La soutenance de thèse de Marie-Ève Geiger

Le samedi 3 février s’est déroulée une très belle soutenance de thèse à Lyon 2 : celle de Marie-Ève Geiger, sur Les homélies de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371) : projet d’édition critique, traduction et commentaire. Le jury était composé des deux directeurs, Olivier Munnich (Paris-Sorbonne) et Jean Schneider (Lyon 2), ainsi que de quatre autres membres : Catherine Broc-Schmezer (Lyon 3), Volker Drecoll (Tübingen), Brigitte Mondrain (EPHE), et Peter Van Deun (KU Leuven). On notera la place centrale occupée dans ce jury par Catherine Schmezer, qui en était la présidente : à travers elle, étaient représentés à la fois la communauté chrysostomienne et l’Institut des Sources chrétiennes.

Compétence, zèle et honnêteté. Tout au long de l’après-midi, le jury n’a pas tari d’éloges à l’égard de la candidate, qualifiée de « chercheur ouvert sur l’Allemagne et sur l’Europe » et de « chercheuse compétente et zélée », faisant la fierté de ses directeurs ! Ont ainsi été loués son honnêteté intellectuelle, son goût pour les manuscrits, son sens de la complexité des choses – l’amenant à exprimer ses conclusions avec prudence –, ou encore la fluidité de son écriture. Le zèle, qualité chrysostomienne par excellence, a tout particulièrement été mis en avant – un zèle perceptible tant dans l’immensité du travail effectué que dans la rapidité avec laquelle la thèse a été menée.

Codicologie, sondages etc. Dans ce climat marqué par l’admiration et l’affection, le jury ne s’est pourtant pas privé de discuter les résultats de la candidate. Une question a notamment fourni à toute la soutenance un fil conducteur : la pertinence des différents critères mis en œuvre pour parvenir à un texte sûr. Le débat concernait au premier chef la méthode des sondages (palliant l’absence de collation complète des 38 manuscrits) et la description codicologique (censée apporter d’autres éléments sur l’histoire du texte). L’ensemble de ces éléments a permis d’améliorer de manière substantielle le texte chrysostomien, notamment dans l’homélie 4. Le souhait, manifesté par les membres du jury, que la thèse donne lieu à une, ou même à plusieurs publications (englobant la description des manuscrits, l’édition critique et le commentaire), montre que cette recherche constitue un jalon important dans le renouvellement en cours des méthodes d’édition de textes chrysostomiens – renouvellement rendu nécessaire par le nombre important de manuscrits conservant chacune des œuvres encore à éditer.

Une juste récompense. De son côté, la candidate répondait avec beaucoup d’assurance, ne se laissant distraire ni par les critiques ni par les compliments : elle attendait poliment, et dès qu’on lui donnait la parole, s’empressait de répondre sur l’un ou l’autre des points avec clarté, concision… et passion. À l’issue de la soutenance, le jury n’a donc pu s’empêcher de décerner, au mépris des nouvelles normes administratives, ses plus vives félicitations, ajoutant au climat de louange et de joie. Il ne restait plus qu’à rejoindre les locaux des Sources chrétiennes pour célébrer, autour de mets régionaux apportés par sa famille, arrosés de bière et de vin d’Alsace, la nouvelle lauréate.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.