième place :

Sancti Patris nostri Ioannis Chrysostomi archiepiscopi Constantinopolitani ad populum Antiochenum, aduersus Iudaeos, de incomprehensibili Dei natura, de Sanctis, deque diuersis eiusmodi argumentis, Homiliae LXXVII. Nunc primum Graece et Latine coniunctim editae…, Lutetiae Parisiorum, Typis Regiis, apud Claudium Morellum, uia Iacobaea, ad insigne Fontis, M.DC.IX. [= 1609, réimpr. 1621], LII, p. 643-653.

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k854791k/f669.image (éd. de 1609)

Par conséquent, il est vraisemblable que le texte grec publié par Allatius soit également repris à Fronton du Duc. Plutôt que d’une édition à part entière, il s’agirait donc seulement d’une réimpression sans mention de source…

Après tout, Savile avait bien, lui aussi, repris le texte de Fronton du Duc, non sans faire directement collationner l’édition bordelaise de 1601 sur le ms. München, BSB, gr. 31, ff. 319v-325 [a. 1546 ; CCG II, n° 44 ; MF IRHT n° 34026 ; voir Savile VIIIb, col. 741, note à Savile V, 628-633 : hom. 93], ce qui, disons-le en passant, explique l’absence de cette homélie dans les transcriptions tirées de la source unique du savant jésuite, le ms. Paris, BNF, gr. 759, et conservées dans le Liber N des archives de Savile : Oxford, BL, Auctarium, E. 3. 12.

Quant à Montfaucon, il adoptera explicitement la traduction latine de Fronton du Duc [S. P. N. Joannis Chrysostomi Opera omnia…, II, Paris, 1718, p. 603], après collation du ms. Paris, BNF, gr. 759 (olim Medic.-Reg. 2343), ff. 349-354 (10e-11e s., au 21 février), ainsi que de deux autres témoins parisiens : Paris, BNF, gr. 748 (olim Colbert. 970), ff. 248v-255v (11e s.), et gr. 1197 (olim Fontebl.-Regius 2029), ff. 69-76v (12e s., au 5 juillet), par son confrère Dom François Mesanges (voir : Paris, BNF, Suppl. gr. 436, ff. 295, 310v-311, 615).

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722013n/f353.item (gr. 759)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721893n/f252.item (gr. 748)

[en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10722214v/f72.item (gr. 1197)



Citer ce billet
Guillaume Bady (2019, 7 février). L’homélie In S. Eustathium Antiochenum (BHG 644 ; CPG 4352) publiée par Leone Allacci en 1629 : une « fake new » ? Chrysostomos. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrw3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.