L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome

La séance du séminaire chrysostomien du 23 novembre 2022 a été consacrée à un exposé sur ce sujet par Mathieu Cuijpers, qui prépare une thèse à la KU Leuven sur les figures d’Abraham et de David dans les œuvres de Jean Chrysostome. Le texte en question (publié en PG 55, 565-575), dont il existe des versions latine, copte, arménienne et géorgienne, fait partie d’un groupe de trois homélies dont l’unité d’auteur et de contenu n’est pas assurée.

S’appliquant successivement à chacun des six segments de l’homélie, M. Cuijpers fait remarquer que de l’histoire de David n’avaient été retenus par le rédacteur que certains épisodes, à savoir ceux durant la jeunesse du roi : sa supériorité sur ses frères et sa victoire contre Goliath ; et ceux qui ont trait à son péché : l’enlèvement de Bethsabée et la rencontre avec le prophète Nathan. Cette sélection s’explique pour des raisons parénétiques, l’exhortation morale prenant appui sur l’exemple biblique. Ainsi la dichotomie entre l’exemplarité du David jeune et le vice de celui d’âge mûr permet à l’homéliaste de critiquer la conception antique de la vieillesse comme gage de sagesse, et de montrer qu’avec le temps s’accroît plutôt la propension au péché. À l’inverse, l’absence de l’épisode de la caverne se comprend par le fait que cette scène ne dépeint pas cette dichotomie et n’appuie donc pas le discours moral. L’auteur fait également un rapprochement mélioratif entre la volonté du jeune David de se retirer du monde pour s’occuper de son troupeau, et la mission pastorale et la vie ascétique chrétiennes. À travers l’exemple du jugement porté par les gens sur David pour son apparence, et non pour son cœur comme le fait Dieu à juste titre, l’auteur blâme la superficialité. Inversement, il décrit Bethsabée comme étant d’une grande beauté mais mauvaise à l’intérieur, renforçant ainsi son propos. Dans le même registre, la rivalité de David avec ses frères aînés et sa victoire inattendue sur Goliath donnent au prédicateur matière à vilipender la jalousie. Enfin, le péché du roi David et sa confrontation avec Nathan motivent la principale exhortation de l’auteur à la confession et à l’expiation des péchés, sur l’exemple de David dissimulant d’abord sa faute mais finissant par la reconnaître. L’homélie se termine sur une condamnation de la prostitution et de la lubricité, un encouragement à la pénitence et une défense du mariage, qui est selon l’auteur, s’appuyant sur la réciproque appartenance des corps entre les mariés exprimée en 1 Co 7,4, la solution cardinale pour se préserver de la débauche.

On trouve sur ce thème chez Chrysostome des similitudes : commentaire sur la jeunesse et la vieillesse, le renvoi à Paul concernant la vie conjugale, et certains choix de représentation de David (par exemple les deux auteurs attribuent à David des propos modérés face au roi Saül). Il y a aussi des similitudes syntaxiques et lexicales entre l’homélie In Ps 50 I et d’autres homélies de Chrysostome, dont : Contra ludos et theatra, In illud : Propter fornicationes uxorem, et De paenitentia homiliae 1-4 et 6. Cette réutilisation de formulations et de thèmes chrysostomiens, en tant qu’elle est excessive, fait pencher selon M. Cuijpers pour une origine pseudochrysostomienne. Des parallèles avec Léonce de Constantinople et, surtout, Basile de Séleucie vont aussi dans ce sens.

L’abondance d’influences stylistiques de la littérature antique (Plutarque, les Progymnasmata de Libanius, Achille Tatius, etc.) est un autre critère, en particulier l’ekphrasis, cette capacité à mettre un texte en image pour faire du lecteur un spectateur, et la présence de nombreuses métaphores. M. Cuijpers compare ainsi écriture et peinture et qualifie même l’approche de romanesque. Cette réappropriation des codes de la littérature antique apparaît non seulement comme novatrice au sein de la tradition littéraire paléochrétienne, et réussie car offrant à l’homélie un aspect pittoresque attrayant, mais semble dépasser l’inspiration chrysostomienne.

Ce billet est un résumé d’un compte rendu rédigé par Anthony Rostand

Voir l’article publié depuis (le 19 janvier 2024) par M. Cuijpers: “Shaping Mind and Model: John Chrysostom’s Method of Exemplification in De Davide et Saule I“, Vigiliae Christianae, 2024, p. 1-22.



Citer ce billet
Guillaume Bady (2023, 25 janvier). L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome. Chrysostomos. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrx1

Une réflexion sur « L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome »

  1. Ping : Protégé : L’homélie pseudochrysostomienne In Psalmum 50 I sur David et Bethsabée (CPG 4544) et ses parallèles dans l’œuvre de Chrysostome – Les moissons d'hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.