2e édition des Bouchées d’or, 22-27 août 2021

Dans l’élan des «Bouchées d’or» de juillet 2020 (en Isère), cet été un groupe de «chrysostomiens» a transporté la formule auprès des sœurs orthodoxes roumaines du Monastère de la Protection-de-la-Mère-de-Dieu, aux Sciernes d’Albeuve, dans les alpages du district de Gruyère, en Suisse, du 22 au 27 août 2021. Venus de Thessalonique, de Niort, de Rochefort (en Belgique), de Briançon ou de Lyon, trois doctorants et trois «docteurs» de longue date, rejoints à certains moments par Nicoleta Acatrinei, s’y sont retrouvés à l’invitation de Mère Antonia, à qui l’on doit l’édition des Homélies sur l’impuissance du diable (Sources Chrétiennes 560) et qui collabore actuellement aux Homélies sur l’obscurité des prophéties. Pendant près de 6 jours, ils ont bénéficié d’un cadre somptueux, propice en saines promenades et en sympathiques rencontres, de la beauté d’une «table» liturgique trilingue (en français, avec du roumain et du grec) et de l’accueil extraordinaire des sœurs, qui sur la table du service ont donné un sens très savoureux aux «bouchées d’or».

Le programme de travail que j’ai proposé cette année visait à chercher les interprétations chrysostomiennes de l’Épître aux Philippiens en dehors de la série des homélies consacrée à cette épître. À partir de Biblindex et du TLG, des centaines de passages ont pu être recensés; seuls ceux du 1er chapitre de l’épître, verset par verset, ont été examinés par chacun de nous à tour de rôle. Dévoilant tantôt une convergence d’interprétation, tantôt une grande diversité d’utilisations de la part du prédicateur-exégète, nous avons rassemblé les premiers éléments de ce qui, à terme, pourrait donner lieu à une vue d’ensemble sur les Philippiens chez Chrysostome, ou à la mise en valeur de parallèles ou d’exégèses alternatives dans l’annotation de l’édition de la série projetée pour les Sources Chrétiennes. Dans les mois à venir en tout cas, ces recherches pourraient trouver un prolongement dans le cadre du séminaire lyonnais.

Une partie du temps a également été consacrée à des échanges sur des travaux personnels: Constantinos Bozinis, sur les échos platoniciens de la justice chez Chrysostome, Nathalie Rambault sur certaines femmes martyres célébrées à Antioche, Manon des Portes sur les ethica dans les Homélies sur Jean, Alexandre Étaix sur la notion de volonté libre chez l’Antiochien, et moi sur les attestations anciennes du surnom «Chrysostome» et sur le portrait d’écrivain qui ressort de la Vie mise sous le nom de Georges d’Alexandrie.

Une fois de plus, cette semaine a été organisée avec le soutien de l’Association des Amis de Sources Chrétiennes, bénéficiaire d’un legs de Gilberte Astruc-Morize destiné à l’édition des homélies chysostomiennes sur les Épîtres pauliniennes.

De droite à gauche : Constantinos Bozinis, Nicoleta Acatrinei, Alexandre Étaix, Manon des Portes, Guilhem Girard, Nathalie Rambault, Mère Antonia, Guillaume Bady

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.