Deux inédits pseudo-chrysostomiens sur Job: thématique, sources, problèmes

La deuxième séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 6 décembre 2018 de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Sergey Kim.

La présentation se portera sur deux textes inédits pseudo-chrysostomiens. Une thématique commune unit les deux textes, celle des souffrances et de l’exploit religieux du patriarche vétérotestamentaire Job. La première homélie, découverte par S. Kim dans un manuscrit du XVIe siècle conservé aux Météores, parle de Job en empruntant les images du Physiologus. Le deuxième texte, l’homélie sur Job et Abraham, CPG 4999, conservé dans le ms. Basel, Universitätsbibliothek, B II 15, de la fin du IXe siècle, présente des liens intéressants avec l’homélie De beato Abraham, CPG 4514, dans son original grec, mais – d’une manière assez étrange – pas avec la version arménienne de la cette dernière! Les deux textes seront analysés sur la base des épreuves élaborées en vue d’une parution à venir dans les périodiques Byzantion et Analecta bollandiana.

Vers l’édition de nouvelles homélies pascales attribuées à Jean Chrysostome

La première séance du séminaire d’HiSoMA « Jean Chrysostome: édition et histoire des textes » aura lieu le jeudi 15 novembre de 14h30 à 16h30 aux Sources Chrétiennes, 22 rue Sala, 69002 Lyon. Elle sera assurée par Guillaume Bady. En voici l’annonce:

Michel Aubineau annonçait en 1973 « l’édition d’une douzaine de pièces attribuées à Chrysostome » qu’il projetait peut-être de publier comme une suite des Homélies pascales publiées l’année précédente aux Sources Chrétiennes (SC n°187).
Une partie de ce projet est en cours de préparation aux Sources Chrétiennes. Après une rapide présentation des textes, seront exposées les raisons de leur choix, puis la complexité de leur histoire sera illustrée à travers l’édition synoptique des multiples avatars du Sermo catecheticus in pascha (CPG 4605) dans la tradition manuscrite.

L’affiche est disponible sur le site d’HiSoMA: https://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/seminaires-de-recherche/jean-chrysostome-2018-2019

Actualités chrysostomiennes 2018 (Lyon, Sources Chrétiennes, 30 mai)

L’édition 2018 de la rencontre « Actualités chrysostomiennes » a eu lieu le mercredi 30 mai, de 11h à 17h, à l’Institut des Sources Chrétiennes, à Lyon, et a réuni 18 chercheurs.

Cette session 2018 des « Actualités chrysostomiennes » s’est déroulée en hommage à Gilberte Astruc-Morize. A posteriori, on peut comprendre que sa venue à la réunion de 2016 était peut-être motivée par le désir de rencontrer ou de revoir ceux qui allaient peut-être réaliser son dessein alors secret. Dix ans avant sa mort, en effet, elle avait déjà prévu de faire un legs à l’Institut des Sources Chrétiennes, avec le souhait de favoriser l’édition des séries pauliniennes de Jean Chrysostome. Le legs a d’ores et déjà permis d’organiser cette journée « Actualités chrysostomiennes » et d’embaucher deux brillants collaborateurs en contrat à durée déterminée, Chiara Spuntarelli et Emanuele Castelli, en vue, respectivement, de l’édition critique des panégyriques d’Ignace, Eustathe et Mélèce, et de celle des Homélies sur l’obscurité des prophéties.

La réunion s’est déroulée en deux temps principaux: nouveautés bibliographiques et annonces diverses (non exhaustives! Le présent compte rendu se limite aux informations qui ont été partagées); questions d’édition critique et projets.

Nouveautés bibliographiques et annonces diverses

Pierre Augustin : présentation du volume VIII des Codices Chrysostomici Graeci.

Codices chrysostomici graeci VIII. I. Codices Ancyrae et Constantinopolis descr. Francesca P. Barone ; II. Addenda et Corrigenda ad volumina I-IV curauit Sever J. Voicu (Documents, Études et Répertoires 88), Paris, CNRS Éditions, 2018.
« La première partie, due à Francesca P. Barone, chargée de recherche à l’IRHT, décrit 94 unités (présence des n° 12b et 13b) et 16 nouveaux « appendices » (centons chrysostomiens non encore décrits dans les précédents volumes) dans deux bibliothèques d’Ankara et surtout dans les trois fonds de la bibliothèque du Patriarcat, à Istanbul : la Panaghia Kamariotissa, la Sainte-Trinité et l’Ecole théologique ; la seconde, due à Sever J. Voicu, scriptor émérite à la Vaticane, est une mise à jour, notamment bibliographique, sur les quatre premiers volumes des CCG. Sont décrits in fine 47 « appendices », dont 15 insuffisamment décrits dans les quatre premiers volumes et 32 « appendices noui ». »
Le prochain projet CCG porte sur les fonds mineurs de la Biblioteca Apostolica Vaticana (tous les fonds sauf les Vat. gr.). Le travail a été commencé par Sever J. Voicu et Alessandro de Blasi.

Sergey Kim (par Skype) : présentation de ses dernières publications

– S. Kim (avec la participation de P. Augustin), « Le sermon ps.-chrysostomien De remissione peccatorum (CPG 4629) dans son original grec et une ancienne version copte bohaïrique », Journal of Coptic Studies, 20, 2018, p. 81-149.
Il s’agit d’une homélie parmi les 38 attribuées par Sever J. Voicu au « pseudo-Chrysostome cappadocien ». Sergey Kim a préparé l’édition du grec et du copte (travail commencé à Bâle avec Matthias Müller ; base manuscrite copte du IXe s. ; possibilité d’un passage par le saïdique, suite à la destruction de la bibliothèque de Nitrie pour laquelle l’higoumène a ensuite commandé une série de traduction vers le bohaïrique ; pour le grec, une édition critique basée sur plusieurs manuscrits). P. Augustin, qui a écrit le commentaire et a rédigé quelques sections de l’introduction, réaffirme l’importance de cette homélie à deux points de vue :
« 1) pour l’évolution du système de lectures liturgiques (Prophètes, Apôtres, Évangile). Ici, on revient à deux reprise sur la lecture du Nouveau Testament, empruntée à l’Évangile selon S. Matthieu : La parabole de la brebis égarée (Mt. 18, 12-14) et la correction fraternelle et le pardon des offenses (Mt. 18, 15-20) ;
2) pour l’histoire de la pratique pénitentielle de l’Église ancienne : on est frappé par l’insistance de l’auteur sur les “canons ecclésiastiques” et par les allusions à l’initiation baptismale : le prédicateur, qui s’adresse à des διδάσκαλοι, peut-être Constantinople, souligne l’importance de la catéchèse qui ouvre l’esprit à l’interprétation trinitaire de l’Évangile, des exorcismes qui délivrent, mentionne la réintégration des pénitents au sein de la communauté ecclésiale. Enfin, l’exégèse ἐν μυστηρίῳ (on est tenté de dire “mystagogique”) de Mt 18, 15-20, avec l’évocation de la « semaine cosmique », rappelle un texte de S. Basile. Ces éléments, entre autres (nombreux parallèles littéraires), confirment l’attribution du texte au « Ps.-Crisostomo Cappadoce » (Sever J. Voicu). »

– S. Kim, « Ps. John Chrysostom. The Sermon « In illud: Nemo bonus nisi solus Deus », CPG 4916 », Богословские труды 47–48 (2018), p. 11-37.
Un texte pseudo-chrysostomien inédit publié sur la base de quatre manuscrits.

