La proairesis chez Jean Chrysostome : une soutenance de thèse à Rome

« Vivre est un art. Origines, définitions et usages de la notion de προαίρεσις chez Jean Chrysostome »

C’est sous ce titre que, le 27 octobre 2022, dans l’aula de la faculté de théologie de l’Athénée pontifical S. Anselmo à Rome, M. Alexandre Etaix a soutenu une thèse de doctorat sur le concept de προαίρεσις chez Chrysostome. En présence d’un public averti et présidé par le doyen de la théologie le P. Fernand Rivas (osb), le jury était composé du directeur de thèse, le P. Matteo Monfrinotti, du premier censeur le P. Ubaldo Cortoni (osb cam) et du deuxième censeur, sr Maria Luciana Tartaglia (osb). De manière originale, le candidat a abordé l’un des thèmes les plus importants développés par Chrysostome, celui de la volonté délibérée. Riche en résonances philosophiques et d’une grande pertinence, il est le fondement du libre choix humain dans le domaine moral. À la fin d’une discussion riche et animée, la thèse de M. Etaix a été approuvée summa cum laude et, moyennant le consentement du directeur de la thèse, encouragée à la publication.

Selon l’auteur, le titre choisi – « Vivre est un art » – a voulu rendre compte de la dimension existentielle de cette notion, définie par l’Antiochien comme un « mouvement qui vient de nous-mêmes et qui va vers là où nous voulons ». Loin d’être une faculté abstraite, elle est un fait actuel, c’est-à-dire la dynamique d’un acte en cours, celle d’une vie humaine concrète. Aussi le mot est-il apte à désigner une créature, libre et unique, dans son individualité la plus irréductible.

Ce titre tenait aussi à mettre en valeur une belle métaphore : Chrysostome n’hésite pas à comparer Dieu à un artiste peintre qui aurait le souhait de transmettre tout son art et son savoir-faire à son fils, l’homme. Et ce dernier n’a qu’une seule œuvre à produire : lui-même. Chrysostome affirme que cet art s’accomplit uniquement dans l’exercice de sa προαίρεσις ; par elle, il achève la création qu’il est en façonnant l’être qu’il devient. Et s’il veut accomplir une œuvre admirable, le modèle que l’homme doit suivre est l’inouïe libéralité divine, dont lui-même a bénéficié en recevant de Dieu le don de sa propre liberté.

Sergio Zincone, Professeur émérite de littérature chrétienne ancienne à l’université La Sapienza (Rome) (traduit de l’italien par A.E.)

 

 

 



Citer ce billet
Pierre Molinié (2022, 16 décembre). La proairesis chez Jean Chrysostome : une soutenance de thèse à Rome. Chrysostomos. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mrwy

Une réflexion sur « La proairesis chez Jean Chrysostome : une soutenance de thèse à Rome »

  1. Ping : La proairesis chez Jean Chrysostome : une soutenance de thèse à Rome – Les moissons d'hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.