Les deux traductions slaves complètes des homélies de Jean Chrysostome sur les statues et leurs sources grecques: conférence d’Aneta Dimitrova au séminaire TeTra

Aneta Dimitrova (Université de Sofia, “St. Kliment Ohridski”) est intervenue au séminaire TeTra (Text and Transmission Joint Research Seminar) de la Katholieke Universiteit Leuven jeudi 11 avril 2024. L’enregistrement de la conférence vient d’être mis en ligne sur la chaîne youtube de TeTra.

Voici une traduction française du résumé anglais qui a été diffusé:

Les 21 Homélies sur les statues, prononcées pendant le carême de 387, comptent parmi les œuvres les plus célèbres de Jean Chrysostome. Elles sont souvent citées comme un exemple magistral de son éloquence, une première occasion pour le célèbre prédicateur de mériter son nom de “bouche d’or”. Les homélies sont importantes non seulement en tant que témoignage historique d’une période tumultueuse pour le peuple d’Antioche, mais aussi en tant que modèle de prédication et répertoire d’images vivantes et de procédés rhétoriques. Elles ont eu une réception longue et peu étudiée dans le monde slave médiéval. Les Homélies sur les statues, connues des Slaves sous le nom d’Andriantis, ont été traduites pour la première fois en slavon au début du Xe siècle, mais les manuscrits contenant le texte complet datent d’après le XVe siècle. La conférence s’est concentrée sur les deux traductions complètes en slavon du sud – la première (P) provenant de Preslav, en Bulgarie, au 10e siècle, et la seconde (A) provenant du Mont Athos aux 14e et 15e siècles. D’une part, les deux traductions sont très différentes, chacune d’entre elles portant les caractéristiques de son époque et de son style. Elles diffèrent par la langue et le contenu (la traduction A compte 22 homélies) et, surtout, de nombreuses divergences entre elles peuvent s’expliquer par des variantes de lecture dans les manuscrits grecs. Par conséquent, P et A ont eu des sources grecques différentes (qui n’ont pas été suffisamment étudiées non plus). D’autre part, il existe de nombreux passages où les deux traductions coïncident totalement. Même si le vocabulaire et la syntaxe sont différents, on peut affirmer que la seconde traduction (A) connaissait la première (P) et s’en inspirait généralement.

En grec, l’édition critique de ces homélies reste à faire, après les premiers travaux réalisés par Andrius Valevicius – sur un corpus de 24 homélies – il y a bientôt 25 ans.



Citer ce billet
Guillaume Bady (2024, 11 avril). Les deux traductions slaves complètes des homélies de Jean Chrysostome sur les statues et leurs sources grecques: conférence d’Aneta Dimitrova au séminaire TeTra. Chrysostomos. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w75j

Une réflexion sur « Les deux traductions slaves complètes des homélies de Jean Chrysostome sur les statues et leurs sources grecques: conférence d’Aneta Dimitrova au séminaire TeTra »

  1. Ping : Les deux traductions slaves complètes des homélies de Jean Chrysostome sur les statues et leurs sources grecques: conférence d’Aneta Dimitrova au séminaire TeTra – Les moissons d'hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.