– Kim, « Severianus Gabalensis. In illud: Secundum imaginem et similitudinem (Gen. 1, 26), CPG 4234 / Introduction, еditio princeps, Russian translation by S. Kim », Богословский вестник. 24-25. 2017. С. 468-527.
Il s’agit de l’un des derniers textes « inédits » de Sévérien de Gabala.

Autres références bibliographiques

 – Alain Delattre et Catherine Louis, « Un fragment copte du Post reditum a priore exilio de Jean Chrysostome (CPG 4398) découvert à Antinoopolis », Analecta Papyrologica 29 (2017), p. 113-118.
Résumé de P. Augustin : « Notre nouvelle collègue coptisante, Catherine Louis, étudie en ce moment un certain nombre de fragments coptes attribués à Chrysostome. En février 2017, lors d’une fouille sur le site d’une basilique à la porte d’Antinoopolis, on a retrouvé, parmi 200 fragments de papyrus appartenant probablement à un même codex, un feuillet contenant un passage de l’homélie Post reditum a priore exsilio (CPG 4398), dont la tradition grecque est très ténue : essentiellement un témoin du XIe siècle, Vat. gr. 450 (ff. 334r-335v) et sa copie, par Louis-Emery Bigot au XVIIe siècle, Paris. gr. 3087 (ff. 6-10), ainsi qu’un fragment palimpseste de Grottaferrata. Le texte grec, publié par Montfaucon (III, 1721, p. 424-425) et Gaume (III, p. 506-507) n’a pas été reproduit par Migne. Dans sa thèse de 2011, Emilio Bonfiglio, qui se fonde sur une analyse stylistique interne et sur l’examen de la tradition manuscrite, pense que cette homélie est authentique dans son intégralité, contrairement à d’autres homélies de l’exil. »

– P. Augustin (en collaboration avec A. Binggeli), « L’histoire du Sainte-Trinité 100, et ses fragments inédits des Passions de Phocas le Jardinier, de Sévérien, et de Fébronie », Analecta Bollandiana 135/I (2017), p. 63-100 (rédaction de l’« Appendice : La description du manuscrit par Samuel Slade en 1610 », p. 94-100).
Résumé de P. Augustin : « Dans le cadre du programme ANR i-Stamboul, identification d’un des mss probablement prêtés par le patriarcat de CP. à Samuel Slade, l’émissaire d’Henry Savile, lors de son séjour à Galata-Péra en janvier-février 1610, comme en témoigne sa notice autographe dans les archives de l’édition d’Eton : Oxford, BL, Auct. E. 3. 15 (ms. Q de Savile). »

Frauke Krautheim, Das öffentliche Auftreten des Christentums im spätantiken Antiochia. Eine Studie unter besonderer Berücksichtigung der Agonmetaphorik in ausgewählten Märtyrerpredigten des Johannes Chrysostomos (Studien und Texte zu Antike und Christentum 109), Tübingen, Mohr-Siebeck, 2018.
Résumé de M.-È. Geiger (qui l’étoffera sur le blog Chrysostomos) : « La première partie porte sur la sémantique des espaces publics à Antioche. La deuxième porte sur la métaphore de l’agôn dans les homélies sur les martyrs de Jean Chrysostome (Romain et Maccabées). La troisième partie correspond au titre de l’ouvrage et analyse l’utilisation de la métaphore agonistique dans la prédication chrétienne comme un « paradigme de transformation » (« Transformationsparadigma »). »

– Nathalie Rambault, en collaboration avec Richard W. Bishop: « Severian of Gabala, In ascensionem et in principium Actorum (CPG 4187). Introduction and Critical Edition », Sacris Erudiri LVI (2017), p. 113-182.
Résumé de N. Rambault : « L’homélie In ascensionem et in principium Actorum (CPG 4187) est importante à plusieurs titres. Source essentielle pour la liturgie de la fête de l’Ascension à Constantinople au début du Ve siècle, ce texte constitue aussi un témoignage indispensable pour l’histoire de l’exégèse des Actes des Apôtres. Il apporte en outre un éclairage sur le conflit entre Jean Chrysostome et Sévérien. Enfin, il permet de compléter nos connaissances sur la christologie de ce prédicateur. Cette édition critique offre pour la première fois le texte dans son intégralité. En effet, Bernard de Montfaucon en 1721 dont le travail a été repris dans la PG, n’a suivi qu’un seul manuscrit qui omettait une grande partie du sermon. Ce fragment manquant a été restitué à son auteur en 1978 par Judit Kecskeméti à partir de deux manuscrits parisiens. Notre édition est fondée sur huit témoins copiés entre le IXe et le XVe siècle. L’introduction évoque d’abord les recherches menées antérieurement, puis apporte de nouveaux arguments à la démonstration de Judit Kecskeméti concernant les relations entre le texte édité en 1721 et le fragment restitué en 1978. Ensuite sont examinés le lieu et la date de la prédication et le sermon est replacé dans l’ensemble de l’œuvre de Sévérien afin d’en faire ressortir les points communs. Enfin nous avons étudié l’histoire de la transmission du texte, sa tradition directe et indirecte ainsi que l’histoire des éditions. »

– Nathalie Rambault, en collaboration avec Pauline Allen: Jean Chrysostome, Panégyriques de martyrs (t. I), introduction, traduction et édition critique, SC 595, juillet 2018.
« Les cinq éloges de martyrs réunis dans le présent volume ont été prononcés par Jean Chrysostome (v. 349-407) à Antioche entre 386 et 397. Comme les deux textes consacrés au martyr Babylas (publiés en SC 362), ils portent témoignage du rôle exceptionnel joué par la métropole syrienne dans le développement et la diffusion du culte des martyrs au IVe siècle. Antioche possédait en effet de très nombreux martyria et accueillait des martyrs venus d’ailleurs, tels Romain, Julien, Barlaam et des martyrs égyptiens. Ces panégyriques, présentés ici avec une nouvelle édition critique, sont à situer dans leur contexte liturgique, mais aussi historique : ainsi, l’homélie Sur Juventin et Maximin témoigne de l’opposition des chrétiens, en 362-363, à la réforme religieuse de l’empereur Julien. Tout en prônant un complet renversement des valeurs terrestres au profit des célestes, le prédicateur n’hésite pas à esquisser un tableau très cru des souffrances subies pour en tirer de saisissants effets de contraste et des motifs de louange. Ces morceaux d’éloquence illustrent bien, de fait, la manière dont les auteurs chrétiens ont repris à leur compte le genre codifié de l’éloge civique pour célébrer leurs propres héros et protecteurs. »
Le t. II, qui comprendra De s. Pelagia virgine et martyre (CPG 4350 / BHG 1477), De Maccabeis, homiliae 1-2 (CPG 4354 / BHG 1008-1009), De ss. Bernice et Prosdoce (CPG 4355 / BHG 274), De s. Droside martyre (CPG 4362 / BHG 566), est en cours de préparation.

– Doru Costache et Mario Baghos (éd.), John Chrysostom: Past, Present, Future, Sydney, 2017.
Il s’agit de la publication des actes du St Andrew’s Patristic Symposium, qui s’est tenu à Sydney en septembre 2016 : https://chrysostom.hypotheses.org/128

– Le volume XCVI de Studia Patristica (2017), avec plusieurs contributions chrysostomiennes.
Voici un résumé de celle de P. Augustin (« Quelques sources parisiennes du Chrysostome de Sir Henry Savile », p. 157-173):
« L’étude des archives de Henry Savile, conservées à la Bodléienne, permet d’isoler, entre autres, trois dossiers parisiens et d’identifier leurs sources dans les mss de la bibliothèque du Roi (Fontainebleau) et de la Reine (Médicis). Les dossiers, reclassés, probablement à leur arrivée dans le fonds Auctarium, en fonction des volumes imprimés de l’édition d’Eton (1610-1613), témoignent en effet d’un classement antérieur selon l’origine des transcriptions. »

– Voir aussi le volume LXXXIII de Studia Patristica, consacré aux émotions, avec 13 contributions chrysostomiennes.

– Les mélanges Sever Voicu : Philologie, herméneutique et histoire des textes entre Orient et Occident. Mélanges en hommage à Sever J. Voicu (Instrumenta Patristica et Mediaevalia [IPM]. Research on the Inheritance of Early and Medieval Christianity 73), Turnhout, Brepols, 2017, avec plusieurs contributions chrysostomiennes. Parmi celles-ci, voici un résumé de celle de P. Augustin, « Note sur le plus ancien témoin grec du Sermo ad neophytos (CPG 4367) », p. 779-810 :
« Étude d’un fragment palimpseste en majuscule d’une catéchèse baptismale de Jean Chrysostome, rapporté de la Grande-Laure du Mont-Athos avec d’autres fragments grecs par l’archéologue chartrain Paul Durand. Contribution ponctuelle au programme sur Les manuscrits sinistrés de Chartres (Dominique Poirel et Claudia Rabel, IRHT). »

– G. Bady, « De uino modico : une version latine ancienne et un nouveau texte grec de la première homélie de Jean Chrysostome Sur les Statues », Rursus [En ligne], 10 (2017), mis en ligne le 30 août 2017, URL : http://rursus.revues.org/1161 DOI : 10.4000/rursus.1161. L’article, issu d’un travail fait pour le séminaire chrysostomien de 2005, a attendu longtemps sa publication… Voir la recension de J.-P. Bouhot.

– Les Actes du colloque de Leuven sur Jean Chrysostome et Sévérien de Gabala (7-9.11.2016), dont la parution est prévue pour 2019.

– Les Actes du colloque d’Athènes organisé par les Sources Chrétiennes en février 2018, avec les contributions de Catherine Broc-Schmezer et de Konstantinos Bozinis.

– Un recueil collectif, à paraître en 2019, comportera deux contributions chrysostomiennes : une d’Anthony Glaise, « ‘Nous prendrons les livres des juifs, qui ont crucifié le Christ’ : quelques remarques sur le Quod Christus sit Deus attribué à Jean Chrysostome (CPG4326) », une autre de Guillaume Bady, « L’antijudaïsme banalisé. Des homélies de Jean Chrysostome à leurs avatars : l’exemple du sermon inédit Sur le paralytique (CPG 4857) »

G. Bady, « La Bible dans les Catéchèses de Jean Chrysostome », à paraître dans les actes du colloque sur la Bible dans les catéchèses des 4e et 5e siècles, organisé à Strasbourg les 9-10 novembre 2017.

– Beaucoup de publications accessibles concernant Chrysostome sur academia.edu – mais beaucoup sont déjà habitués à consulter la page, très riche, de Wendy Mayer.

Note de Cyrille Crépey à propos d’un article de D. Costache (« Revisiting the Date of Chrysostom’s Homilies on Genesis », Journal of Theological Studies 68, 2017, p. 621-624).

« L’auteur de l’article s’appuie sur ce passage de l’homélie VIII où Chrysostome réfute l’exégèse anthropomorphite de Gn 1,26: « Mais ici ce sont d’autres hérétiques qui attaquent à leur tour, et qui cherchent à endommager les dogmes de l’Église, en disant: « Voici que (Dieu) a dit: ‘À notre image’ », et de là ils prétendent conclure que la divinité a une forme humaine. Or, ce pourrait bien être le comble de la démence que de réduire à une forme humaine celui qui n’a ni figure, ni forme, ni changement, et d’attribuer une figure et des membres à celui qui est incorporel ».
Pour D. Costache, ce passage ferait allusion à la querelle qui divisa certains moines d’Égypte en 401. L’auteur en conclut que les Homélies sur la Genèse, même si elles ont été prononcées à Antioche, auraient été mises par écrit à Constantinople après 401.
J’observe d’abord que si l’on suit le raisonnement de D. Costache, la question se poserait aussi pour les Homélies sur les Psaumes, qui contiennent un développement analogue (In Ps. Hom. VII, 11).
L’examen auquel j’ai procédé me conduit à observer que le rejet de l’interprétation anthropomorphite de Gn 1, 26 se trouve déjà, en termes très proches de ceux de Chrysostome, chez : Philon (De opificio mundi 69, OPA 1, p. 186-187), Origène (Hom. Gen. I, 13, SC 7bis, p. 57), Didyme (In Gen. 1, 26, SC 233, p. 142-143), et Basile de Césarée (Sur l’Origine de l’homme, I, 5-6, SC 160, p. 177-178), dont les œuvres sont antérieures, de plusieurs siècles pour les trois premières, aux événements de 401 !
À mon sens, la réfutation de l’exégèse anthropomorphite est simplement appelée par le texte biblique que Chrysostome s’attache à commenter, et il n’y a donc pas lieu d’établir un lien direct entre ce commentaire et les événements de 401. Je ne pense donc pas que l’on puisse trouver là un argument suffisant pour remettre en cause la datation habituelle des Homélies (388), ni pour introduire l’idée d’une rédaction ultérieure. »

(Note de Cyrille Crépey transmise par Pierre Augustin)

Annonces diverses

 – Le portail Trismégistos (https://www.trismegistos.org/), qui devrait servir de base de données pour les Pseudo-Chrysostomica, a été évoqué au colloque de Hambourg sur l’édition et le numérique. Sergey Kim rappelle l’importance de la transmission de ces textes en près de 14 langues anciennes, autant de sources encore peu exploitées.

Un numéro des Cahiers de Biblindex sera consacré à Jean Chrysostome. Plusieurs contributions sont déjà prêtes. D’autres peuvent encore être transmises dans les quelques mois qui viennent, pour publication en 2019.

– Sur Jean Chrysostome et Didyme l’Aveugle, Pierre Molinié lance un appel avec Marie-Ève Geiger (dont un article paraîtra prochainement à ce sujet dans les Cahiers de Biblindex). P. Molinié a eu l’occasion d’analyser quelques points de convergence entre ces deux auteurs dans leur lecture de la Deuxième épître aux Corinthiens, dans le cadre d’une communication à l’ACFEB (Lille). Si d’autres personnes trouvent des éléments allant dans ce sens, elles peuvent en faire part à P. Molinié et M.-È. Geiger.

– Le 4 juin, au colloque « Le combat de la chaire » organisé par Mickaël Ribreau à Paris (http://www.compitum.fr/evenements/tous-les-evenements/details/5124-le-combat-de-la-chaire), Catherine Broc-Schmezer a donné une communication sur « Qu’est-ce qui fait rire Jean Chrysostome ? »

– Le 5 juin a eu lieu au Centre Sèvres la soutenance du mémoire de Master de Benoît de Maintenant, « Étude des 88 homélies de Jean Chrysostome sur l’Evangile selon saint Jean : quels liens existent entre sa christologie et l’aumône ? », préparé sous la direction de Pierre Molinié.

– Rappel du travail de Jérôme Drouet (Master 2) sur « Les homélies Peccata fratrum non evulganda (PG 51, 353-364) et Non esse desperandum (PG 51, 363-372) de Jean Chrysostome : présentation, traduction et commentaire », EPHE, 21 septembre 2015, préparé sous la direction de Marie-Odile Boulnois.

Laurence Brottier, entre autres travaux en préparation, travaille à un ouvrage sur le thème du théâtre spirituel.

– Le 22 juin, au colloque « Les apparitions du Christ ressuscité dans l’exégèse patristique» organisé au Centre Sèvres à Paris, Catherine Broc-Schmezer et Pierre Molinié ont parlé respectivement de « L’exégèse de Jn 21 chez Jean Chrysostome » et de « Ils n’avaient pas encore compris l’Écriture. L’interprétation de Jn 20,9 et de quelques passages parallèles chez Jean Chrysostome ».

Chiara Spuntarelli fera bientôt paraître en Italie une étude comportant l’édition de CPG 4441.9 et 14 + 4418 In illud Isaiae

– Guillaume Bady annonce le report à l’automne prochain, et à à Sarajevo (18-21 octobre 2018) du colloque sur Jean Chrysostome qui devait avoir lieu à Bijeljina à l’automne 2017 : http://chrysostom.pbf.rs/. G. Bady a dû renoncer à y participer.

Homélies pascales: thèse en cours, à Edinburgh, de Mark Huggins (qui collabore avec Margaret Schatkin à l’édition de l’Adversus oppugnatores) comportant l’édition de l’homélie pascale CPG 4605. Article de Sergey Kim offrant l’édition et la traduction en russe de CPG 4853: « Свт. Иоанн Златоуст (Dub.). Проповедь на Пасху, CPG 4853. Издание и перевод [St. Jean Chrysostome (Dub.). Un sermon pascal, CPG 4853. Édition et traduction russe du texte grec ancien] », dans : Богословский вестник [Messager théologique] 12 (2010), p. 36-45 [en russe]. Au Chili en août 2017, Guillaume Bady a présenté, outre un exposé sur les Quinze homélies nouvelles, son projet de volume d’homélies pascales (il a édité et traduit CPG 2935, 4729, 4747, 4751, 4930, 4948, 5006, 5029) ainsi qu’une édition synoptique de CPG 4605, 3251, 5005 et 5098, dans le prolongement de sa communication lyonnaise de 2015 (« Temps, liturgie et comédie dans les homélies pascales inédites transmises sous le nom de Jean Chrysostome », dans É. Ayroulet, éd., Entre Passion et Résurrection, la descente du Christ aux enfers, Toulouse, 2017, p. 113-130)

– Guillaume Bady rappelle, d’après des échanges avec Margaret A. Schatkin, que depuis déjà un certain temps, sous sa coordination au Boston College, une équipe travaille à une nouvelle traduction anglaise des Homélies sur Matthieu.

– Toutes propositions de billets sur https://chrysostom.hypotheses.org sont BIENVENUES !

Projets, questions et perspectives autour des homélies de Jean Chrysostome, en particulier sur Paul

Guillaume Bady : legs de G. Astruc-Morize et  projets de publication pour les homélies de Jean Chrysostome sur le corpus paulinien.

Guillaume Bady a présenté une synthèse des projets d’édition en cours et une évaluation du corpus chrysostomien sur Paul (nombre de manuscrits recensés dans Pinakes, versions orientales dont la recension a été complétée en direct par S. Kim, traductions déjà existantes, nombre envisagé de volumes « Sources Chrétiennes »).

Wendy Pradels (par Skype): la publication de l’édition critique des homélies sur Tite et Philémon.

Dans sa thèse (Strasbourg, 1992), W. Pradels a tiré grand bénéfice de la thèse de Blake Goodall, The Homilies of St. John Chrysostom on the Letters of St. Paul to Titus and Philemon: Prolegomena to an Edition, University of California Publications in Classical Studies 20, Berkeley, University of California Press, 1979. Dans cette thèse, B. Goodall remercie d’ailleurs G. Astruc-Morize. L’édition de F. Field (1856) a certes marqué un grand progrès (distinction de deux familles, une version plus ancienne et moins polie, mais on ne peut pas non plus tout expliquer par des améliorations de copistes, dit W. Pradels). Mais il faut reprendre ce travail (quelques exemples ont été donnés lors de la séance) et prendre en compte le syriaque, qui montre l’ancienneté du texte « brut ». Comment traiter d’un point de vue éditorial cette différence de tradition (texte « brut » / texte « amélioré ») ? Et quelle est l’origine de la version longue? Sur le rôle des recensions, on peut consulter à ce sujet par ex. les articles de L. Brottier (« Remarques sur trois témoins de la tradition manuscrite des sermons Sur la Genèse de Jean Chrysostome : Monacensis gr. 352, Sinaiticus gr. 376, Parisinus gr. 775 », Revue d’Histoire des Textes, 27, 1997, p. 223-237) et P. Augustin (« Pour une histoire du texte de l’homélie chrysostomienne In kalendas (CPG 4328). Réflexions en marge d’une nouvelle édition », in Giovanni Crisostomo : Oriente e Occidente tra IV e V secolo, Rome, Istitutum Patristicum Augustinianum, 2005 (Studia Ephemeridis Augustinianum 93), p. 231-277) –, l’histoire du texte des Panégyriques de martyr t. I (SC 595) par N. Rambault – ainsi que les travaux de Filippo Ronconi sur la circulation des manuscrits. Il faut aussi prendre en compte le paratexte (titres d’ethica, …), pour essayer de comprendre comment se situe cette version longue.

Sur cette question précisément travaille Maria Konstantinidou, auteur d’une thèse, Prolegomena to an Edition of John Chrysostom’s Homilies on the Letters of Saint Paul to Titus and Philemon, Oxford University, Lincoln College, Faculty of Classics, 2001. P. Augustin signale d’elle aussi l’article intitulé « Opting for a Biblical Text Type: Scribal Interference in John Chrysostom’s Homilies on the Letter to Titus », in H. A. G. Houghton and D. C. Parker (ed.), Textual Variation: Theological and Social Tendencies ? (Texts and Studies, Third Series, Vol. 6), Piscataway [NJ], Gorgias Press, 2008 [XXVI – 184 p. ; 8 p. of indices], p. 133-148.

Des témoins non encore décrits sont aussi à analyser de plus près, comme le manuscrit Koutloumousiou 158, dont P. Augustin avait commencé la description sur microfilm.

Une discussion a suivi sur la production des homélies de Jean Chrysostome.

Au cours de la séance, Wendy Pradels a aussi évoqué son second grand projet chrysostomien, qu’elle a mené avec Rudolf Brändle et Martin Heimgartner (avec l’aide de G. Bady) : l’édition critique des Sermons contre les Juifs (et les « judaïsants »). Les collations, interrompues, vont reprendre ; l’introduction, la traduction et l’annotation ont déjà été révisées. La progression de la bibliographie sur les relations entre juifs et chrétiens étant devenue exponentielle, Pierluigi Lanfranchi a accepté de mettre à jour les références et d’intégrer autant que possible les résultats des nouveaux travaux. Rien que sur Jean Chrysostome et les juifs, plusieurs travaux ont paru en assez peu de temps (Pierluigi Lanfranchi, Gérard Rémy, G. Bady, Wendy Mayer…). Une autre édition du texte, par Paolo Eleuteris, à l’Università Ca’ Foscari de Venise, est également annoncée.

Marie-Ève Geiger : questions de fond en vue de la publication de l’édition critique des homélies In principium Actorum de Jean Chrysostome (thèse soutenue en février 2018).

Dans le cas des homélies In principium Actorum, on ne peut parler de « version brute » et de « version longue ». Mais d’autres questions éditoriales se posent. Chacune des quatre homélies doit être considérée séparément, car il y a un cas attesté de transmission du corpus à partir de deux sources différentes (un manuscrit d’Istanbul qui a les homélies 2 à 4 d’une source, et l’homélie 1 d’une autre source).

M.-È. Geiger a profité de l’expérience des chercheurs berlinois (groupe des Griechische Christliche Schriftsteller). En prenant l’exemple de l’édition de Karin Metzler, Prokop von Gaza. Der Genesiskommentar. Aus den „Eclogarum in libros historicos Veteris Testamenti epitome“ übersetzt und mit Anmerkungen versehen, Berlin, de Gruyter, 2016 (GCS N.F. 23), elle a présenté la méthode « allemande » d’analyse des variantes entre les manuscrits (différence entre les « fautes communes », « Bindefehler », et les « fautes propres », « Trennfehler » ; les leçons distinguant deux familles peuvent être équivalentes ; il faut donc analyser chaque lemme l’un après l’autre, et un principe éclectique d’établissement du texte est possible).

Puis elle a présenté à l’aide de son édition critique du début de l’homélie 2 In principium Actorum les questions suscitées par une telle méthode : comment faire lorsqu’il y a beaucoup de leçons équivalentes ? Doit-on s’en tenir à une famille ou peut-on prendre le parti, avec trois familles principales de manuscrits, de choisir la variante attestée par deux familles contre la troisième ? Avec le parti pris d’une analyse homélie par homélie, comment faire lorsque les fautes n’ont pas assez de poids pour permettre d’établir un stemma vraiment solide ?

Jean-Paul Lesimple (et Guillaume Bady ensuite) : un projet d’envergure sur les homélies sur l’Épître aux Philippiens.

J.-P. Lesimple travaille d’abord, dans le cadre de son Master, sur l’approche christologique du commentaire aux Philippiens. Mais il a aussi observé que la proportion des citations des « hymnes » de l’épître est très grande chez les Pères de l’Église, et que ces citations se font souvent à des moments-clés des homélies.

Il souhaiterait mener un travail de thèse sur la réception de l’Épître aux Philippiens après ce travail de master, en s’intéressant plus particulièrement aux homélies de Jean Chrysostome.

Sous la conduite de G. Bady, une discussion plus large a lieu entre les participants. Il s’agit d’envisager le corpus des homélies sur Philippiens comme base pour un travail de groupe (sur 5-10 ans ?). Le P. François Papillon a fait une traduction exploitable des homélies sur Colossiens et Thessaloniciens. Les homélies sur Colossiens forment aussi un corpus abordable pour un travail de groupe, de même que le commentaire sur Galates cher à G. Astruc-Morize. Pour l’édition, même si les homélies sur Colossiens représentent un corpus plus petit et moins attesté dans les manuscrits, il serait intéressant de s’orienter vers les homélies sur Philippiens, au moins pour un travail préliminaire de recension.

Jacky Marsaux : le Supplément Cahiers Évangile sur Jean Chrysostome, lecteur de l’Écriture.

Un premier projet avait été présenté l’année dernière. Un projet plus détaillé vient d’être approuvé par le comité des Cahiers Évangile (éd. Cerf). Il s’agit d’offrir à un public plus large des clefs pour entrer dans l’exégèse de Jean Chrysostome. C’est-à-dire ses caractéristiques principales au moyen d’introductions, de mises au point, de textes courts (repris de Sources Chrétiennes ou en traduction nouvelle), d’encadrés… La publication est programmée pour fin 2018.

Dans les années à venir, un volume est prévu dans la collection « Les Pères dans la foi », éditions Migne (désormais reprises par Le Cerf) pour réunir une sélection d’homélies significatives de l’exégèse chrysostomienne. Une complémentarité entre ces deux publications est déjà à prendre en compte.

Annexe : deux propositions concrètes pour l’année à venir

Ces projets ont simplement été évoqués lors de la réunion ; ils se sont précisés depuis.

Un séminaire sur l’édition de textes de Jean Chrysostome

Dans le cadre des échanges fructueux entre l’IRHT et les Sources et dans la perspective des projets d’éditions de textes chrysostomiens, Catherine Broc-Schmezer et Guillaume Bady proposent un séminaire consacré aux projets d’éditions de textes chrysostomiens. Il aurait lieu aux Sources Chrétiennes le jeudi de 14h à 16h; 5 dates sont à prévoir.

Ces séances pourraient servir de « galop d’essai » en vue du colloque d’Oxford en août 2019. Noter aussi que du 18 au 22 février 2019 aura lieu le stage d’ecdotique, avec la table-ronde le 21 – autre occasion de parler de Chrysostome.

Toutes les propositions sont bienvenues : contacter guillaume.bady@mom.fr et/ou catherine.broc-schmezer@univ-lyon3.fr.

Un atelier lors du prochain colloque international d’études patristiques d’Oxford

Le prochain colloque patristique d’Oxford (19-24 août 2019) pourrait être une belle occasion de rencontre pour les chrysostomiens. Catherine Broc-Schmezer et Guillaume Bady proposent un atelier intitulé « Chrysostomica and Pseudochrysostomica. From Textual History to a Reassessment of Traditions », autour de cette question : « How textual history and overall criticism may lead to a reassessment of the traditions regarding the writings known under the name of John Chrysostom?  » Étant donné le sujet un peu restreint (c’est une condition pour soumettre une proposition de « workshop ») et le nombre limité de participants (12 au maximum), l’atelier ne serait bien sûr que l’une des occasions de rencontre. Pour en savoir plus : https://www.oxfordpatristics.com/

*

Merci à tous les contributeurs pour leur relecture attentive de ce compte rendu !

Notes et première version : Marie-Ève Geiger

Version finale : Guillaume Bady

Un manuscrit chrysostomien du 9e siècle… à vendre

Le ms. Basel, UB, B. II. 25, l’un des plus anciens témoins des Homélies Sur Matthieu de Chrysostome, qui était en dépôt apparemment depuis presque quarante ans à l’Universitätsbibliothek de Bâle et qui fut autrefois décrit dans un article spécial par le R.P. Michel Aubineau et Ernst Gamillscheg[1], sera mis en vente chez Sotheby’s le 3 juillet prochain: estimation entre 200 et 300.000 livres sterling (= entre env. 227.000 et 340.500 euros) !…

Voici le lien vers la notice n° 8 du catalogue « Medieval and Renaissance Manuscripts and Continental and Russian Books, London, 3 July 2018, 10:30 AM BST », qui donne une notice développée :
http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2018/medieval-and-renaissance-manuscripts-and-russian-books-l18403/lot.8.html

Sur la contre-garde antérieure (voir la photo sur le site de Sotheby’s), on aperçoit un « Ex libris Freiherr von Selchow » : selon la notice de vente, le manuscrit a appartenu jadis à Bogislav Freiherr von Selchow (Köslin, Poméranie [Koszalin, Pologne], 4 juillet 1877 – Berlin, 6 février 1943), parolier, officier de marine et commandant du Freikorps «Studentenkorps Marburg» (StuKoMa) ; selon Patrick Andrist («Structure and History of the Biblical Manuscripts Used by Erasmus for His 1516 Edition», in : Basel 1516. Erasmus’ Edition of the New Testament, 2016, p. 85 et n. 14), il s’agirait plutôt du juriste allemand Johann Heinrich Christian von Selchow (Wernigerode, 26 juillet 1732 – Marburg, 21 avril 1795), professeur de droit à Göttingen et à Marburg.

Puis il est passé à Martin Wahn (1893-1970), dans le Bade-Würtemberg, et à son petit-fils, l’écrivain Wilfrid Jaensch (Gleiwitz/Gliwice [Pologne], 6 nov. 1941 – Berlin, 17 juin 2015). Ce dernier, résidant depuis 1945 dans le canton de Bâle, et qui vivait à Berlin Ouest depuis 1985, avait laissé, en 1980, le manuscrit en dépôt à l’Universitätsbibliothek de Bâle.
Sur une étiquette collée à la contre-garde antérieure (dont le début est visible sur la photo de Sotheby’s), on lit la note suivante, de Christine Jaensch, née Waber, datée du 7 janvier 1974:

“Dieses Erbstück aus dem Nachlass seines Grossvaters | Pfarrer und Superintendent Martin Wahn, | geb. 1.11.1893 in Neusalz, Schlesien | gest. 29.12.1970 in Singen Htw. [= Hohentwiel] | gehört seinem Enkel Wilfrid Jaensch, geb. 6.11.41 in Gleiwitz Ob. Schl. [= Oberschlesien] | wohnhaft in Bubendorf, Basel-Land, Schweiz, Erlenstrasse 3. | Singen Htw. d.7.1.74”.

[«Cet héritage sur la succession de son grand-père | le pasteur et surintendant Martin Wahn, | né le 1er novembre 1893 à Neusalz, en Silésie | décédé le 29 décembre 1970 à Singen Hohentwiel [dans le Bade-Wurtemberg] | appartient à son petit-fils Wilfrid Jaensch, né le 6 novembre 1941 à Gliwice, en Haute-Silésie, | en résidence à Bubendorf, Canton de Bâle, Suisse, Erlenstrasse 3. | Singen Hohentwiel, le 7 janvier 1974»]

C’est vraisemblablement le décès de ce dernier qui a occasionné la mise en vente du manuscrit…

La notice de vente a également été postée récemment par Roger Pearse sur son blog :
https://www.roger-pearse.com/weblog/tag/chrysostom/ [Posted on June 9, 2018 by Roger Pearse]

Pierre Augustin

[1] E. Gamillscheg et M. Aubineau, «Eine Unbekannte Chrysostomos-Handschrift (Basel Universitätsbibliothek, B II 25)», Codices Manuscripti. Zeitschrift für Handschriftenkunde 7 (1981), p. 101-108. Le manuscrit avait été omis dans les Codices Chrysostomici Graeci III, mais l’omission a été réparée dans Codices Chrysostomici Graeci. VIII, I. Codices Ancyrae et Constantinopolis descr. Francesca P. Barone ; II. Addenda et Corrigenda ad volumina I-IV curauit Sever J. Voicu (Documents, Études et Répertoires 88), Paris, CNRS Éditions, 2018, n° III 71a, p. 221-222.

Note sur l’édition récente de la version latine ancienne de la première homélie Sur les statues de Jean Chrysostome

[Guillaume Bady, « De uino modico : une version latine ancienne et un nouveau texte grec de la première homélie de Jean Chrysostome Sur les statues », Rursus [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 30 août 2017, consulté le 01 septembre 2017. URL : http://rursus.revues.org/1161]

Dans sa conclusion G. B. écrit : « Le plus curieux reste ce fait si paradoxal que pour se fabriquer un nouveau modèle de prédication, on ait senti le besoin de traduire du grec plutôt que de s’inspirer, par exemple d’un Ambroise. » Il est inutile de s’étonner, quand on a d’abord déclaré : « La raison de la traduction en latin tient bien sûr au statut de modèle littéraire dont jouissait Jean Bouche d’Or dans l’Afrique du début du Ve siècle », mais il faudrait regretter de n’avoir découvert aucune preuve de remploi en Occident du texte latin de la première homélie Sur les statues, et se demander si le rôle de « modèle littéraire » est bien celui que devait tenir cette Versio latina. Mais au préalable, il me semble qu’il faut répondre à une autre question : pourquoi cette homélie, prononcée en février 387 par Jean, alors simple prêtre à Antioche, est-elle parvenue en Afrique au début du Ve siècle ?

Un seul document atteste les relations entre les évêques de Constantinople et de Carthage : la courte lettre[1] qu’en 406 Jean a adressée à Aurelius pour le remercier de sa fidèle amitié et le féliciter pour son action en faveur de la paix des églises. Cette lettre laisse supposer que l’évêque de Carthage avait reçu d’Orient les informations nécessaires pour en particulier prendre le parti de l’évêque de Constantinople contre ses adversaires. Cette documentation est bien parvenue en Afrique, car des recueils[2] homilétiques constitués à Carthage au cours de la seconde décennie du Ve siècle ont conservé la version latine d’homélies concernant le bannissement de Chrysostome en 403, sa réconciliation avec Sévérien de Gabala, ou son attitude, qui avait été critiquée, envers Eutrope. La version latine de la première homélie Sur les statues, qui est conservée par un descendant (Paris, Arsenal 175) d’un de ces recueils carthaginois, peut également avoir été traduite en Afrique entre 405 et 410 d’après un texte grec communiqué pour la défense de Jean Chrysostome. En effet, parmi les diverses accusations portées contre Chrysostome, il y avait le reproche[3] de «manger seul, avec gloutonnerie », et ainsi de « jeter le discrédit sur l’hospitalité » – en réalité, l’évêque souffrant de l’estomac, suivait un régime particulier – mais cette manière de vivre est en quelque sorte justifiée dans la première partie de l’homélie Sur les statues, qui commente la permission que donne l’apôtre Paul à son disciple Timothée (1 Tim. 5, 23) de boire du vin en raison de sa maladie d’estomac. Quant à la seconde partie de l’homélie sur la souffrance du juste, sa correspondance avec la situation dans laquelle se trouve l’évêque persécuté et exilé est évidente.

Le texte d’une homélie, prêchée 16 ou 17 ans plus tôt, et reprise pour figurer dans un dossier de défense personnelle, a sans doute été révisé, et peut-être même modifié pour être davantage adapté à sa nouvelle destination. Dans ces conditions le texte grec d’après lequel la version latine a été effectuée, constitue une sorte d’« édition spéciale » de la première homélie Sur les statues, qu’on ne retrouve évidemment dans aucun témoin de cette série de discours. Dans ce cas, la version latine, qui ne s’accorde avec aucun texte grec actuellement connu, a probablement conservé dans ses particularités, les traits propres du texte grec adapté à la défense de Chrysostome.

Dans le commentaire de G. B., j’ai remarqué deux variantes – il y en a d’autres, certainement – qui pourraient traduire la révision subie par le texte grec.

  • Au § 124 « la coupure et l’ajout de nam etsi, écrit G. B., introduisant une proposition concessive, permet en latin de souligner le parallèle manifeste dans le grec entre Jean et le chrétien » : il est possible que le latin n’ajoute rien, mais traduise un texte grec, où l’on a voulu souligner un parallèle déjà manifeste.
  • Au § 128 « l’ajout de sanctis, déclare G. B., peut s’expliquer par la piété du traducteur ». Cette explication, sans fondement dans le texte, pourrait laisser la place à une trace de la revision subie par le texte grec et attestée par la version latine.

En conclusion, le texte latin du manuscrit de l’Arsenal paraît avoir conservé l’état particulier d’une homélie grecque, qui, prêchée en 387 à Antioche par Jean simple prêtre, a été adaptée vers 404 à la défense de l’évêque de Constantinople dans un dossier d’information communiqué à Aurelius, évêque de Carthage.

Jean-Paul Bouhot

Mai 2018

[1] J.-P. Bouhot, « Adaptations latines de l’homélie de Jean Chrysostome sur Pierre et Élie (CPG 4513) », dans Revue Bénédictine 112 (2002), p. 201-235, voir p. 227-228.

[2] Il s’agit de recueils mis sous le nom de Jean Chrysostome, dont les divers éléments qui les composent seront rassemblés, peut-être seulement à l’époque carolingienne, pour constituer la collection de 38 homélies, dénommée « Collection Wilmart ».

[3] Cf. le résumé des Actes du synode du Chêne, par Photius, éd. et trad. A.-M. Malingrey, Sources chrétiennes 342, Paris 1988, p. 107 (accusation 25), et p. 109 (accusation 3).

Chrysostome et Sources Chrétiennes à Athènes (23-25 février 2018)

Jean Chrysostome et son œuvre ont fait l’objet de plusieurs communications lors du colloque « Les Sources Chrétiennes: apports grecs et latins à la culture européenne », organisé à la Bibliothèque Nationale d’Athènes du 23 au 25 février 2018. Lors d’un session qui était consacrée à l’Antiochien le 23 février, deux spécialistes ont pris la parole.

Konstantinos Bozinis (Faculté de philosophie de l’Univ. de Thessalonique), sur « La théologie politique de saint Jean Chrysostome: une comparaison avec la Cité de Dieu de saint Augustin », a développé un parallèle inattendu, mais probant entre les deux auteurs, bien loin de l’idéalisme constantinien d’Eusèbe de Césarée.

Catherine Broc-Schmezer (Faculté des lettres de l’Université Lyon 3), quant à elle, a souligné le paradoxe suivant: en raison du nombre démesuré de manuscrits des œuvres majeures de Jean Chrysostome (Homélies sur Matthieu, Jean, la Genèse, etc.), ce sont d’autres écrits qui sont édités ces dernières décennies; dès lors, les éditions modernes disponibles esquissent une image très parcellaire de Jean – comme une Vénus de Milo… dont on n’aurait que les bras!

Au colloque participaient également d’autres chrysostomiens: entourent ici les deux orateurs (de gauche à droite) Marie-Ève Geiger, Pierre Molinié, Guillaume Bady et Jan-Paul Lesimple (qu’il soit ici remercié pour cette photo).

Colloque international sur Jean Chrysostome à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017

Un colloque international sur Jean Chrysostome aura lieu à Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) du 19 au 22 octobre 2017. Il est organisé par la Faculté de théologie orthodoxe de l’Université de Belgrade et le diocèse de Zvornik-Tuzla de l’Eglise orthodoxe serbe, pour commémorer le 1610e anniversaire de sa mort.

Toutes informations sur http://chrysostom.pbf.rs/

 

Gilberte Astruc-Morize

Une grande spécialiste de Jean Chrysostome et de ses manuscrits nous a quittés: Gilberte Astruc-Morize est décédée le 28 décembre 2016 à l’hôpital de Melun, où elle était hospitalisée depuis le 6 novembre. Elle avait travaillé une bonne partie de sa vie à la section grecque de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, à Paris, où elle réservait à qui venait la consulter un accueil très chaleureux et une très grande générosité intellectuelle.
En son hommage, une cérémonie a lieu le samedi 7 janvier 2017 à 10h30 en l’église Notre-Dame-des-Champs, 91 boulevard du Montparnasse, Paris 6e.

Dans l’un de ses derniers articles[1], elle citait ces mots de Jean Chrysostome, traduits par son mari, Charles Astruc:

Il n’est rien, vraiment rien, dont l’amour ne soit vainqueur; et quand il s’agit de l’amour de Dieu, il surpasse tous les autres et ni le feu, ni le fer, ni la pauvreté, ni l’infirmité, ni la mort, ni quoi que ce soit de semblable ne paraît terrible à qui possède un tel amour: se riant de tout, il prendra son vol vers le ciel, et n’aura pas d’autres dispositions que ceux qui y habitent; car il n’attache sa vue à rien d’autre, ni au ciel, ni à la terre, ni à la mer, et n’est tendu que vers un seul objet, la beauté de cette immense gloire; ni les tristesses de la vie présente ne pourront l’abattre, ni ses bonheurs ou ses plaisirs ne pourront l’exalter et le gonfler d’orgueil. Aimons donc cet amour (car rien ne l’égale) et pour le présent et pour l’avenir; mais plutôt et avant tout, pour la nature même de cet amour; alors nous serons délivrés des châtiments de cette vie et de la vie future, et nous obtiendrons le Royaume. D’ailleurs, être délivré de l’enfer et être en possession du Royaume, voilà qui est peu de chose par comparaison avec ce que je vais dire: Aimer le Christ et en être aimé est bien au-dessus de tout cela. En effet, si chez les hommes l’amour mutuel est supérieur à toutes les voluptés, lorsque cette réciprocité se produit quand il s’agit de Dieu, quelle parole, quelle pensée pourra exprimer cette béatitude de l’âme ? Il n’y a que l’expérience qui le puisse; Afin donc que nous puissions connaître par expérience cette joie spirituelle, cette vie bienheureuse, ce trésor de biens innombrables, quittons tout pour nous attacher à cet amour, et pour notre propre bonheur, et pour la gloire de Dieu ainsi aimé[2]. »

[1] «Saint Jean Chrysostome, théologien, moraliste et mystique», dans « Que tous soient un! » Mélanges offerts en hommage par la Fraternité Saint-Élie à Son Éminenece le Métropolite de Silyvria Emilianos Timiadis, édités par le Carmel de Saint-Rémy/Stânceni, Iaşi, 2005, p. 64-76, ici p. 75-76.

[2] Homélie 9 sur l’Epître aux Romains, PG 60, 474.

 

Une découverte passée inaperçue, ou le charme discret de l’editio Parisina altera

par Guillaume Bady

En 1957, Antoine Wenger[1] écrivait à propos des onze homélies nouvelles de Jean Chrysostome[2], dont Montfaucon a publié l’édition princeps en 1738[3] :

Les critiques qui se sont occupés avec bonheur de l’examen interne des homélies n’ont pas réussi à retrouver le manuscrit qui a servi à l’édition. Après avoir retrouvé la copie de Montfaucon dans l’actuel Paris supplément grec 555, j’ai fini aussi par découvrir le manuscrit lui-même dans le fonds Ottoboni de la Bibliothèque vaticane. C’est l’actuel Ottoboni grec 431.

Un triple mérite revient donc à A. Wenger : la découverte du Stavronikita 6 (qui a notamment permis de connaître un manuscrit plus complet, faisant passer la série à quinze homélies), l’identification du Paris supplément grec 555 et celle de l’Ottoboni grec 431.

Or, l’assomptionniste travaillait, comme tout bon patrologue, avec la Patrologie grecque de Migne, dont le tome 63, paru en 1862, reproduit pour l’essentiel l’édition de Montfaucon. Mais à y regarder de près, le texte de la PG ne coïncide pas avec cette dernière.

Un exemple suffira peut-être: le morceau de l’homélie 14 qui, dans l’Ottobonianus, est venu se glisser au milieu d’une lacune de l’homélie De Eleazaro et septem pueris (= homélie 11 chez Montfaucon, 13 dans le Stavronikita 6), mais que Montfaucon, sans comprendre qu’il y avait interpolation, a édité au milieu de l’homélie De Eleazaro. En l’examinant, on constate plusieurs différences :

  • PG 63, col. 528, lignes 42-43 : *** καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ αὐτοῦ· διὸ καὶ ἔλεγεν, ὅτι ἀπεστάλη   ≠   Montfaucon, t. XII, p. 399 : a καὶ τῇ διανοίᾳ ἐπισκιάζει τῇ δόξῃ, ὅτι ἀπεστάλη (omission de αὐτοῦ διὸ καὶ ἔλεγεν) ; on notera en passant que la lacune, remarquée par Montfaucon dans la note a, est signalée aussi dans le texte grec de la PG par trois astérisques.
  • PG 63, col. 529, ligne 26 : Ποῦ τῶν ῥημάτων ὁ κόμπος;  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Ποῦ τῶν ῥημάτων κόμπος; (omission de ὁ)

Si l’on consulte les manuscrits, on constate que le texte du Paris supplément grec 555, f. 103v-105, a été parfaitement reproduit dans l’édition de Montfaucon, qui a tout de même opéré sans le dire deux corrections, dont une très mineure :

  • Paris supplément grec 555, f. 104 : οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : οὐδὲ μόνον οὐκ ἀσϑενές. La correction figure bien en PG 63, col. 529, ligne 8.
  • PG 63, col. 529, ligne 45 = Paris supplément grec 555, f. 105 : Τί ἐστιν ἐμώρανε  ≠  Montfaucon, t. XII, p. 400 : Τί ἐστιν ἐμώρανεν (ajout du nu éphelcystique).

Qu’en est-il à présent du Stavronikita 6, f. 134-135, et de l’Ottobonianus, f. 236rv ? Tous deux confirment à chaque fois le texte de la PG, à deux exceptions près :

  • la leçon οὐδὲ οὐ μόνον ἀσϑενές que leurs copistes n’ont pas jugé utile de corriger;
  • καὶ τῇ διανοίᾳ est « omis », car en fait ce sont des mots appartenant à l’homélie De Eleazaro avant la lacune de l’Ottobonianus qui se situe après le f. 235. Cette petite erreur remonte sans doute moins au copiste du Paris supplément grec 555 – c’est-à-dire l’un des deux correspondants de Montfaucon que celui-ci cite dans sa préface : Pierre Maloet et son assistant, Joseph Avril –, qu’à Montfaucon lui-même : celui-ci, écrivant en marge inférieure la note ad locum qui se lit encore aujourd’hui dans la PG (Haec amanuensis lapsu uitiata forte uideantur ; sed stare posse puto lectionem), a ajouté dans le texte, au-dessus de la ligne, une croix et l’appel de note « a » (répété en marge) avant καὶ τῇ διανοίᾳ, et non après; il est vrai que, n’ayant pas l’Ottobonianus sous les yeux, il ne pouvait deviner très précisément où commençait la lacune qu’il suspectait.

Le mérite de ce texte amélioré tel qu’on le lit dans la PG revient en fait à Théobald Fix, qui a préparé avec Luis de Sinner et Friedrich Dübner l’editio Parisina altera, emendata et aucta, parue en 13 tomes chez les frères Gaume, à Paris, de 1834 à 1840[4]. En l’occurrence, au tome XII paru en 1839, p. 551-552, on trouve bien le texte qui, astérisques compris, a servi de modèle à la PG. Et à la page 457, Fix a ajouté au monitum de Montfaucon, entre crochets, cette précision : denuo Vaticanum codicem conferri curavimus (« nous avons pris soin de collationner le manuscrit du Vatican à nouveaux frais »).

Le savant – ou l’un de ses collègues – avait donc retrouvé la source de Montfaucon, sans livrer plus de détail à son sujet que le mauriste !

[1] A. Wenger, Jean Chrysostome. Huit catéchèses baptismales inédites, Sources Chrétiennes 50, Paris, 1957, p. 17-18. Voir aussi, du même, « La tradition des œuvres de saint Jean Chrysostome », Revue d’études byzantines 14 (1956), p. 33 : « Depuis Matthaei [en 1792] jusqu’à Dom Baur [en 1929 et 1930], dernier en date des critiques qui ont traité de cette collection, tous les auteurs se sont contentés comme base textuelle de l’édition de Montfaucon sans avoir tenté, semble-t-il, de retrouver le manuscrit original du Vatican. » Suit, p. 333-37, l’extraordinaire et magistrale description de l’enquête qui a permis à A. Wenger d’identifier l’Ottobonianus.

[2] CPG 4441.

[3] B. de Montfaucon, S. P. N. Joannis Chrysostomi archiespiscopi Constantinopolitani opera omnia quæ exstant, t. XII, Paris, 1738.

[4] Voir à ce sujet mon article, « L’editio Parisina altera des œuvres de Jean Chrysostome et la Patrologie grecque de Migne », Eruditio antiqua 4, 2012, p. 1-17.